Auvergne-Rhône-Alpes :  chômage des entrepreneurs en baisse

 |   |  312  mots
(Crédits : Domaine public)
Avec 5 942 entrepreneurs en situation de chômage en 2017, Auvergne-Rhône-Alpes représente 12,4 % des pertes d'emploi des dirigeants d'entreprise en France, en baisse de 2,3 points comparés à 2016. Cependant, ces bons résultats cachent des écarts importants suivant les départements.

En 2017, 5 942 entrepreneurs régionaux se sont trouvés en situation de chômage à la suite d'une liquidation judiciaire, en baisse de 2,3 points comparés à l'année précédente, selon l'Observatoire de l'emploi des entrepreneurs réalisé par l'association GSC "assurance perte d'emploi des dirigeants et entrepreneurs" et la société Altares.

Disparités régionales

Néanmoins, ces bonnes performances cachent des disparités régionales. Le Cantal enregistre la plus forte augmentation avec 79 chefs d'entreprise en situation de perte d'emploi, soit 17,9 % de plus qu'en 2016, suivi par la Haute-Loire qui, avec ses 128 entrepreneurs en situation de chômage, connaît une augmentation de 12,3 %.

A contrario, le Rhône connaît une baisse de 7,2 % et retombe à 1 544 entrepreneurs en situation de chômage, contre 1 664 l'année précédente. L'Ain, avec 387 entrepreneurs en situation de chômage en 2017 contre 415 en 2016, enregistre quant à lui une baisse de 6,7 %.

Le bâtiment fortement touché

Trois secteurs sont particulièrement impactés : la construction, qui concentre à lui seul 1 558 pertes d'emploi (dont 1 364 imputées au bâtiment), suivi par le secteur du commerce, qui avec 1 410 entrepreneurs en situation de chômage, représente 24 % des pertes d'emploi de la région. Autre secteur impacté, celui de l'hébergement, restauration et débits de boissons, avec 896 dirigeants en situation de perte d'emploi. 78 % d'entre eux travaillaient dans la restauration.

"Ce recul des ouvertures de procédures, quoique modestes, se traduit naturellement par une baisse du nombre de liquidations judiciaires directes (les 2/3 des jugements), mais aussi de liquidations post redressements judiciaires (les ¾ des RJ). Moins de liquidations judiciaires, c'est moins de chefs d'entreprise en situation de perte d'emploi et 2018 devrait confirmer cette tendance", souligne Thierry Millon, directeur des études d'Altares.

Ces résultats s'inscrivent dans une dynamique nationale à la baisse, puisqu'au total ce sont 50 011 dirigeants d'entreprises ont dû faire face à une liquidation judiciaire, soit 9,2 % de moins que l'année précédente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :