Artisanat : vers une sortie de crise modérée

 |   |  427  mots
(Crédits : Licence CC0 Creative Commons)
L'Institut supérieur des métiers et la Maaf viennent de sortir leur édition 2017-2018 du baromètre de l'artisanat pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. À l'intérieur, ils constatent que certains indicateurs montrent une sortie de crise. Toutefois, celle-ci est plus modérée que dans le secteur marchand.

Le nombre d'emplois non-salariés (1 emploi sur 4 dans l'artisanat) n'augmente plus depuis 2012 en France : le nombre croissant de micro-entrepreneurs a pour conséquence une diminution des emplois indépendants du régime classique. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, le même phénomène est perceptible, selon le baromètre de l'artisanat édité par ISM et la Maaf : l'augmentation du nombre de micro-entrepreneurs se poursuit (46 630 micro-entrepreneurs dans les activités artisanales en 2016, soit + 3 % par rapport à 2015) et s'accompagne d'une baisse de 4 % du nombre des chefs d'entreprises indépendants.

Tout comme au national, l'emploi salarié des entreprises artisanales de moins de 20 salariés s'est stabilisé en 2016, après plusieurs années de baisse entre 2011 et 2015 (9 500 emplois salariés perdus sur la période). L'artisanat de Savoie et du Puy-de-Dôme est plus dynamique avec une progression de 1% des emplois salariés, alors que le solde des emplois est négatif dans l'Ain, l'Allier, l'Ardèche, la Loire, la Haute-Loire et la Haute-Savoie. Au final, les emplois salariés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes stagnent à 221 000 en 2016. Leur nombre reste identique en 2017, souligne l'enquête.

Une reprise fragile

En Auvergne-Rhône-Alpes, les deux premiers secteurs de l'artisanat pour la création d'emplois salariés en 2016 ont été l'activité de nettoyage (+ 390 emplois créés) et les soins de beauté (+ 180). La réparation automobile est également dynamique (+ 120). Dans le secteur du BTP, les travaux de plâtrerie (+ 150) et d'étanchéification (+ 150) restent porteurs, ces activités bénéficiant du marché de la rénovation énergétique.

En 2017, la reprise demeure plus ténue et fragile pour l'artisanat que pour l'ensemble du secteur marchand dans la région : + 1 % dans l'alimentation (grâce à une bonne dynamique de la boulangerie-pâtisserie) ; la reprise se confirme dans le BTP (+ 1 %). Les emplois salariés se stabilisent dans les services (hausse dans la réparation automobile, mais baisse dans les autres activités de réparation). Les activités de fabrication perdent à nouveau des emplois salariés (- 2 %), un taux qui atteint - 5 % dans les activités du travail du bois et - 4 % dans les travaux d'impression

Disparités dans les revenus

Les revenus annuels des micro-entrepreneurs sont très en deçà de ceux des indépendants classiques qui sont parfois jusqu'à 4 fois plus élevés. Dans le BTP, des écarts importants : 28 200 euros pour les chefs d'entreprises indépendants contre 6 100 euros pour les micro-entrepreneurs.

Constat similaire dans l'alimentation et dans l'artisanat de services avec des revenus annuels respectifs de 3 600 euros et 4 500 euros pour les micro-entrepreneurs contre, respectivement 26 800 euros et 19 900 euros pour les chefs d'entreprises indépendants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :