Le bien-être au travail stagne, selon une étude

 |   |  272  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
L'édition 2017 de l'étude IBET montre une stagnation du niveau de bien-être au travail.

La septième édition de l'étude IBET sur le bien-être au travail révèle une stagnation de l'indice à 0,75, soit un niveau d'engagement des salariés qualifié de contraint.

L'indice de bien-être au travail (IBET) a été lancé en 2011 par le groupe Apicil, spécialisé dans la protection sociale, et le cabinet Mozart Consulting. L'indice se base sur des statistiques nationales de 2015 pour mesurer l'absentéisme, la compétitivité, la santé globale, la responsabilité sociale ou encore la qualité de vie au travail.

Lire aussi : Bien-être au travail : l'indice se dégrade

"L'objectif de cette étude est d'attirer l'attention des entreprises sur les risques socio-organisationnels qui peuvent générer le mal-être des salariés, un impact sur leur santé globale et in fine une compétitivité moindre pour l'entreprise", commente Philippe Barret, directeur général d'Apicil.

Selon l'étude, la mauvaise organisation du travail est la première cause de dégradation de la compétitivité des entreprises, à relativiser avec la baisse des coûts salariaux et des charges sociales.

L'impact du mal-être au travail représente en moyenne un coût de 12 600 euros par an, pour un salarié du privé, soit un coût...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :