Jazz à Vienne doit renforcer ses fonds propres

 |  | 401 mots
La chambre régionale des comptes a rendu son rapport sur le festival Jazz à Vienne.
La chambre régionale des comptes a rendu son rapport sur le festival Jazz à Vienne. (Crédits : Xavier Rauffet / Jazz à Vienne)
La chambre régionale des comptes Auvergne Rhône-Alpes vient de publier son rapport sur la gestion et les comptes, de 2011 à 2013, de Jazz à Vienne. Parmi ses principales recommandations, elle demande à l'établissement public de se doter de fonds propres plus importants "pour affronter les risques de trésorerie".

La chambre régionale des comptes Auvergne Rhône-Alpes vient de rendre son rapport sur le festival Jazz à Vienne. Depuis 2011, la gestion du festival n'est plus associative. Elle a été confiée à un établissement public rattaché à la communauté d'agglomération du pays viennois. Les observations de la chambre régionale ont donc plus particulièrement porté sur ce transfert ainsi que sur l'équilibre du modèle économique.

Concernant le passage de l'associatif vers le public, "cette évolution a bien été préparée tant dans les modalités techniques que pour ce qui concerne la définition d'une stratégie pluriannuelle", note la chambre régionale des comptes qui souligne la diversité de l'offre qui ne se limite pas aux concerts donnés dans le théâtre antique. "75 % des spectacles sont gratuits", "des programmes étudiés pour les jeunes", "une saison d'hiver" depuis 2012, énumère-t-elle dans un communiqué.

Stabiliser les fonds propres

Mais le tableau n'est pas encore parfait.

"La chambre a constaté que la comptabilité analytique ne permet pas de déterminer le coût des spectacles et que la connaissance du public reste insuffisante".

Or le modèle de Jazz à Vienne repose essentiellement sur la billetterie, qui représente plus de 54 % de ses finances, tandis que les subventions publiques constituent 20 % de ses recettes, sur un budget global de 4,7 millions d'euros.

"Ce modèle économique, peu fréquent dans le secteur du spectacle vivant, est exposé aux risques inhérents à la composition des recettes et à la faiblesse des fonds propres. Il nécessite donc d'être conforté. En effet, si l'importance des revenus tirés de la billetterie est une illustration du dynamisme et de la qualité du festival, c'est aussi une source de fragilité, car une baisse de la fréquentation pourrait très rapidement engendrer un déséquilibre financier", détaille la chambre régionale des comptes.

Aussi, parmi les principales recommandations, la chambre régionale des comptes propose de doter l'établissement de fonds propres suffisants pour affronter les risques de trésorerie, mais aussi de soumettre au conseil d'administration un projet de comptabilité analytique.

Mi-janvier, après quatre années passées en tant que directeur de Jazz à Vienne, Stéphane Kochoyan avait annoncé sa démission. Samuel Riblier, directeur adjoint des services de ViennAgglo, lui a succédé début mars. Il est secondé par Benjamin Tanguy qui s'occupe de la partie artistique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :