Les canalisateurs du sud-est interpellent les élus

 |   |  179  mots
L'assemblée générale des canalisateurs du sud-est s'est déroulée le 3 juin dernier, dans la Drôme.
L'assemblée générale des canalisateurs du sud-est s'est déroulée le 3 juin dernier, dans la Drôme. (Crédits : Droits réservés)
Chaque année, en France, on estime à 1,3 milliard de mètres cubes d'eau traités qui n'arrivent jamais au robinet à cause de fuites sur les réseaux. Mais dans le même temps, la profession souffre, faute d'investissements publics. Les moyens seraient pourtant là. Les canalisateurs en appellent aux élus.

Les canalisateurs du sud-est se sont réunis lors de leur assemblée générale, le 3 juin dernier, à Upie, dans la Drôme. L'occasion pour ces 110 entreprises, implantées en Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d'Azur, de faire le point sur l'année en cours.

Commandes et chiffre d'affaires en baisse

Une période qui commence plutôt mal, selon Raymond Midali, président de la chambre syndicale des canalisateurs du sud-est. "Le chiffre d'affaires connait une baisse de 29%, des mesures de chômage partiel ont déjà été prononcées. En Rhône-Alpes et Paca, l'activité adduction d'eau-assainissement représente un chiffre d'affaires de 1,760 milliard d'euros en 2013, pour un total de 12 000 salariés", explique-t-il.

Des résultats qui étonnent lorsque l'on sait que les collectivités bénéficient d'un budget dédié, que les réseaux ont besoin d'être entretenus et que les taux sont historiquement bas. "Tous les voyants sont au vert, il faut que les élus investissent", poursuit-il. Ce secteur représente la deuxième activité des travaux publics (20%), derrière l'industrie routière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :