Lyon-Turin : LTF affirme que ces "accusations sont infondées"

 |   |  194  mots
(Crédits : DR)
Lyon-Turin Ferroviaire (LTF), directement visé par l'ouverture d'une enquête européenne sur la gestion du projet affirme dans un communiqué que "ces accusations sont infondées".

Après l'ouverture d'une enquête de l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) jeudi 5 février, Lyon-Turin Ferroviaire, promoteur de la section transfrontalière de ce projet de liaison ferroviaire a réagi  dans un communiqué. Il affirme que ces "accusations sont infondées".

La société dirigée par Hubert du Mesnil précise : Les marchés de LTF sont attribués dans le respect, notamment, des directives européennes et des procédures requises par les Cours des comptes italienne, française et européenne et sous le contrôle, en Italie, de l'Autorité de vigilance des contrats publics et de la structure technique du ministère des Infrastructures.

>> Sur quelles bases l'OLAF ouvre-t-il une enquête ?

Le gendarme européen a ouvert une enquête suite à une plainte déposée en novembre 2014 par les députées européennes EELV, Karima Delli et Michèle Rivasi. Elles mettent en cause de possibles conflits d'intérêts dans la passation de marchés publics, des soupçons de liens avec la mafia, des irrégularités dans des appels d'offres et une mauvaise utilisation des deniers européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :