Lyon-Turin, Rhône-Alpes inquiète du financement

 |   |  156  mots
(Crédits : reuters.com)
Bernard Soulage, vice-Président de la région délégué à l'Europe estime qu'il n'y a pas encore de garanties suffisantes, coté Français pour le financement de la LGV.

En déplacement, ce vendredi à Turin, Jean-Jack Queyranne et une délégation de la région Rhône-Alpes rencontrent leurs homologues de la région italienne du Piémont.

Les questions sur la prochaine tranche de financements de la future ligne LGV Lyon-Turin ont ouvert les discussions. La région Rhône-Alpes fait part de son inquiétude sur l'attitude du gouvernement français. « Il n'y a aucune garantie que la France signe [...] C'est un moment de vérité », explique Bernard Soulage, Vice-Président délégué à l'Europe et aux relations internationales.

La France a jusqu'au mois de février 2015 pour répondre à l'appel d'offre européen en présentant un engagement chiffré à la Commission, dans un contexte où François Hollande a de nouveaux demandé à Bruxelles un report de la réduction des déficits.

Les ministres des Transports européens se retrouveront la semaine prochaine en Italie, où la question sera évoquée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2014 à 22:24 :
Vous êtes toujours aussi surprenant :
La LGV Lyon-Turin n'existe plus depuis que l’État n'a pas renouvelé son arrêté de qualification de Projet d'Intérêt Général (PIG) de la ligne à grande vitesse LYON – Sillon alpin le 19 juillet 2013.
C'est ce que l’État par l'intermédiaire de la DDT 38 a signifié 25 octobre 2013 à madame Evelyne MICHAUD, maire de Saint-Savin (38).

Me demander les copies le cas échéant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :