SITL : le préfet monte au créneau

 |   |  200  mots
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Jean-François Carenco, préfet du Rhône, « accuse FagorBrandt d’avoir fait des choses pas très fraternelles vis-à-vis des salariés » dans le dossier SITL. La question du terrain est au cœur des offres de reprise.

Dans le dossier SITL, le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, est monté au créneau ce jeudi : « l'affaire du terrain est une pantalonnade insupportable. J'accuse FagorBrandt d'avoir fait des choses pas très fraternelles vis-à-vis des salariés de SITL ».

Clef de voûte des quatre offres de reprises en cours, le terrain, où se trouvent les unités de production, situé à Gerland, appartient toujours à FagorBrandt . L'Etat avait donné 15 millions d'euros à FagorBrandt contre une promesse de cession du terrain.

Jean-François Carenco ajoute : « si on récupère le terrain, il y a 60 % de chance de sauver le site ». En cas de repreneur, la nouvelle exploitation du site s'organiserait autour d'une entreprise industrielle majeure à laquelle viendrait se greffer des entités plus petites. Toujours selon le préfet, « toutes les offres de reprises sont d'accord sur ce modèle là.»

Le tribunal de commerce de Lyon avait accordé, lors de son audience du 31 mars, un nouveau sursis à SITL, la société qui a récupéré, en avril 2011, l'exploitation de l'usine lyonnaise de FagorBrandt, dont elle était devenue le sous-traitant. Les propositions d'offres définitives doivent être remises le 14 avril pour une décision le 30 avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :