Gilles Boeuf : "Nous n'avons pas créé la Covid-19, mais ses conditions d'apparition" Jean Viard : Les jeunes, "ces athlètes à qui l’on confisque les JO" [UEF2020]

 |  | 943 mots
Lecture 5 min.
Pour le biologiste Gilles Boeuf, la Covid-19 constitue une alerte terrible, mais également un signe que nous devrions profondément changer notre mode de vie.
Pour le biologiste Gilles Boeuf, la Covid-19 constitue "une alerte terrible", mais également un signe que nous devrions profondément changer notre mode de vie. (Crédits : DR)
[Les Grands Entretiens 2/5] Les 12 et 13 octobre prochains, La Tribune organise le Forum Une Epoque Formidable, à Lyon. Gilles Bœuf, biologiste et ancien président du Muséum d’histoire naturelle, revient sur les mutations qui ont permis au virus de la Covid-19 de se développer et de franchir la barrière de l'animal à l'homme, tout en expliquant les enjeux démographiques qui se présentent dans un tel contexte de pandémie.

Vous vous préparez à participer au débat "Démographie : la planète en péril ?", aux côtés d'Hervé Le Bras et Alice Baillat, le 12 octobre prochain à l'occasion du Forum Une Epoque Formidable, organisé par La Tribune. Muni de votre éclairage de biologiste, pourriez-vous nous expliquer à quels risques s'expose l'humanité si la population augmente encore ?

"C'est très simple, il faut relire Claude Lévi-Strauss qui disait, en 2008, que si l'humain n'est pas capable de contrôler l'augmentation de sa population, nous n'auront plus l'eau, l'air et l'espace pour vivre dans des conditions de bonheur. C'est tellement évident : vous élevez des rats et vous les laisser se reproduire, à un moment, ils vont se manger entre eux parce qu'ils n'auront plus d'espace vital pour s'alimenter ou se déstresser.

En plus, dans l'espèce humaine, il y a d'énormes drames sociaux. Il s'agit donc d'une question d'espace vital et de relation harmonieuse entre les individus. [...] En 1945, nous étions environ deux milliards, et nous arrivons à huit milliards aujourd'hui. En soixante-dix...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2020 à 16:28 :
A mon avis, ça va pas faire plaisir à tout le monde de dire que nous sommes trop nombreux sur la planète. C'est pourtant la réalité.
Le Trump d'un ancien temps a dit :
"Croissez, multipliez et remplissez la Terre". C'est fait, et c'est bien du Trump (de l'ancien temps !).
Désormais on fait quoi pour notre espace vital personnel ? La guerre, c'est d'ailleurs pour ça qu'elle a été inventée...par les hommes. Il avait pas pensé à tout le "Trump de l'ancien temps".
a écrit le 07/10/2020 à 13:20 :
Nous on le sait très bien, dans des conditions raisonnables de culture agricole non industrielle, notre indépendance alimentaire correspond à 45 millions d'habitants, or depuis 70 ans on a volontairement provoqué une immigration moyenne de 200000 habitants par an pour des raisons inconnues sauf le souhait de De Gaulle d'une France à 100 millions d'habitants et actuellement irresponsable de penser la haut à ça.
a écrit le 07/10/2020 à 9:40 :
La Chine avec son milliard d'habitants est un parfait sujet d'étude en ce qui concerne la disparité infinie qu'il existe entre les individus même au sein d'un même pays allant du vestige de l'homme préhistorique au chercheur en physique quantique.

Et nous avons aussi ce même phénomène en Europe mais plus souvent exposé et mieux connu quand même vu que c'est chez nous, 500 millions d'habitants partant des thuriféraires du nazisme à ceux qui voient la richesse dans chacun des 8 milliards d'humains qui composent la planète.

Dommage que le niveau de notre classe dirigeante se retrouve parmi les plus bas par contre, mais il ne faut pas s'étonner des dégâts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :