Temps de crise : une chance pour la mise en œuvre d'un nouvel équilibre

 |   |  430  mots
(Crédits : DR)
OPINION. "Ces 55 jours de confinement furent ceux de l'humilité, réformant l'arrogance et la prétention qui plient toute marche vers un humanisme éclairé, garant de relations justes. Aurons-nous l'audace de faire l'effort nécessaire pour que, dans ce tsunami social, le premier bien de l'entreprise, l'homme, soit protégé", s'interroge Bernard Devert, le fondateur d'Habitat et Humanisme.

La pandémie, encore loin d'être derrière nous, met les Etats dans une situation de convalescence.

Les institutions financières au chevet du malade apportent des remèdes à la hauteur, semble-t-il, de la crise traversée, sans pouvoir pleinement éradiquer les dommages collatéraux annoncés.

Les « amortisseurs sociaux » mis à rude épreuve sont à bout de souffle.

L'avenir, insécurisé, comporte sa part d'opacité et d'angoisse pour les populations les plus fragilisées, inquiètes de perdre leur emploi. Le risque est réel malgré les mesures projetées.

La sortie de crise passe par des équilibres nouveaux

Ils nécessitent une réflexion anthropologique qui s'avère possible à un moment où bien des certitudes sont tombées, laissant place enfin aux convictions.

A occulter le sens de la vie, la finitude se distille et finit par s'imposer, neutralisant avenir et équité. Un vide abyssal qui fait le lit de l'orgueil, tombeau ouvert de ce 'moi' préfabriqué, oubliant l'autre.

L'urgence est la recherche d'un nouvel équilibre si nous voulons que tous s'en sortent, pour éviter la déchirure sociale. L'heure est de mettre en œuvre le vivre-ensemble, non pas l'affichage d'un idéal lointain, mais une impérieuse nécessité pour aujourd'hui. La mission d'Habitat et Humanisme, engagée il y a plus de 35 ans, n'a pas perdu de son acuité.

L'équilibre est toujours une attitude du 'prendre soin' ; les soignants nous ont montré leur engagement sans lequel le virus aurait fait davantage de victimes encore.

La réflexion partagée, née d'un discernement pendant le temps du confinement, est porteuse d'une espérance que nous ne devons pas décevoir ; elle est créatrice d'un renouveau attendu.

Ces 55 jours de confinement furent ceux de l'humilité, réformant l'arrogance et la prétention qui plient toute marche vers un humanisme éclairé, garant de relations justes. Aurons-nous l'audace de faire l'effort nécessaire pour que, dans ce tsunami social, le premier bien de l'entreprise, l'homme, soit protégé.

Les intérêts à court terme, comme toujours, mettent en échec l'humanisme bien compris.

Il nous souvient du mythe de Babel, l'élévation vers le ciel n'avait d'autre perspective que de le posséder. Une voix s'éleva pour dire : « et les autres » ? Tout est dit. Leur oubli est facteur d'un déséquilibre mortifère.

Pour bâtir la maison commune que disparaissent oukases et outrances, comme ces facilités sans fertilité que sont ces crispations affectant la marche vers un nouvel équilibre.

Spectateurs ou acteurs d'une Société nouvelle, nous sommes à la croisée d'un chemin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :