Covid-19 : entreprises, préparons "l'après" !

 |   |  750  mots
(Crédits : DR)
"Un vent de panique souffle sur nous tous, chefs d'entreprise. Et il souffle fort. Face à l'ampleur de la crise, la tentation est forte de baisser les voiles en attendant des vents plus favorables. Pourtant, il existe une autre possibilité : changer de cap. Rester en mouvement, mais vers une nouvelle direction : le monde d'après", explique Benjamin Ducousso, co-fondateur et CEO de la startup WIZBII

La crise actuelle, et ses impacts économiques, sociaux et politiques qui s'annoncent vertigineux, réduisent fortement la visibilité des entreprises. Bien sûr, il faut actionner les différents mécanismes de soutien mis en place ces derniers jours par le gouvernement. Et revoir les priorités : il ne s'agit plus d'engranger de la croissance, mais d'assurer la sécurité des salariés et de préserver la trésorerie.

En revanche, il ne s'agit pas systématiquement de cesser toute action commerciale, toute recherche et développement, toute communication. La peur ne doit pas nous paralyser et amoindrir notre valeur ajoutée de dirigeant : la vision. Où est-ce que je veux emmener mes collaborateurs, quels sont les points forts de mon activité, comment pourra-t-elle survivre et être utile demain ?

Citoyens, acteurs politiques, dirigeants, nous pensons tous que de cette crise il sortira un monde différent, peut-être même meilleur. Mais ce monde n'arrivera pas tout seul. Il n'existera que si nous allons le chercher, en réunissant dès aujourd'hui les concepts, processus, équipes et stratégies nécessaires.

Protéger les collaborateurs à court terme... et à long terme

Les entreprises ont joué le jeu de la sécurité et la santé des collaborateurs. Elles ont, pour une grande majorité d'entre elles, rapidement relayé les consignes, organisé le télétravail, encouragé le confinement. Mais l'attention portée à l'humain ne doit pas s'arrêter à ces premiers instants.

La fameuse continuité de service que nous assurons à nos clients doit s'appliquer, de manière tout à fait symétrique, à nos salariés : réunions téléphoniques hebdomadaires, questions en direct au CEO, communication responsable et transparente... Il est plus que jamais l'heure de pratiquer ce nouveau paradigme managérial prôné depuis plusieurs années, particulièrement par nous les startups !

A plus long terme, penser "l'après" constitue la manière la plus efficace et pérenne de protéger nos salariés. Sans mentir aux équipes, sans minimiser ni les incertitudes qui nous agitent, ni les risques qui pèsent l'entreprise, nous pouvons les mobiliser autour d'une ambition collective forte - "surfer" sur la crise. Par ailleurs, travailler sa vision, c'est se donner toutes les chances de pouvoir réintégrer, lors de la reprise, ceux qu'il a fallu mettre au chômage partiel !

A cet égard, les startups et jeunes PME peuvent sembler les plus fragiles, et la tentation est grande de mettre immédiatement 50%, 80%, voire 100% des collaborateurs, en chômage partiel. Bien sûr, chaque situation est différente, et le manque de trésorerie sera peut-être le critère décisionnaire pour la majorité. Mais nous, les entreprises innovantes, sommes peut-être les mieux armées pour naviguer en période trouble et rebondir dans ce monde de demain qui sera plus digital, rapide et fluide que jamais.

Comment se réinventer au milieu du gué ?

Être en capacité de "frapper fort" une fois que le virus sera derrière nous, oui. Pour préparer l'avenir des salariés et contribuer au redressement de l'économie du pays. Mais comment ?

En tant qu'entrepreneurs, nous sommes au croisement d'un nombre incalculable de stimuli incessants. Marchés, investisseurs, collaborateurs, médias, conseils, camarades startup, tous nous disent que l'heure est grave. Mais ne nous interdisons pas de penser qu'il y a toujours plusieurs lectures possibles. Tout en intégrant ces stimuli, autorisons-nous à les examiner soigneusement, et tenter d'y débusquer la pépite, l'opportunité enfouie sous le tsunami de mauvaises nouvelles.

Chez WIZBII, nous avons globalement réduit nos dépenses par prudence, sur la base d'un business plan plus conservateur, mais qui nous laisse un horizon raisonnable en termes de trésorerie. Nous avons conservé 75% de nos équipes - seuls les effectifs en charge de notre pôle événementiel sont au chômage partiel, et nous espérons que l'activité nous permettra de les réintégrer rapidement. Nous sommes dans l'action, nous accélérons nos activités B2C et 100% digitale, nous transformons nos métiers et nos actifs pour soutenir la croissance de ces activités. Est-ce que cette stratégie sera gagnante ? Nous y croyons et nous nous battrons pour ça. Nous abordons ce moment avec entrain et optimisme, dans une période entrepreneuriale où de nouvelles opportunités s'écriront.

Evidemment, tout le monde ne trouvera pas les clés du rebond. Mais en ces temps troublés, tout le monde a le devoir de se lancer à leur recherche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :