Pourquoi défendre l'inscription des bistrots et terrasses de Paris à l'UNESCO

 |   |  616  mots
(Crédits : JP Lemoine)
Selon le président directeur général de Fermob, les bistrots sont fédérateurs de liens, dont l'état d'esprit "à la française", s'exporte bien. Il s'engage aux côtés de l'Association des Bistrots et Terrasses de Paris et de son président Alain Fontaine, pour faire inscrire les « Bistrots et Terrasses de Paris » au Patrimoine Immatériel de l'Humanité de l'Unesco.

Une ambiance grouillante. Un peu dehors, un peu chez soi, certains attendent un rendez-vous pendant que d'autres passent en coup de vent ; on y observe les passants pendant que d'autres préfèrent scroller leur communauté au filtre de leur portable. Bleu de travail ou col blanc se côtoient autour d'un café au comptoir.

« Qu'en un lieu, qu'en un jour... », les bistrots sont les théâtres de nos vies. Ces lieux populaires animent les centres villes. Zinc, œuf dur et « express au comptoir » telle est la trilogie fondatrice d'un bistrot.

Si l'idée de faire inscrire les Bistrots au Patrimoine Immatériel de l'Humanité peut faire sourire, elle a finalement beaucoup de fond : un bistrot c'est avant tout un lieu de vie populaire, accessible, fort de sa diversité sociale et/ou générationnelle. Ancrés dans notre histoire ou dans nos références culturelles, ils font partie de nos vies, de nos centres-villes.

On a tous une histoire dans un bistrot. Avec son exigence de rapport qualité/prix, ils rassemblent tout un microcosme de notre société voire une image idéalisée du « vivre ensemble ». Même lorsqu'ils sont « Bistronomiques », l'offre doit rester accessible à tous les budgets et tous les amateurs de bons produits. Ils offrent une sorte d'image rêvée qu'on veut avoir de la société, une publicité pour la communication interpersonnelle à une époque du tout digitale.

Combien de lieux peuvent se targuer de rassembler autant de diversités autour de valeurs de convivialité et de joie de vivre ? Si on est seul dans un bistrot, c'est forcément un choix...

Un état d'esprit qui s'exporte

Si la France est un pays qui fait rêver sur le plan de l'art de vivre, on a tort de penser que seul le luxe s'exporte. Je voyage beaucoup dans le cadre de mes fonctions et j'aime être attentif à l'atmosphère que procure un lieu de restauration. Les clients des bistrots « français » installés à l'étranger, y vont souvent pour avoir cette sensation de voyager un peu.

Aux Etats-Unis, il m'est arrivé d'organiser des déjeuners d'affaires dans des bistrots pour deux raisons qui nous paraissent naturelles : manger assis et discuter installé autour d'une table. J'étais surpris de voir que cette proposition pouvait paraître incongrue mais très vite, se mettre à table dans un décor frenchy a instantanément apporté convivialité et efficacité. La célèbre diplomatie du bistrot !

Distillé un peu partout dans le monde, ces ambassadeurs d'un art de vivre populaire, offrent un petit bout de France, un voyage à moindre coût mais tellement dépaysant.

Une reconnaissance patrimoniale

Un dossier est actuellement en cours de consultation à l'UNESCO déposé par l'Association des Bistrots et Terrasses de Paris, c'est donc à côté de son président Alain Fontaine que je souhaite défendre cette inscription. Nous pouvons encore créer une émulation autour d'elle et porter à un niveau international ses valeurs de convivialité, d'accessibilité.

Cette reconnaissance par l'UNESCO permettra de mettre en lumière ce patrimoine populaire emblématique d'une diversité culturelle et sociologique accessible à tous. A la fois ancrés dans notre histoire et résolument contemporains, nos comptoirs en zinc prennent une nouvelle dimension.

En soutenant ce projet, c'est un engagement personnel de ne pas vouloir les voir disparaître au profit d'autres lieux standardisés, mondialisés, mais aussi un engagement passionnel de vouloir défendre aux yeux du monde entier cet art de vivre qui s'inscrit dans notre histoire avec modernité.

Les bistrots se sont perpétuellement renouvelés tout en sachant préserver leur identité profonde. Et le génie est là ! Continuer à rester moderne tout en valorisant son histoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2020 à 6:22 :
Bravo M Reybier
Tout a fait d'accord
a écrit le 08/01/2020 à 17:59 :
Bravo à vous pour cette initiative.

Le bistrot est synonyme de convivialité. Il est un lieu de vie incontournable.
Un refuge relationnel.
Chaque ville devrait avoir son ou ses bistrots permettant de dynamiser l’échange entre humains inter-générations.

J’encourage M. Bernard Reybier dans cette noble cause et l’en remercie.
Françoise Dumas Feuermann

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :