L'audace et la créativité entrepreneuriales : une affaire... de femmes par Clara Gaymard

 |   |  404  mots
(Crédits : Raise)
Dans presque tous les milieux, les décideurs restent des hommes. Le problème concerne l'avancée des femmes argumente Clara Gaymard, cofondatrice du groupe Raise. Elle participera le 7 octobre prochain au Forum Une époque Formidable organisé par La Tribune au Théâtre des célestins. En amont de son intervention, nous vous proposons de commenter cette tribune. Certaines de ces remarques et interrogations seront reprises lors du débat : "Oser !"

Nous sommes de plus en plus présentes, mais quand nous regardons le pouvoir de décision, dans le monde politique, économique, associatif ou religieux, il est quasiment à 100 % détenu par les hommes. Les femmes ont rarement la clé de la décision.

Si la loi, qui impose par exemple 40 % de femmes aux conseils d'administration dans les grandes entreprises, a permis de féminiser ces instances, ce n'est pas encore le cas des comités de direction. De la même manière, l'écosystème entrepreneurial est symptomatique de ce déséquilibre. Selon l'Insee, les femmes représentaient 40 % des créations d'entreprise en 2017 : par rapport à certains pays, la France est très en retard, il y a encore trop peu de femmes parmi les créateurs d'entreprises. Même si ce chiffre continue de progresser chaque année, porté aussi par le succès médiatique de certaines jeunes entreprises, de Sézane à Leetchi en passant par Afrimarket, Jam, Magic Makers ou encore Kokoroe, qui montre que cela est possible. C'est une étape importante qui s'est faite en une génération.

Quelles solutions ?

Je crois aux vertus du mentoring, des équipes paritaires dans les entreprises, cela change la dynamique autant que l'état d'esprit. Au sein du groupe RAISE, que j'ai fondé avec Gonzague de Blignières, les équipes sont ainsi recrutées à parité totale. Cette égalité apporte de l'harmonie, de la créativité et une ambiance plus humaine dans les équipes.

De la même manière, je reste convaincue de l'importance des réseaux féminins. À force d'accompagner des jeunes femmes, les créatrices d'entreprises font le même constat : la plupart d'entre elles doutent beaucoup. La mission d'une mentor est avant tout d'accroître leur confiance en elles et d'encourager ce vivier de talents. Les femmes doivent se soutenir en partageant leurs expériences, en apprenant aussi qu'il faut cesser d'opposer vie familiale et professionnelle. La vie familiale donne des atouts considérables pour être un bon manager.

De tout temps, les femmes ont été à l'origine de grandes innovations digitales, médicales ou encore technologiques. Leur inventivité a parfois changé le monde dans lequel nous vivons. Aujourd'hui, elles doivent mettre à profit leur imagination et leur audace et s'imposer dans un monde majoritairement masculin. Selon René Char, "Il faut trembler pour grandir". La peur ne doit pas être un obstacle à l'entrepreneuriat, il faut essayer quitte à échouer. Il faut oser.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :