Le grand retour des crétins ! par Jean Viard

 |   |  588  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
N'assiste-t-on pas à une nouvelle chute des élites avec la même logique qui a plongé l'Europe dans les heures les plus sombres de son histoire ? Les explications du sociologue Jean Viard. Il participera le 7 octobre prochain lors du Forum Une époque Formidable organisé par La Tribune au Théâtre des célestins. En amont de son intervention, nous vous proposons de commenter cette tribune. Certaines de ces remarques et interrogations seront reprises lors du débat : "Elites : vraiment la crise ?".

La guerre de 14/18, puis la crise de 1929, avaient profondément délégitimé les élites des différents pays d'Europe. Car enfin, des élites menant leurs peuples à la guerre, à la mort, puis dans la misère, sont-elles vraiment compétentes ! Et l'on vécut alors, dans presque toute l'Europe, la montée vers le pouvoir de gens peu diplômés, peu éduqués, qui avaient des visions simples et dures de la gestion des sociétés.

Et ce qui était vrai au niveau des leaders l'était aussi au niveau des organisations politiques qui devinrent des forces paramilitaires plus que des intellectuels collectifs. Fascisme et nazisme, vichysme, découlèrent de ce refus des élites, voire parfois de leur extermination. Malheureusement, cela fut vrai aussi de certains mouvements communistes. Ne pensons qu'au massacre des élites polonaises à Katyn...

Le processus ne se répète-t-il pas aujourd'hui - bien sûr suivant d'autres modalités, avec les fake news, les leaders autoproclamés sans formation, les réseaux Facebook fermés, la violence de Twitter, Salvini, Trump, Boris Johnson... N'assiste-t-on pas à une nouvelle chute des élites ? Avec au fond la même logique : essayons les imbéciles puisque les élites ont échoué !

Partout vulgarité, inculture affichée, sexisme gras, rumeurs et fausses nouvelles occupent les médias. Excusez la caricature, mais il ne faut pas se voiler la face. Depuis la Libération, en général, nos sociétés ont été gouvernées par des Résistants, puis des diplômés des grandes écoles et des universités.

Or, à nouveau aujourd'hui, le pouvoir est pris en main par des gens sans diplôme ou ne s'en revendiquant pas. La vérité doit être simple, relative, intime conviction plus que construction. La complexité rejetée. Ce qui d'ailleurs bloque la promotion de la très catholique Marion Maréchal.

La faute à qui ?

Qui a perdu le futur et le peuple ? Qui a su protéger ses propres intérêts face à la révolution numérique, la crise de 2008, l'explosion écologique ? Qui a su diriger ses enfants vers les bonnes écoles, les bonnes filières, acheter au bon moment, profiter des politiques culturelles et expliquer benoitement que certes les emplois ouvriers régressaient, mais que d'autres emplois se créaient - dans les services, le numérique ?

Qui n'a pas compris que ce qui implosait sous nos yeux depuis vingt ans, c'était ces vieilles classes sociales qui donnaient du lien et du projet aux plus démunis, aux plus faibles ? Qui a fait mentir le projet démocratique de promotion des enfants et des quartiers populaires ? Qui a ossifié notre modèle laïque en refusant une place légitime à la deuxième religion du pays ? Qui, au fond, sont les vrais crétins qui nous mènent dans le mur ? Ceux qui ont utilisé les beaux mots de République, d'égalité, de promotion sociale comme des cache-misère, ou les miséreux envoyés en périphérie des villes dans les quartiers dit populaires ou le très vaste périurbain ? Les élites n'ont-elles d'ailleurs jamais su gérer une révolution technologique et scientifique autrement qu'en faisant l'autruche et en attendant, apeurées, entourées de forces de sécurité la haine du peuple ?

Macron, presque seul pour l'instant, tente une contre-attaque avec (trop !) des surdiplômés. Saura-t-il entendre les grondements des peuples ? Comment relégitimer l'intelligence au bord du chaos ? En pensant le bien du peuple sans doute.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2019 à 14:34 :
En tout il y a "en même temps" un éternel recommencement et le progrès de la connaissance. Le RIC est une dangereuse illusion qui ne permet pas de faire face aux complexités de plus en plus grandes. Seuls les gens éduqués (les élites et sous-élites) se sont intéressés et ont participé au grand débat contrairement aux affirmations des gilets jaunes qui réclamaient plus de participation: les gens s'ennuient vite, les résultats ne viennent pas assez vite. Il n'existe pas de martingale unique magique. Tout acteur économique armé de constance sait qu'une multitude de petites mesures insignifiantes individuellement peut seule aboutir à de grandes améliorations (n'est-ce pas la sagesse populaire qui nous dit que les petits ruisseaux font les grandes rivières ?) Si le dernier mot doit rester au Parlement (composé de gens compétents et capables de discuter entre eux sans en venir aux mains), il faut cesser de tout attendre passivement de l'Etat et mobiliser la société civile sur des ACTIONS collectives qui ressoudent et donnent le sentiment d'agir sur son destin personnel tout en obtenant la CONSIDERATION et la RECONNAISSANCE des autres, quelle que soit votre position sociale de départ. Les associations ne doivent plus seulement attendre des subsides de l'Etat, les gens mécontents ne doivent plus seulement protester en défilant, mais prendre en main localement les problèmes en invitant chacun à mettre la main à la pâte pour changer et améliorer ce qui ne va pas.Aux armes citoyens....Réveillez-vous.
a écrit le 27/09/2019 à 8:46 :
A part des salmigondis vous faites quoi dans la vie?

Une élite chasse l'autre elles passent et se ressemblent et il est inutile d'opposer crétins et élites, on peut très bien être les deux, en même temps ®, comme ni l'un ni l'autre.
La vraie question devrait être, une société peut elle évoluer par ses insiders ou est elle condamnée évoluer contre eux?

Moi aussi j'aurai pu faire sociologue ou autruche, mais j'ai préféré faire lapin, lapin c'est trop bien
a écrit le 26/09/2019 à 11:07 :
Mon dieu j'ai rarement lu un tel tissu d'inepties :
1 les élites nous mènent à la guerre, à la souffrance, la mort, la misère
2 les peuples se révoltent et votes pour des "crétins" qui nous mènent à la guerre, à la souffrance, la mort, la misère
3 le peuple revient alors à nouveau aux élites qui nous mènent à nouveau au bord du gouffre
4 mais, miracle, parmi ces élites s'élève enfin quelqu'un d'intelligent, qui prend soin du peuple, qui le respecte et qui pense son bien, Macron !!!

Personnellement si j'avais écrit cet article, je l'aurai intitulé des "crétins" remplacés par des "crétins" et ma conclusion n'aurai pas été la même que la votre car je mettrai macron sous la même description que celle que vous faîtes des "crétins", je vous cite :
"Partout vulgarité, inculture affichée, sexisme gras, rumeurs et fausses nouvelles occupent les médias"
Dois-je vous rappeler les "bon mots" de votre président (illettrées de Gad, ceux qui ne sont rien, Kwassa-Kwassa etc...)

je ne suis pas surpris finalement que vous ayez écrit ces inepties car vous même, Jean Viard, pensez-vous faire parti de ces élites, vous êtes diplômé et avez rejoins LREM (le parti de ceux qui ne fument pas des clopes et roulent pas en diésel)

je crois qu'il est temps de refonder notre système d'enseignement afin de trouver de véritables élites, de véritables penseurs-penseuses, digne de ce nom

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :