Entreprendre : pourquoi faut-il rester fidèle aux fondamentaux  ?

 |   |  374  mots
(Crédits : DR)
"Ceux qui entreprennent pour construire le monde de demain doivent le faire sans pour autant balayer les bases fondatrices de la création d'entreprise", estime Xavier Kergall, directeur général du pôle services aux entreprises pour le Groupe Les Echos Le Parisien et fondateur du Salon Des Entrepreneurs dont La Tribune est partenaire. Il se déroule les 12 et 13 juin à Lyon.

L'entrepreneur star et le serial entrepreneur permettent de défendre cette cause. Ils nous ont permis d'attirer les talents, de détecter des potentiels voire de totalement démocratiser l'idée d'entreprendre. Ce n'est pas pour rien que désormais, plus de 15 millions de Français rêvent de créer une entreprise un jour.

Il faut conserver ces modèles, à condition de privilégier les faiseurs et non pas les leveurs de fonds. Trop nombreux sont les opportunistes, qui se focalisent sur l'idée de gagner de l'argent sans penser "aventure entrepreneuriale" sur le long terme — ils ne sont pas totalement fautifs, les médias et les politiques ont leur part de responsabilité.

Certains créent des sociétés pour les revendre, ne jurent que par fonds d'investissement ou confondent encore levée de fonds et chiffre d'affaires. Ce n'est pas parce que l'on a réuni plusieurs millions que l'on a réussi l'acte d'entreprendre.

Des fondamentaux et du sens

Créer une entreprise, ce n'est pas seulement avoir une bonne idée. Il faut construire un business model basé sur un marché de produits ou de services, et pouvoir les vendre à des clients. Il faut penser rentabilité, innovation, cycle de vie et trajectoire de son entreprise.

Néanmoins, dans cette nouvelle donne se renforce l'idée de donner du sens à son entreprise. Ceux qui s'inscrivent dans la transformation durable, profonde, se sont emparés de la question de leur impact social au-delà de leur performance économique. Cette confrontation entre éthique et performance sera l'un des grands enjeux de ces prochaines années.

Autant d'innovations technologiques mais surtout sociales bousculent et obligent les grands groupes et les ETI à s'aligner et à inventer la notion d'intrapreunariat - ces femmes et ces hommes de l'intérieur qui pressentent, mieux que quiconque les failles de leur propre entreprise, et les nouvelles opportunités de business qui en découlent. Même si ce concept démarre, il représente surtout une nouvelle opportunité d'entreprendre et de renouvellement.

Entre l'ancien monde et le nouveau monde, il faut garder un juste-milieu. Sous peine d'engendrer une génération de déçus de la création d'entreprise. Et de voir tous nos efforts pour la promouvoir balayés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2019 à 19:36 :
rester fidele aux fondamentaux?
ce devrait vouloir dire
se soucier du client
innover
faire des produits ergonomiqes
et je ne suis pas sur que cela fasse partie des fondamentaux de tant d'entreprises que celà

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :