De l'importance de l'Europe dans notre quotidien

 |   |  615  mots
(Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Ce 9 mai est commémorée la Journée de l'Europe, à quelques encablures d'un scrutin cardinal à l'issue périlleuse. Les actions exercées par l'Union européenne ne sont pas « que » d'envergure macroéconomique ; elles profitent concrètement à la compétitivité des territoires et au quotidien des citoyens, qu'il s'agisse d'enseignement supérieur, d'emploi, d'éducation, d'écologie, de numérique, et même de social. Illustration dans la métropole lyonnaise, par David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon.

La journée de l'Europe et l'échéance des prochaines élections européennes sont l'occasion de rappeler l'importance et la nécessité de l'Europe pour nous tous, dans notre quotidien et sur tous nos territoires. Les contre-vérités et raccourcis alimentés par les nationalistes et populistes qui prônent le repli sur soi ont entraîné une défiance vis-à-vis de l'Union européenne. Si bien qu'elle est aujourd'hui plongée dans une véritable crise existentielle.

L'Europe est pourtant une chance pour chacune et chacun d'entre nous. Elle est un acteur majeur dans la conduite de nos projets pour répondre aux besoins des habitants et de nos collectivités. Elle soutient le développement de nos territoires, nos politiques sociales et culturelles, la transformation de nos villes.

Dans la Métropole de Lyon, elle accompagne le retour à l'emploi pour une ville plus inclusive ;  le développement des nouvelles technologies pour une ville plus innovante ;  le co-voiturage pour une ville apaisée ; la rénovation thermique de bâtiments publics, comme la MJC de Bron ou l'école maternelle de Couzon au Mont d'Or ; les projets numériques métropolitains tels que le Pass Urbain et le Guichet numérique ; les projets de recherche menés par les équipes de l'université Lyon 1 ou de l'INSA...

C'est également 30 millions d'euros du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) attribués depuis 2014 à plus de 60 programmes du territoire métropolitain pour favoriser la compétitivité régionale et le travail.

La réalisation des projets de nos universités, de nos associations, de nos collectivités et de nos entreprises repose, en partie, sur le soutien et l'engagement financier européen.

Socle européen des droits sociaux

Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, les questions sociales sont bel et bien au cœur du projet européen et cela depuis sa création. Sa politique sociale s'articule autour de quatre grands axes que sont le droit du travail, la lutte contre toutes formes de discrimination, l'égalité femme / homme, et enfin la modernisation et la coordination des systèmes de protection sociale.

C'est ainsi que, grâce à l'Europe, nous disposons de 6 millions d'euros d'investissement annuel en Fonds Social Européen pour la politique renouvelée en matière d'insertion que mène la métropole lyonnaise depuis 2015. Plus de 5 000 personnes en difficulté sont accompagnées chaque année grâce à ces financements pour retrouver le chemin de l'emploi.

Cette politique sociale européenne tend à se développer avec notamment "le socle européen des droits sociaux" que notre Métropole de Lyon a ratifié aux côtés de 20 autres grandes agglomérations dans le but de donner à tous les citoyens européens de nouveaux droits, pour plus d'équité, d'égalité et d'inclusion.

Autant d'exemples, d'initiatives et de chiffres qui prouvent que notre Europe n'est pas celle dépeinte par ceux qui la rejettent. Elle n'est pas qu'un ensemble d'institutions technocratiques et lointaines. Oui, l'Europe peut-être résolument ancrée dans les réalités locales et tournée vers ses concitoyens. C'est son devoir, c'est notre responsabilité.

Au-delà de ces engagements concrets et visibles dans notre vie quotidienne, l'Europe a permis d'enraciner la paix et la démocratie sur notre continent. Elle est celle qui a fait tomber les murs, préserve nos libertés individuelles et s'engage pour défendre les valeurs constitutives de nos sociétés.

Enfin, je suis convaincu que face aux grandes menaces de notre siècle que sont l'urgence environnementale et sociale, le terrorisme et la montée des extrêmes, l'Europe peut apporter des réponses fortes et efficaces.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2019 à 18:39 :
Qu'il s'agisse de Bruxelles ou de l'ancien parlement et bientôt du nouveau, aucun contrôle n'est possible sur les agissements de ces fonctionnaires ou représentants des peuples européens. Qu'il serait judicieux de pouvoir obtenir leurs révocations ou tout du moins leur mise en accusation pour malversations ou absentéisme/paresse avérée.
L'Europe serait si belle sans eux !
a écrit le 09/05/2019 à 18:08 :
Que fait l'UE que ne pourrait pas faire une demande locale, si ce n'est de l'interdire?
a écrit le 09/05/2019 à 10:39 :
"Enfin, je suis convaincu que face aux grandes menaces de notre siècle que sont l'urgence environnementale et sociale, le terrorisme et la montée des extrêmes, l'Europe peut apporter des réponses fortes et efficaces."

Bref vous n'avez plus aucun espoir sur notre union mais comme vous y avez intérêt vous venez nous raconter toujours les mêmes histoires à dormir debout que l'actualité dément chaque jour un peu plus.

" Anne ma sœur Anne, ne voit tu rien venir ?"

"Si des sous plein et partout ! Ouais génial !!!" :D

Vite un frexit, un peu de sérieux svp, merci.
a écrit le 09/05/2019 à 10:39 :
hé ben, si c'est pas consensuel tout ça...
mais c'est quand même stylistiquement dramatiquement pauvre. Et puis réduire l'Union à un guichet qui distribue des subsides, on aurait espéré un peu plus d'un président d'une des plus grosse collectivité locale française...
le souffle, ce sera pour plus tard ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :