Comment le numérique transforme nos perceptions

 |   |  534  mots
(Crédits : DR)
Face aux nouveaux défis que pose la révolution numérique, en transformant notamment notre perception du monde, le rôle des décideurs devient de plus en plus complexe. C’est le constat que fait Valérie Julien Grésin, dirigeante fondatrice du cabinet ASM Conseils et docteur en philosophie qui vient de publier, avec Yves Michaud, philosophe, le livre "Mutation numérique et responsabilité humaine des dirigeants". Cette tribune est publiée en amont de la table ronde "Quelles responsabilités humaines des dirigeants pour une mutation numérique réussie ?" organisée le 11 avril prochain par l’UCLy et dont La Tribune est partenaires.

Le développement frénétique des technologies numériques, porteur du meilleur comme du pire, requiert une exigence de pensée critique des usages. Il semble en effet impératif d'ouvrir un espace de questionnement pour stimuler la réflexion sur la manière de contribuer aux équilibres nécessaires pour gérer avec humanisme et pragmatisme les impacts de la mutation numérique, unanimement considérée aujourd'hui comme un changement radical de notre rapport au monde.

L'usage des applications numériques modifie notre rapport au monde sur trois registres, fondements de notre structuration mentale : la distorsion de la temporalité avec une illusion d'immédiateté, la distorsion de notre rapport à l'espace avec une illusion d'ubiquité, la distorsion de notre inscription charnelle de la relation avec l'illusion d'une présence virtuelle.

Lire aussi : Quelles responsabilités humaines des dirigeants pour une mutation numérique réussie ?

Selon PWC, dans son étude Sizing the price - Global Artificial intelligence Study : Exploiting the AI revolution, le développement en cours du seul domaine de l'intelligence artificielle pourrait générer une croissance mondiale de 14% d'ici 2030, représentant la plus forte opportunité de développement commercial de l'économie actuelle.

Nous pouvons mettre cette tendance en perspective avec le fait que l'ensemble des technologies numériques que nous utilisons, les ordinateurs, les téléphones mobiles, les objets connectés, les centres de données, les réseaux et leurs plateformes, consomment aujourd'hui près de 10% de la consommation mondiale d'énergie.

Ce développement questionne à la fois nos équilibres planétaires et, au niveau individuel, l'évolution de notre propre manière de vivre.

Qu'est-ce que le numérique change au rapport entre entreprise et société, qu'est-ce qu'il change au travail, quelles évolutions peut-on envisager dans le rapport au pouvoir et à la gouvernance, en quoi modifie-t-il la qualité de la collaboration ?

Avec la suppression des frontières entre entreprise et société que permet la connexion généralisée, l'entreprise joue plus que jamais un rôle d'opérateur de société comme en attestent les exigences croissantes de responsabilité sociétale. Opportunité de régulation de l'économique par le social, cette évolution présente aussi les limites d'un accroissement des pressions de conformité comportementales.

Au quotidien, les conditions de travail évoluent aussi profondément : de nouveaux métiers apparaissent tandis que d'autres deviennent obsolètes, les rythmes s'accélèrent sous l'emprise de la circulation des données, de nouveaux modes éphémères de collaboration se développent alors que l'exigence de sens n'a jamais été aussi prégnante.

Le rapport au pouvoir et à la gouvernance se trouve questionné pour créer les conditions d'intelligence collective et de co-construction d'un bien commun reconnu par l'ensemble des parties prenantes. Enfin une attention toute particulière doit être apportée à la qualité de la collaboration pour que le travail ne se réduise pas au management par les nombres et les données risquant de porter atteinte à la dignité des personnes.

La prise en compte de ces évolutions requiert que chaque entreprise définisse sa raison d'être pour déployer des pratiques consistantes et lisibles qui favorisent un développement responsable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :