[Mon rêve pour demain 3/5] Frédéric Tabary, designer et architecte

 |   |  612  mots
(Crédits : DR)
"Comment imaginez-vous la place de l'Homme dans la société du futur ?" "Comment peut-il évoluer, grandir, espérer, et par quel(s) moyen(s) ?" C'est ce qu'a souhaité savoir Acteurs de l'économie-La Tribune, en proposant à des personnalités de divers horizons d'apporter leur témoignage. Cette semaine, Frédéric Tabary, designer et architecte - qui propose une solution d'habitat d'urgence aux personnes qui dorment dans la rue -, nous fait part de son rêve, de son souhait et de ses désirs.

Il y a 100 ans, le centre-ville devenait le poumon de nos agglomérations. Nos appartements étaient confortablement dotés de salle à manger, d'autant de chambres que d'occupants... et d'amis. Il fallait être propriétaire d'un bel appartement au cœur de la cité pour être un « monsieur ».

Un siècle plus tard, la donne a changé. Certes, la volonté de s'afficher est toujours autant d'actualité, mais les villes peinent à pouvoir proposer une offre qui corresponde à la demande. Le prix des loyers explose, les terrains se font rares. Un flottement des politiques urbanistiques sur le véritable objectif à suivre s'affiche au grand jour et dévoile les faiblesses de notre système.

On rustine, on colmate, on répare dans l'urgence. Et l'on tente de s'adapter aux nouveaux flux de population en quête de nouvelles sensations, d'un nouveau climat, d'un nouveau pays. Les enjeux de développement durable, mais aussi le transport et la pollution sont autant de freins à la possibilité d'engager clairement de véritables réformes pérennes et durables alors qu'à chaque élection, tout peut être remis en cause. Aussi, les véritables oubliés de cette grande aventure restent les mal-logés.

Toujours relégués dans les quartiers à très faible valeur ajoutée, les ghettos des années 1970 ne semblent encore et malheureusement pas promis à un bel avenir. Les vieux bâtiments sont remis à neufs et repeints en dépit du bon sens.

La réintégration est un échec et cela est appuyé par de nouvelles constructions toujours aussi mal pensées. Il nous faut restructurer les banlieues en profondeur. Occuper les espaces « vides de sens et tristes », les boulevards commerciaux ou les panneaux 4x3 prennent autant de place que les surfaces de vente des enseignes. Apportons des touches de douceur dans ces ensembles ou le béton, le gris, le mauve et le vert sont légion.

Mise en communauté

L'enjeu de nos villes passera peut-être par la mise en communauté des espaces pour baisser les coûts de revient. Proposer du chaleureux tout en étant moins onéreux au mètre carré ! Nous, citoyens de nos villes, allons devoir faire des concessions, mais au profit d'une architecture rationnelle et fonctionnelle.

Aussi, nos architectes doivent changer leurs habitudes et considérer le XXIe siècle comme une véritable opportunité architecturale où tout doit être réinventé : la façon d'habiter et de vivre la ville. Mais pour réussir...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2020 à 12:26 :
Bonjour

Si vous désirez en savoir un peu plus sur mon travail retrouvez moi sur http://www.frederic-tabary.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :