Le big data est-il un danger sociétal ?

 |   |  1046  mots
(Crédits : Agence Prisme / Pierre Jayet)
Qu'adviendra-t-il si le bien et le mal, ainsi que les valeurs qui définissent notre humanité s'inversent soudainement chez celles et ceux qui, sans transparence, seront demain aux manettes algorithmiques ? Telle est l'une des questions soulevée par Yannick Chatelain, professeur associé à Grenoble École de Management et l’auteur d'ouvrages sur le digital marketing, le big data, le hacking ou la cybercriminalité.

Le big data est un concept, évoqué pour la première fois en 1997 et popularisé dans les années 2012, visant à exprimer un volume considérable de données. Ces données sont désormais en mesure d'être traitées pour en extraire la substantifique moelle et leur donner du sens. Qui dit big data et recherche de sens, dit algorithmes. En ce qui concerne les algorithmes liés au big data, ils sont, pour caricaturer, les "ouvriers" experts préposés à l'extraction de sens. L'enjeu consiste donc à formaliser la mission qui va leur être assignée.

Le big data qui concerne tant les entreprises que les états est-il un danger sociétal ? Quitte à ne pas souscrire à une "technofacination" béate et  passer pour un oiseau rétrograde de bien mauvais augure, commençons par visiter le musée du pire.

Liberté d'expression

Parmi les missions qui peuvent être assignées aux algorithmes du big data, vous serez enthousiasmés d'apprendre qu'à l'heure où j'écris, le big data et la surveillance de masse vivent une véritable idylle. De l'autre côté de l'Atlantique, le FBI se vantait récemment de pouvoir accéder, "quasiment en temps réel, aux 500 millions de publications quotidiennes sur Twitter" [1]. Comme...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :