Oui, l’avenir français se pense industriel !

 |   |  502  mots
(Crédits : DR)
A ceux qui pensent l'industrie morte, au profit du tertiaire, Vincent Charlet leur répond qu'ils se trompent. Pour le directeur de la Fabrique de l'industrie, l'industrie - actuellement en pleine transformation - a toute sa place dans l'économie de demain.

Le débat sur les perspectives économiques de notre pays est parfois pollué par des images d'Épinal. Il faut donc prendre garde au sens véritable des mots. Pour un banal moteur de recherche, l'industrie se réduit à une usine fumante et polluante. Dans la nomenclature d'activités établie par les statisticiens après la Seconde Guerre mondiale, et toujours suivie à quelques aménagements près par l'Insee et ses homologues internationaux, l'industrie est une liste figée de secteurs, qui se distinguent de l'agriculture et des services.

Cette industrie-là, on le sait, notamment en raison des gains de productivité élevés qu'elle réalise et dont nous tirons la croissance, voit son poids économique se réduire, en France comme dans tous les pays développés, au profit des entreprises du secteur tertiaire.

Synergies

Mais quiconque est allé sur le terrain a réalisé, depuis longtemps déjà, que l'industrie et les services sont interdépendants. L'immense majorité (85 %) des entreprises "manufacturières" françaises tire une part de leurs revenus de la vente de services (15 % de leur chiffre d'affaires en moyenne, chiffre qui ne cesse de croître).

En retour, certaines entreprises fondées initialement pour une prestation de services consolident leur modèle d'affaires en se mettant à fabriquer des produits. Et, surtout, les unes et les autres s'associent pour proposer à leurs clients des solutions performantes, compétitives et innovantes. Les achats croisés entre les deux secteurs, tant en sous-produits qu'en prestations intellectuelles, sont quotidiens. Tout raisonnement économique commençant par séparer ou à opposer industries et services conduit à une impasse.

Transformation profonde

Au sens premier du terme, l'industria consiste à répondre à un besoin en faisant preuve d'astuce, d'habileté. L'industrie moderne serait née, selon certains historiens, à la création des arsenaux de Venise. Aujourd'hui, fondamentalement, l'industrie se reconnaît partout où l'ingéniosité et l'organisation des principes de production permettent de réaliser des gains de production et des innovations.

Dès lors, chacun comprend que l'industrie a toute sa place dans l'économie de demain, pour répondre aux besoins vitaux et non vitaux des prochaines générations. Chacun comprend également que l'industrie offrira des emplois passionnants à ceux qui voudront y contribuer. Nouveaux médicaments, logiciels embarqués, intelligence artificielle, moyens de transport, logement économe, nouveaux matériaux, solutions énergétiques, etc. Les besoins sont insondables !

En particulier, les entreprises manufacturières, depuis les industries agroalimentaires jusqu'à la construction aéronautique, vont vivre dans les toutes prochaines décennies une transformation très profonde de leur chaîne de production et de sous-traitance, sous l'effet de la diffusion des technologies numériques. Big data, impression 3D, nouvelles méthodes de conception et de production, etc. la liste des innovations est impressionnante. Tous les métiers, et secteurs de l'entreprise seront touchés, avec comme horizon : l'enjeu de répondre à une demande toujours plus sophistiquée dans un contexte de transition énergétique et d'économie de la ressource. Un formidable appel pour de nouveaux talents !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :