Disruption du monde du travail : l'individu gardien de son équilibre

 |   |  804  mots
(Crédits : DR)
Les technologies digitale et les objets connectés ont favorisé l'émergence d'une porosité inédite entre la vie professionnelle et celle privée. Cette disparition des frontières amène Fabienne Autier, professeur GRH et Ressources humaines au sein d'emlyon, à s'interroger : quelles nouvelles directions faut-il envisager concernant cette question de l'équilibre ? Mais surtout, "la vie" et "le travail" doivent-ils sans cesse s'opposer ? Fabienne Autier participera à la conférence organisée le 16 juin par l'agglomération de Roanne, avec Acteurs de l'économie - La Tribune, sur le thème "Équilibre business et vie privée : un levier de performance ?".

La dernière enquête Eurobaromètre menée par téléphone auprès de 26 571 répondants dans 28 pays indique que 74% des européens se déclarent satisfaits de leur équilibre vie professionnelle - vie personnelle. La France est juste au-dessus de la moyenne européenne avec 76% de satisfaits contre 63% seulement en Espagne et 89% au Danemark.

Mais comment définir cet équilibre ? Quatre critères sont mobilisés : avoir au moins une pause après 6 h de travail ; avoir des jours de travail n'excédant pas 13 heures ; avoir au moins un jour de repos par semaine ; avoir au moins 4 semaines de congés payés par an.

Porosité inédite

Il n'est pas surprenant que la plupart des pays d'Europe soient plutôt de bons élèves sur ces critères : les législations nationales et les directives de l'union encadrent depuis longtemps les pratiques des entreprises. La définition et la mise en œuvre de bornes de temps de récupération minimum et d'amplitudes de temps de travail maximum ont été des avancées incontestables pour autant ce sont aujourd'hui des remparts fragiles face à l'irruption d'une nouvelle réalité : une porosité inédite vie professionnelle-vie privée.

Aujourd'hui à la faveur des technologies digitales et des objets connectés, la frontière entre les deux mondes que sont le travail et la vie privée se recompose voire disparaît. Nous pouvons travailler de n'importe où, n'importe quand ; nous pouvons également être joignables de partout, en permanence, par virtuellement tout le monde ; nous pouvons gérer des problèmes personnels au travail (faire ses achats, réserver ses vacances, communiquer avec ses amis) ; et travailler de chez nous pendant que nous préparons le repas, etc. Une porosité inédite s'établit entre vie au travail et vie personnelle.

Pas de frontière

Sur ce terrain, les entreprises de la nouvelle économie, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) et NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, et Uber) en tête, proposent un nouveau deal à leurs salariés en rupture avec l'approche établie depuis les 30 Glorieuses. Ici, pas de frontière ; ici, nous ne mesurons pas le temps de travail, ni les congés ; ici, temps personnel et congés sont à volonté dès lors que vos objectifs professionnels sont atteints.

Ne cédons pas aux sirènes des réponses trop simples, ces offres employeurs en apparence généreuses pourraient bien générer l'inverse : des salariés, engagés dans des projets à fort enjeux avec des pairs en attente de leur contribution qui n'oseront jamais revendiquer du temps personnel et à fortiori du temps de congé.

Lire aussi : Équilibre business & vie privée : levier de performance ?

Par contre, ces prises de positions radicales nous invitent à nous interroger : quelles nouvelles directions envisager concernant cette question équilibre vie professionnelle - vie privée?

Des individus acteurs

Voici quelques pistes. Rendre les individus gardien des arbitrages à faire, les responsabiliser sur le résultat du travail plutôt que sur le temps passé, permettre à chacun d'établir son rythme et ses modalités optimales de travail (sur place / à distance ; seul à plusieurs), créer des collectifs de délibération sur ces questions (quels sont les temps collectifs minimum, comment les organiser ?).

Et enfin, équiper les individus à devenir des acteurs de leur vie au travail. Leur proposer un accompagnement pour trouver leurs réponses à des questions telles que : quelle est ma façon optimale de travailler ? ; comment puis-je mieux travailler (limiter la fatigue produite et être plus efficace) ? ; quelles sont les activités qui me motivent ? Quelles sont les activités qui me permettent de récupérer ? etc.

Un épanouissement double

De premières expérimentations menées à l'emlyon dans le cadre du Do Tank « Mon travail et Moi » établissent que les individus qui accèdent à cette posture d'acteur  au travail, c'est-à-dire se positionnent comme gardien de leur rythme de travail, acteurs des activités qu'ils investissent plutôt que celles qu'ils assurent seulement ; acteurs des modalités de collaboration qui vont les lier aux autres et chercheurs actifs de nouvelles marges de manœuvre sont non seulement plus performants mais aussi accèdent à une vie au travail et hors travail plus épanouie.

La terminologie anglo-saxonne de « work-life balance » qui oppose terme à terme « la vie » d'une part, et le « travail » d'autre part enferme définitivement trop la question. Nous pensons que l'enjeu contemporain est moins de chercher à diminuer encore le temps de travail pour espérer avoir une vie de loisir plus épanouie mais d'équiper les individus à être épanouis au travail ET dans leur vie personnelle.

Vous aussi, participez au débat et soumettez vos questions en commentaires. Elles pourront être abordées lors de la conférence-débat (à suivre sur Twitter #ActeursLive) et en direct le 16 juin prochain à la Cité internationale de Lyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2016 à 15:29 :
... FR 76% ... où est l'effet 35h ?
a écrit le 09/06/2016 à 12:14 :
Bonjour,

Votre article est fort intéressant et soulève le débat sur la nécessaire révision des modes de travail en faisant le choix de délimiter les espaces pro-perso ou au contraire de les intégrer (crèches d'entreprise, activités entre midi et deux dans l'espace de travail).

De notre côté, nous allons expérimenter la question puisque nous créons un espace de coworking parental couplé à une école maternelle à Lyon pour permettre aux parents et aux enfants d'évoluer ensemble dans un même lieu, de repenser les ruptures traditionnelles entre les espaces, d'être sur des moments de partage dans la journée et de créer une équipe soudée éducateurs-parents autour des apprentissages des enfants.

Un comité d'experts est d'ailleurs mis en place pour évaluer l'impact en termes d'apprentissage et de mieux-être chez les enfants et les parents.

Nous serions ravis d'échanger avec vous sur ce sujet : www.lespetitsplus.org

Belle journée,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :