La Région doit favoriser l'international et l'éducation

 |   |  811  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Suite à l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes lundi 4 janvier, Acteurs de l'économie-La Tribune a demandé à cinq acteurs économiques quelles sont leurs attentes du nouvel exécutif. Jean-Michel Bérard, PDG d'Esker et président du Clust'R Numérique, forme le vœu que la région se développe indépendamment de la politique nationale en favorisant l'international et l'éducation et qu'elle se considère comme une véritable entité autonome qui décide elle-même de son destin.

Chère Région Auvergne-Rhône-Alpes, en ce début d'année 2016, tu changes à la fois de dimension et de responsables. C'est pour toi un grand défi et pour moi un immense espoir. C'est donc à toi que j'adresse mes vœux les plus élaborés.

Pour commencer, je souhaite que tu te considères enfin comme une véritable entité autonome qui décide elle-même de son destin, y compris économique. Avec huit millions d'habitants (la population de la Suisse) et un PIB cumulé de 220 milliards d'euros (celui du Portugal ou de l'Algérie), tu n'es pas seulement la deuxième région française. Tu es aussi la quatrième européenne, devant la Catalogne et la région de Madrid.

Tu as ton rôle à jouer en Europe et aussi dans le monde. C'est d'ailleurs l'international qui te permettra de te développer, car entre nous, il n'y a pas grand-chose à espérer en provenance de Paris. Non que Paris te soit hostile, ni d'ailleurs que tu doives l'être à son égard, mais les grands succès sont d'abord fait de courage et d'initiative personnelle et jamais de dépendance passive.

Premier vœu : un aéroport international puissant

Je forme donc par exemple le vœu que tu te dotes d'un aéroport international à la hauteur de tes ambitions. Il n'est pas imaginable que celui de Lyon se place à la 52e position en Europe sans offrir aucun vol intercontinental, à l'exception du Maghreb ou du Moyen-Orient.

Il faut que tu ailles expliquer à Air France que sa politique de hub unique parisien est totalement dépassée et qu'elle nuit à ses propres intérêts tout comme aux tiens. Dis-lui combien de fois je passe par Zurich, Francfort ou Londres avec d'autres compagnies pour me rendre en Asie ou aux États-Unis.

Explique-lui que le troisième aéroport "parisien" doit être créé à Lyon. Et si Air France fait la sourde oreille, tu peux aller te battre avec la Direction générale de l'aviation civile pour qu'elle autorise de grandes compagnies étrangères ou des low-cost à ouvrir des vols sur Lyon.

J'imagine un grand hub ouvert vers l'orient en direction de Hong-Kong, Singapour, Shanghai ou Tokyo. Les entreprises étrangères s'installeront plus facilement chez nous si elles ont un vol de moins à effectuer. Les entreprises locales exporteront plus facilement. Enfin les touristes du monde entier pourront plus facilement apprécier nos paysages sublimes, nos villes splendides et notre domaine skiable sans équivalent. Ils pourront même randonner sur nos volcans.

Deuxième vœu : développer l'apprentissage

Les grandes régions économiques du monde (Silicon Valley, Boston) disposent toutes d'un tissu universitaire de grande qualité (Stanford, Berkeley, Harvard, MIT). C'est une chance que tu aies deux très grandes écoles de commerce sur ton territoire (EMLYON, Grenoble Management). C'est une chance également que tu aies deux écoles d'ingénieurs qui figurent dans le top 5 français (INSA Lyon, INP Grenoble) et qu'elles soient particulièrement reconnues pour leur formation en informatique.

Cependant, pour de mystérieuses raisons, le nombre d'étudiants qu'elles produisent n'a guère augmenté depuis 30 ans en dépit de l'accroissement de la population et de la demande exponentielle de l'industrie. Tu peux mettre fin à cette anomalie en développant l'apprentissage qui est une de tes principales prérogatives. Cela te permettra de doubler leur taille, tout en mettant deux fois plus de talents sur le marché.

Certains pourront créer leurs propres entreprises et les autres attireront les entreprises étrangères en mal de collaborateurs de haut niveau. Tu as les moyens de devenir une très grande région numérique et tu peux répéter la démarche pour tous les autres secteurs industriels qui peinent à recruter.

En plus d'un hub aéroportuaire, tu seras dotée d'un hub universitaire et d'un écosystème numérique puissant. Ainsi équipée, tu pourras ensuite choisir où te développer. Santé, biotech, greentech, cleantech, objets connectés, tourisme. Le monde est à toi.

Les solutions sont ici

Tu démontreras aux autres régions de France que l'on peut se développer indépendamment de la politique nationale en favorisant l'international et l'éducation. Que l'on peut trouver des solutions chez soi, loin du bruit des médias, entre personnes de bonne volonté. Ton succès en suscitera d'autres et tu seras en mesure d'exiger d'autres pouvoirs au niveau régional comme, par exemple, celui de libérer le temps de travail pour la région.

Tu montreras que l'on peut sortir pragmatiquement, et au bénéfice de tous, des grands dilemmes nationaux qui paralysent nos élites nationales. Je rêve ! Si tu réussis, ce n'est pas un destin national qui attend tes élus, mais bel et bien un avenir européen, où il y a bien d'autres grands défis à relever.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2016 à 20:00 :
Développer l'apprentissage ? EXCELLENT. Mais qu'est ce qu'on attends? Les budgets existent!!
65 Mds pour l'éducation nationale et 35 Mds pour la formation professionnelle ! ! !
100 Milliards par an !! Mais que font toutes nos techno-structures étatiques et territoriales? Qu'attendent nos "élites technocratiques" (que le monde entier nous envie) pour agir?
a écrit le 12/01/2016 à 19:42 :
Ne croyez vous pas que l'on pourrait utiliser tout ce qui est moyen d'information ( surtout la télévision que beaucoup consomment plusieurs heures par jour) pour éduquer les jeunes et leur donner envie de réussir quelque chose qui leur ferai plaisir.la délinquance est due à ce désœuvrement que l'on trouve dans les familles;la télévision ne peut-elle pas combler ce déficits?
a écrit le 12/01/2016 à 17:16 :
Le pragmatique est de mettre en réseau, et accès rapide ferroviaire l'une de l'autre, Lyon et Genève.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :