La méditation, c'est (re) découvrir le mot bonheur

 |   |  580  mots
(Crédits : Christopher Michel)
Homme du web, fondateur de multiples sociétés et surtout de la conférence internationale LeWeb, Loïc Le Meur, expatrié en Californie depuis des années, a découvert très récemment la méditation. D'abord sceptique, il est devenu un adepte au point d'avoir, en méditant quotidiennement, un nouveau regard sur sa vie. Il raconte son expérience.

Un jour, l'un de mes amis entrepreneurs dans la Silicon Valley me dit : « Je reviens de dix jours de méditation en silence, cela a changé ma vie. » Pensant qu'il était un « weirdo », surnom donné ici aux États-Unis, à une personne un peu folle, je me suis aperçu qu'en quelques semaines, deux, puis trois, puis cinq de mes amis, tous entrepreneurs à succès, me racontent la même aventure. Curieux de nature, je décide d'expérimenter cette discipline.

Avec le recul, participer à cette retraite a probablement été ce que j'ai fait de plus dur dans ma vie. Dix jours en silence total, levé à quatre heures du matin, à méditer 10 heures quotidiennement, et ce, sans aucune communication avec le monde extérieur, ni iPhone ni ordinateur. Plus rien n'entre ni ne sort de votre cerveau.

Aucune stimulation extérieure autre que le chant des oiseaux et le vent dans les arbres. La douleur physique est intense et inattendue, mon corps ne s'attendait pas à ressentir un tel choc quasi permanent, tant je ne suis pas habitué à rester immobile 10 heures durant.

Sensation délicieuse de calme

Le retrait total du monde extérieur provoque néanmoins cette sensation délicieuse de calme qui compense la douleur physique. Plus rien ne semble être important. Ma vie est comme sur pause.

Pendant toutes ces années, j'ai dû publier environ 50 000 tweets, et quotidiennement, une trentaine de mises à jour sur Facebook. À ce moment, vous vous rendez compte que tout cela est bien inutile.

Mon tapis de méditation était devenu mon nouvel espace de vie, un petit mètre carré, mais un mètre carré de bonheur ! Dès lors, tout m'a semblé futile. Terminer le besoin matériel, terminer l'envie de réussir « pour gagner toujours plus », fini l'envie de reconnaissance. J'étais heureux avec moi-même, seul et autonome. Le présent me suffisait. Et ma seule source de concentration était mon souffle.

20 minutes suffisent

Un an après cette retraite, je médite « religieusement » toujours une heure par jour. Une heure utile, durant laquelle votre cerveau se repose, autant qu'en dormant. De nombreuses recherches scientifiques confirment que seulement 20 minutes par jour suffisent à modifier profondément votre cerveau. Je ressens les bénéfices des premières semaines.

La concentration me vient plus facilement, ma mémoire est meilleure et le contrôle de moi-même également. Demain, vous pouvez m'insulter en conduisant, je ne réagirai plus. Fini les colères excessives. Je suis désormais beaucoup plus à l'écoute, laissant plus de place aux autres. Mon ego est relégué au second plan.

Je ne suis plus un spectateur

Avec la méditation, j'ai l'impression d'être passé du siège passager au cockpit de ma propre vie. Je ne suis plus un spectateur, mais le pilote, conscient de mes envies. Pendant des années, j'étais pris au piège de ce que la société moderne semblait nous suggérer : la réussite financière et la reconnaissance.

En méditant vous prenez conscience de l'importance de la vie et de sa brièveté. Ainsi, la méditation aide chaque jour à se découvrir un peu plus. Nous associons souvent l'agitation, l'excitation et la passion avec le plaisir. Ma vie est faite de passions mais j'ai découvert que diminuer cette envie de tout planifier, posséder, contrôler et organiser est une source fabuleuse de plaisir. Je (re)découvre ainsi ce que veut dire le mot bonheur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2015 à 14:41 :
La seule chose tu aurais pu faire la même chose dans ton salon sans payer des exploiteurs pour le faire!
Réponse de le 18/09/2015 à 20:16 :
Bonjour,
J'ai également effectué une de ces retraites. Celle à laquelle j'ai participé se faisait à prix libre, c'est à dire que c'était à moi de définir le montant, de 0€ à l'infini. Apparemment il en existe de nombreuses fonctionnant sur ce système de par le monde. Bien sûr cela signifie que la plupart donnent pour que ces centres de méditations continuent. Mais ces centres fonctionnent avec très peu de frais.
Ensuite méditer dans son salon, j'avais bien essayé avant cela (et c'est ce que je fais maintenant), mais faire silence total pendant 10jours, avec 8 à 10h de méditation par jour, demande une grande discipline. Alors autant se faire accompagner par des bénévoles, qui se sont eux même faits précédemment accompagnés par d'autres bénévoles. De plus, avant je ne savais pas trop en quoi, ni comment m'assoir pour méditer m'aiderait. Lors d'un stage de plusieurs jours, j'ai pratiqué étape après étape la méditation, et cela a beaucoup plus de sens et d'efficacité pour moi maintenant.
Chacun trouve ses propres réponses. Celle ci a été la mienne. Je conçois qu'elle ne convienne pas à tout le monde, et peut être que certains l'ont toujours fait seuls dans leur salon, mais je ne me considère pas pour autant comme une bonne poire d'avoir débuté dans un centre de méditation.
Et puis, après tout, la manière de chacun de dépenser son argent en général est une bien grande question. Celle ci est pour moi loin d'être la plus néfaste.
Bien cordialement.
a écrit le 24/07/2015 à 12:06 :
Dans la méditation aussi je comprends bien tout ça 😉

Mais....Ça n'a rien à voir....votre visage est éblouissant et c'est un homme comme vous que j'aimerai rencontrer!!!😁

Bonne continuation dans votre belle aventure
a écrit le 23/07/2015 à 19:13 :
Vous me donnez envie d expérimenté la méditation mais 10 heures à ne rien faire je crois que se sera impossible pour moi.
a écrit le 23/07/2015 à 19:10 :
Vous me donnez envie d expérimenté la méditation mais 10 heures à ne rien faire je crois que se sera impossible pour moi.
a écrit le 21/07/2015 à 9:50 :
J'aimerais partager votre enthousiasme de winner certifié USA option Californie redescendu sur terre via la méditation intensive mais je ne me sens pas l'âme d'un "réussiseur new-âge" tendance lâcher prise. Je pratique certaines formes de méditations depuis plus de 25 ans et je suis ( je pense… ) en mesure d'en ressentir les bienfaits et même d'enseigner à mes élèves combien cette étude peut s'avérer essentielle au quotidien. Il n'en demeure pas moins que la métaphore du cockpit m'apparaît comme incroyablement infantile. Il me semble au contraire que l'effet induit par la médiation conduit la personne à se sentir traversée par les forces, inspirée par les principes qui s'expriment à travers elle. Bref, je pense que la méditation ne peut se concevoir comme un remède existentiel, un atout pour entrepreneur stressé, un joker pour manager au bord du burn-out. La méditation est une posture, une façon de se réapproprier la subjectivité. Méditer constitue une forme d'expérience intérieure de plus en plus signifiante qui finit par devenir une technique de longue vie. Le fait de méditer ne vous rendra pas plus souriant, ni plus heureux, ni plus détaché à l'égard des choses de la vie. Cela ne fera pas de vous un être distant ou déconnecté. Cette démarche ne vous apportera nullement le bonheur. J'ajoute que peu d'entre-nous sont familiers de la méditation assidue. Tout semble vouloir faire échec à l'expression de cette volonté. J'ai connu des personnes qui pratiquaient des heures entières et ne tarissaient pas d'éloges sur les bienfaits ressentis pour finalement abandonner du jour au lendemain quelques mois ou quelques années après. Il reste que cette pratique exerce une fascination sur un grand nombre d'individus en quête de sens. Il serait peut-être bon d'interprêter enfin cela comme un manque et non comme une option.
Réponse de le 18/09/2015 à 20:52 :
Bonjour,
Votre expérience est ce qu'elle est. Celle de Loic Le Meur est différente.
En effet, vous ne pratiquez peut etre pas de la même manière l'un et l'autre. Vous n'avez également pas le même passé, ni la même approche des choses.
De ma propre expérience, la méditation est une pratique bien personnelle, que tout le monde ne vit pas exactement de la même manière. Son éventuel arrêt ne regarde d'ailleurs que l'intéressé. Et puis, il ne faut pas se leurrer, la pratique de la méditation n'a rien d'un long fleuve tranquille.
Alors oui, l'auteur de l'article est fort enthousiaste. Certains seront peut être déçus s'ils attendent trop de cette pratique, voire même ils passeront à coté. Mais la méditation est un outil qui, selon moi, développe également la gratitude et la compassion. Je pense que l'humilité n'est pas incompatible non plus avec la méditation, mais bref ! La gratitude peut pousser à l'enthousiasme. C'est plutôt une belle chose !!
Enfin, les années d'expériences apportent certainement des choses, mais sans elles, la sincérité peut tout de même être la.
Cordialement.
a écrit le 16/07/2015 à 12:02 :
C'est quoi la méditation? Penser... réfléchir... C'est ce que nous faisons régulièrement, tous les jours, pour chaque travail ou entreprise d'une activité; quand cela ne fonctionne pas à notre goût, nous réfléchissons pour trouver la meilleure solution.
Dites-moi, sur quoi peut-on réfléchir pendant dix heures de temps?
Réponse de le 17/07/2015 à 9:54 :
Il me semble que méditer ne veut pas dire réfléchir mais au contraire, mettre la pensée (ou le mental si vous préférez) sur off, ce qui en fait une discipline difficile.Méditer c'est au contraire ne penser à rien (ni au passé ni au futur) mais être pleinement présent ici et maintenant en prenant conscience des éléments de son environnement intérieur et extérieur.
Réponse de le 23/07/2015 à 10:04 :
C'est vrai que le terme méditer peut porter à confusion, car en français il peut avoir deux sens différents.

"Le première définition de la méditation nous est donnée par le Larousse qui la décrit comme « l’action de réfléchir, de penser profondément à un sujet, à la réalisation de quelque chose ».

La seconde définition note que la méditation implique « d’amener son attention sur un seul point de référence ».

Dans la première lecture du terme méditation, il est question d’utiliser la réflexion pour aboutir à un résultat. Les pensés se succèdent alors cherchant une solution à une situation donnée : « Il a longuement méditer sur sa situation professionnelle ».

La seconde définition consiste à focaliser l’attention sur un point précis : la respiration, une partie du corps, la flamme d’une bougie ou encore une prière ou un mantra. Ici, l’attention est attentive à un ressenti. On ne cherche pas à résoudre un problème ou à comprendre un événement. On se contente d’être présent et d’observer sans mettre en mots l’objet de notre observation.

La première définition que l’on pourrait qualifier d’occidental indique un mouvement des pensés (notion d’action) alors que la seconde définition plutôt orientale implique au contraire de calmer le flot des pensés et de focaliser le mental sur un ressenti."

Dans cet article, Loïc fait référence au second sens du terme méditer.

source: http://pratiquer-la-meditation.com/meditation-definition-2-sens-opposeset-complementaires
a écrit le 16/07/2015 à 8:54 :
Temoignage qui peut permettre de continuer a developper et faire connaitre a pratique de la meditation. Toutefois, pourquoi dire mediter "religieusement" ? ... La meditation n'est liee a aucune religion !
Meme si c'est une pratique dans le bouddhisme, il ne faut pas commencer a vouloir faire de la meditation une religion. C'est une competence, une pratique et une demarche personnelle independante.
a écrit le 15/07/2015 à 20:12 :
mais quels sont les bons interlocuteurs en france ?
Réponse de le 19/07/2015 à 9:43 :
Bonjour je suis également intéressée par une ou deux bonnes adresses svp ? Merci.
a écrit le 15/07/2015 à 19:29 :
Je comprends et souscris à ce témoignage de Loïc Le Meur. Ayant vécu "un choc de vie violent" j'ai eu la chance de suivre un parcours un peu similaire qui fait que je suis encore là et plutôt serein quoiqu'actif !
Réponse de le 16/07/2015 à 11:10 :
Je vais faire une retraite avec une amie au mois d'octobre. Je pense être à un moment de ma vie où j'en ai réellement besoin...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :