La France va dans le mur, et pourtant...

 |   |  501  mots
(Crédits : Albin Michel)
Nos responsables ont conscience de la gravité de la situation économique. Mais les gouvernements successifs ont fait semblant de réformer avec des réformes en carton-pâte ans sans remettre les précédentes en question. Pourtant, il suffirait de quelques décisions courageuses pour redonner du souffle à notre pays. Par Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation iFRAP.

Beaucoup des grands décideurs de nos administrations, ministres, anciens ministres, élus, m'ont dit au cours de ces derniers mois,  sur des registres différents (mais toujours en off) que la France allait dans le mur.

Ce qui les inquiète  tous ?  Le mur du chômage, de la dette mais aussi le mur du déclassement progressif de la France. Une certaine fatalité s'est installée chez nos dirigeants et la peur de réformer prime.

Des réformes en carton-pâte

Année après année, les gouvernements successifs ont fait semblant de réformer avec des réformes en carton-pâte tout en empilant des couches successives sans remettre les précédentes en question. Résultat : notre Parlement vote en moyenne une centaine de lois par an et nous atteignons des records avec 10 500 lois et 400 000 normes dont certaines sont contradictoires.

La difficulté pour lister tous ces handicaps qui empêchent la France de rebondir a été d'abord de réussir à prendre connaissance des chiffres. Jusqu'à présent, il n'avait jamais été réalisé par exemple un décompte précis du nombre de taxes, impôts et cotisations qui existent en France. Découvrir que cette liste n'existait ni à Bercy, ni à la Cour des comptes et que le chiffre actuel est de 360 a été une vraie (mauvaise) surprise. Encore plus, quand on sait que les pays comparables comptabilisent autour d'une centaine de taxes...

Redonner du souffle à notre pays

Et chaque chapitre a montré son lot de difficultés pour ne serait-ce que donner un chiffre fiable : sur le nombre de mandats paritaires, d'aides sociales différentes, de primes pour les agents publics...

Sortir de l'empilement nécessite de faire ce qui n'a jamais été vraiment fait en profondeur : évaluer vraiment nos politiques publiques.

La France étouffe mais il suffirait de quelques décisions courageuses pour redonner du souffle à notre pays et retrouver le chemin de la croissance et de l'emploi. Et finalement, ce que nous souhaitons tous ardemment, éviter le mur.

Fixer des objectifs

Cela demande au préalable de s'accorder sur des objectifs simples comme de délimiter les missions de l'Etat, réduire le nombre de collectivités locales, réduire le nombre d'élus, supprimer une loi chaque fois que l'on en vote une, unifier nos 37 caisses de retraite, réduire le nombre d'articles du Code du Travail, fixer un objectif de 100 taxes et cotisations maximum... Et surtout partager un objectif du pourcentage de la richesse nationale que l'on souhaite collectivement consacrer à la dépense publique. Par exemple 52 % à l'horizon 2022 au lieu de nos plus de 57 %.

La France gâche en partie aujourd'hui ses nombreux atouts et talents. Mais, pour éviter le mur, il faudra plus que des discours, il faudra agir d'urgence en ayant conscience des vraies raisons qui nous empêchent d'avancer, d'innover, d'embaucher...

Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation iFRAP, structure d'utilité publique qui évalue les politiques publiques, et auteur du l'ouvrage "On va dans le mur..." (Albin Michel)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2016 à 23:36 :
Je partage la conclusion de madame Verdier - Molinié qui est une femme intelligente et sincère dans son discours . La France dans une économie mondialisée va dans le mur car le poids des taxes et de la réglementation freine les entreprises et les particuliers qui n'investissent pas et redoutent l'avenir . Le résultat c'est le chômage de masse , les délocalisations et fermetures d'entreprises, la fuite des diplômés,des entrepreneurs ,des cerveaux....10000 millionnaires ont quittés la France en 2015! Ce chiffre nous laisse présager la situation du futur de la France. jacques saint laurent
a écrit le 09/05/2016 à 19:12 :
Au delà du constat qu'elles sont les vraies actions à mettre en oeuvre?
a écrit le 08/04/2015 à 20:14 :
La France est mal dirigée par des énarques n'ayant aucune expérience du quotidien plus attirés par leur carrière que par la Patrie ..en clair ils maîtrisent la théorie mais nullement la pratique et les électeurs les sanctionnent en garnissant le banc des abstentionnistes commençons donc à .redonner la parole au peuple ,laissons le s exprimer par de référendums ,imitons certains pays ,rectifions le mode de scrutin.
Ensuite s attaquer aux grandes réformes ,stop aux réformettes..
Concernant les dépenses,revoir notre système social trop coûteux ,écoutons la Cour des Comptes qui dénonce d'abyssales gabegies dans de nombreux domaines
Flexibilité pour les emplois..formation à développer ,immigration à réguler sérieusement,
Concernant l EUROPE ,et l euro,quels sont les bienfaits depuis leur lancement '?
Les pays qui ont conservé leur monnaie,sont ils en mauvaise posture? Non..
Écarter la RUSSIE de cette EUROPE n est pas une bonne stratégie.Un axe Paris- Berlin-Moscou serait la meilleure parade aux deux autres puissances Chine et Usa
La FRANCE est un beau pays ,certainement un des plus beaux du monde et il serait bon aux politiques de penser à tous ceux qui sont morts pour elle ...
a écrit le 07/04/2015 à 22:58 :
La France est morte, mais à cause de qui ? à cause d'elle même et de ses choix ! Mais au lieu de se remettre en question, je vois des Français qui disent : c'est pas de notre faute, c'est la faute des autres.
Toujours à trouver un bouc émissaire (immigrés, allemands, chinois, américains, europe blablablablablablabla), ce qui fait que la France ne s'en sortira jamais car incapable de se remettre en cause. Toujours à accuser les autres, au lieu de se regarder dans le miroir et de reconnaitre ses torts !
a écrit le 07/04/2015 à 22:54 :
Je pense que pour régler tous les problèmes de ce pays, il faut ressusciter Mr Guillotin ! Au moins pour mettre un peu d'ordre dans les institutions !
a écrit le 07/04/2015 à 20:52 :
Une fois de plus, on essaye de nous démontrer que: les français sont trop bien payés, qu'ils sont fainéants, qu'ils ont trop de congés, trop de tout. Et donc que, ils doivent travailler plus (quand il y a du boulot) pour gagner moins et travailler plus longtemps pour mourir plus jeunes (comme avant). Je sais que vous êtes un journal économique, mais rien ne vous empêche de vous poser la question: dans quel monde voulons nous vivre? Pour les gens qui voient plus loin qu'un bilan d'exploitation (sans jeu de mot) vous pouvez lire le livre de Paul Jorion "misère de la pensée économique". Flammarion.
Réponse de le 07/04/2015 à 22:52 :
La France souffre principalement d'une part des inégalités entre générations (chômage, prix de l'immobilier , dettes...) qui désespère la jeunesse et d'autre part de l'inefficacité du secteur public (éducation nationale, agences en tout genre, mille feuille...) et de son surpoids (57% du PIB!!! ...)
Dans le privé, faire des efforts pour améliorer l'efficacité est une nécessité vitale.
Dans le public, pas la peine de se fatiguer il suffit d'augmenter les impôts.
a écrit le 07/04/2015 à 20:33 :
Néo-royaliste
a écrit le 07/04/2015 à 18:38 :
Agnès a raison,il y a tellement de prélèvements dans ce pays que l'état et les collectivités ne savent meme plus comment dépenser l'argent.Les maires continuent a endetter leurs administrés avec des projets débiles et les collectivités augmentent leurs frais de personnel tous les ans.Les prélèvements obligatoires continuent d'augmenter et tuent l'économie.L'argent dépensé par un particulier l'est souvent mieux que par l'état qui gaspille et détourne.Par contre on ne l'entend jamais sur les dérives de la finance,Agnès!
a écrit le 07/04/2015 à 17:44 :
De nombreux commentaires qui précédent sont tout simplement affligeants et donnent à penser que seuls des syndicalistes du 19°s et des socialistes de la même période ont quelque chose à dire...!!! Pourtant ce que ne cesse de répéter Agnès Verdier-Molinié n'est que du bon sens parfaitement documenté : trop de strates administratives coûteuses et redondantes...trop de Lois qui se contredisent et sont inappliquées et/ou inapplicables..trop d'impôts débiles (ce qui ne veut pas dire pas d'impôts).....trop d'élus inutiles et coûteux....aucun courage de nos politiciens...etc etc..... n'est ni de droite ni de gauche...c'est un constat partagé par TOUS ceux qui comprennent à minima ce que sont les finances publiques(sans déficit et dettes scandaleux laissés aux générations futures) et un Etat digne de ce nom au 21°s qui est bien sûr présent mais seulement dans les domaines où sa "présence" est nécessaire et justifiée....Tous sauf certains des commentateurs du jour sans doute aveuglés par leurs doctrines passéistes.
a écrit le 07/04/2015 à 17:38 :
"Nos responsables ont conscience de la gravité de la situation économique. " Mais de quelle situation économique parlez-vous, MM. les journalistes ?!! justement La Tribune, le journal le plus "optimiste" et le plus cocardier de tout l'Hexagone quand il s'agit de flatter, de vanter, d'embellir le marché français ici ou ailleurs, que nous dites vous là ? non, MM. la France ne va pas dans le mur, la reprise est bel et bien là, c'est une réalité, la France est sur le podium des pays les plus attirants pour les investisseurs du monde entier, le marché d'armements français fleurit comme jamais, l'emploi va revenir avec l'été…. mais de quelle gravité de la situation économique parlez-vous, MM. les journalistes ? soyons sérieux !
Réponse de le 07/04/2015 à 22:50 :
À mon avis, ou vous etes aveugle et sourd ou alors vous etes bon pour l'asile psychiatrique !
a écrit le 07/04/2015 à 14:55 :
Si tout le monde fait la même chose en même temps, personne n'ira bien loin parce l'offre ne rencontrera pas la demande, a moins de revenir a des territoires concurrentiels (avec un monnaie nationale) possédant des frontières et ne commercialisant que ses excédents!
Réponse de le 07/04/2015 à 20:12 :
Faire ça détruirais notre pays car notre monnaie nous conduirait à notre propre destruction. On aurait jamais dû y rentrer mais bon les primes pour les politiciens de l'époque ont dû être juteuse. Le plus simple pour reprendre notre souffle est au niveau européen. Si ils décidaient d'annuler les dettes des états, on aurait le souffle pour reprendre. Certe cela détruirait l'Europe et l'Euro, et on repasserait TOUS à une monnaie local. Et là oui notre monnaie aurait ces chances. Si on est les seul à sortir de l'Euro on est mort.
a écrit le 07/04/2015 à 13:32 :
Elle va finir à l'UMP comme Dominique Reynié.
a écrit le 07/04/2015 à 13:24 :
Depuis 1980, des réformes libérales s’enchainent partout en Europe avec les fantastique résultats que chacun peu observer!

Explosion du chômage, explosion des dettes publiques,accroissement des inégalités, destruction de l'environnement, instabilité extrêmement dangereuse des marchés financiers, croissance minable... sont les résultats de 35 ans de "réformes" libérales.

Et on veut nous convaincre qu'il faut plus de ce mauvais remède!?!

On est en train d'en prendre une sacrée dose, les peuples et les ouvriers vont payer cette crise partout en Europe, au prix d'une retraite plus tardive et plus faible, de moins de protection sociale, de moins de droit du travail, de plus d'impôts... et pendant ce temps les bourses s'envolent, la BCE recapitalise les banques avec son QE...

Et le peuples gavés de désinformation, et apeurés par la dette, vont revoter pour plus de cette bien mauvaise potion.

Triste réalité!
Réponse de le 07/04/2015 à 20:15 :
Le plus affreux c'est qu'on écoute pas ceux qui ne veulent plus de ces politiciens. Le vote blanc n'est toujours pas pris en compte.
a écrit le 07/04/2015 à 13:11 :
Cette dame ne connait pas grand chose à l"économie et va répéter en boucle un discours de propagande au nom de sa pseudo fondation qui a pour objectif de servir les intérêts de quelques personnes.

L'intérêt de la France passe après celui de ceux qui la financent.

Elle a le droit à la parole, mais je trouve qu'on l'entend beaucoup trop!
a écrit le 07/04/2015 à 11:09 :
Je me demande comment cette Agnes Verdier-Molinié, qui est une Andouile à Roulettes, avec un discours dont le fond est aussi épais que du papier à cigarette occupe autant d'espace médiatique. Je suis consterné de subir à longueur de journée les diatribes de pseudo-experts et intellectuels qui n'ont pas eu une idée depuis 20 ans. Le véritable problème dont il faut s'occuper c'est le changement climatique et de fabriquer un nouveau modèle plus sympa, motivant et existant.
a écrit le 07/04/2015 à 7:42 :
Tien ! Etonnant que l'article ne parle pas de l'immigration incontrôlée. Car en effet que fait-on par exemple des 300 000 visas délivrés aux ressortissants algériens annuellement par nos consuls ? Ce sont tous des touristes solvables n'est-ce pas ?

Article partial !
Réponse de le 07/04/2015 à 23:50 :
C'est toi qui est partial ! comme si les immigrés étaient responsables de la crise.
a écrit le 05/04/2015 à 22:33 :
Bonjour,
comme pour les dividendes qui sont une bonne chose sur du long terme mais qui saigne les entreprise sur le cour terme
nous devrions essayer le court terme pour les carrières politique, il y aurait sûrement plus de prise de risque.
comme la réussite du passage à l'euro notre monnaie forte mais a quelle prix pour les français quant on voit le résultat aujourd'hui.
le mur est devant c'est sur si rien ne change au plus haut de l'état nous nous avons assez serrez la ceinture.
il est rare qu'un gérant d'entreprise est une seconde chance après une mauvaise gestion et il ne géré que sa petite PME pourquoi il en serai autrement au sommet de l'état..
Bonne Soirée
a écrit le 05/04/2015 à 17:43 :
La France "semble aller DROIT dans le mur" - et pourtant il y a énormément de Français bien (même très bien) [surtout à l’étranger]. Nous faisons une analyse (gratuite) de la Zone euro chaque trimestre via les données Eurostat.
Notez bien que la France n'est pas la plus nulle des nations.
https://ontonixqcm.wordpress.com/2014/08/19/is-europe-heading-for-long-term-stagnation/
Ce sont tous nos politiques qui sont faibles et l'absence d'une véritable stratégie économique (comme en RFA).. Il y a un entropie trop grande (perdition d'énergie) et des privilèges qui étouffent les actifs.
Le choc de la simplification n'est même pas visible dans le viseur. Avant il faut MESURER les dysfonctionnements, définir une stratégie pour un changement durable ensuite faut que le politiques communiquent et font adhérer les "moutons".

Pas le temps avec les RTT ?

Voir: http://www.rate-a-business.com/Examples/

De toute façon "le résultat" nous l'avons voulu (via le suffrage universel et/ou notre abstinence) et nous sommes tous fautifs.
a écrit le 05/04/2015 à 15:20 :
Surtout avec des cassandre de droite qui monopolise les médias pour prévoir et organiser le pire
a écrit le 05/04/2015 à 11:50 :
Article classique émanant d'une fondation sectaire idéologisée: son point de vue extrême et en dehors de toute subtilité ne peut convaincre que les (rares) convaincus et amuser les autres.
a écrit le 05/04/2015 à 8:59 :
Comme beaucoup je crois à ce mur et effectivement la France doit sortir la tête hors de l'eau avant de finir tous emmurés sous l'eau et noyés car nous mourrons noyés dans le plus noir des pays sans salaire, sans protection sociale ou de santé...
Qui seront les personnes qui auront le cran de faire un gouvernement où chacun n'exercerai que dans le but d'une nouvelle république et exercera surtout en ne touchant que les revenus qu'ils avaient avant d'avoir le pouvoir. Utopie ou réalité envisageable ? Bien-sûr ses revenus seraient audités par le peuple. QUI ?
a écrit le 05/04/2015 à 6:29 :
Il est visible que nos femmes et hommes politiques n'ont aucune envie de décider d'eux mêmes à faire les réformes nécessaires qui mettraient en cause tout ce qui leur donne accès à un mandat et aux privilèges qui vont avec. Je pense qu'il faudrait que les Français leur forcent un peu la main en mettant en place, comme de l'époque de la Révolution de 1789, des Etats Généraux chargés de rédiger des Cahiers de Doléances où serait exprimé la volonté du Peuple et de la Nation, en termes de réformes à entreprendre dans tous les domaines possibles et imaginables. Les "pistes" ouvertes par les Etats Généraux feraient l'objet de débats locaux et nationaux débouchant sur des textes qui seraient soumis à la voie référendaire. Les femmes et les hommes politiques, quelque soit la nature et le niveau de leur mandat, devront être systématiquement écartés du mécanisme des Etats Généraux, sauf en tant que simples citoyens au moment des propositions et des débats.
a écrit le 04/04/2015 à 17:40 :
Un avis personnel (que je ne vous demande pas de partager). Selon cette analyste, il faudrait " du courage " pour que des mesures salutaires et souvent impopulaires soient prises. En étudiant l'histoire de France, on peut constater qu'une alternance de " dictateurs " (au sens large du terme) ont impulsé des politiques ambitieuses, ils ont été suivi par des directions plus modérées, plus " cool ". Cette alternance de modes de pouvoir a fait notre grandeur. On peut citer, Louis XIV, les 2 Napoléon, De Gaulle... et en mode " gestion tranquille " : Louis XV, la IIIème République, M. Mitterrand ... etc. J'ai l'impression que la France attend son nouveau " dictateur " capable de prendre les décisions qui s'imposent. Il sera ensuite viré au profit d'un exercice plus démocratique du pouvoir.
Je ne parle pas du FN bien entendu.
Pour terminer un petit quiz qui illustre mon propos : qui a dit (à propos de la France) " Nulle nation n'a tant fait pour sa perte, mais tout lui porte à profit "... Cherchez !
a écrit le 04/04/2015 à 15:21 :
Commençons par éradiquer le principe de précaution, laissons les entrepreneurs entreprendre, réactivons les groupements d'employeurs avec une adaptation des seuils (surtout pour les artisans et commerçants), concentrons les instances de décisions enfin OSONS !!! malgré les instincts réfractaires, certains prônent la disparition des 35 heures (refiscalisation des heures supllémentaires déguisée ou non dite), travaillons quand il y a du travail (annualisation du temps de travail (voir loi FILLON) etc plutôt que de dire ca ne marchera pas au lieu de proposer des actions ou des idées ESSAYONS !!!
Réponse de le 05/04/2015 à 11:47 :
Je me permets de traduire vos propos en langage commun: Commençons par éradiquer "l'environnementalisme -les petits oiseaux, la nature, la santé, les générations futures, etc. c'est bon pour les hippies en dehors de la vraie réalité", laissons les entrepreneurs "faire ce qu'ils veulent sans aucun contrôle, sans aucune contrepartie", réactivons les groupements d'employeurs "qui pourront mettre à mal le syndicalisme qui n'est bon que pour les gauchos/communistes en dehors de la vraie réalité", concentrons les instances de décisions "et détruisons enfin ce service public qui n'est bon que pour les réactionnaires ignorants de la vraie réalité" enfin OSONS "détruire toute notion de solidarité et d'éthique pour enfin libérer l'économie libérale, seule vérité de la vraie réalité". Bref, rien de nouveau sous le soleil, toujours les mêmes rengaines, avec les mêmes résultats. Je vous conseille de lire, entre autres, l'article du Cambridge Journal of Economics (journal académique de réputation internationale et as vraiment à gauche) intitulé "Does Europe need neoliberal reforms?" (de M. Panic - 2007), qui analyse sur trente ans les politiques des différents pays européens en termes socio-économiques et conclut sans ambivalences, que les orientations néolibérales sont inférieures ou au mieux non supérieures aux autres politiques socio-économiques sur à peu près tous les indicateurs essentiels sociétaux. Donc, après, ce dont vous parlez est bien une pure idéologie, qui au même titre que le communisme, nous conduira réellement dans le mur.
Réponse de le 07/04/2015 à 17:46 :
Vous affirmez/mélangez beaucoup de choses.
Les pays mieux classés que la France dans l'article du Cambridge Journal of Economics offrent tous des conditions plus favorables à l'entreprise. Le plus souvent par une réglementation plus simple y compris au niveau de l'organisation du dialogue social. Mais ce type d'adaptation de notre modèle semble tomber automatiquement dans la case néo-libérale de votre grille d'analyse.

Anguerrand pourrait très bien être Néerlandais, Allemand ou Suèdois!
a écrit le 04/04/2015 à 14:12 :
Tout ce qu'elle expose à longueur d'émissions de C DANS L'AIR est tellement vrai et approuvé par tous les intervenants à cette même émission qu'effectivement on ne comprend pas comment la situation ne bouge pas plus...
La FRANCE est sous l'emprise de ses fonctionnaires associés à ses politiques (qui sont les mêmes d'ailleurs)
a écrit le 04/04/2015 à 12:54 :
tout les faits et chiffres que l'article dit sont connus , peu importe qui l'écrit et pourquoi. les solutions évidentes écrites aussi. La seule question maintenant qu 'il faut se poser , c'est pourquoi pratiquement rien ne se fait ? A cause de nos politiciens ? Bien sur
A cause des médias, le 4 ème pouvoir ?, Bien sur. Mais surtout le principal responsable qui est ce ? Le peuple Français..... Ah bon diront certains? n'importe quoi diront d'autres !!! alors regardez bien ce que vous êtes devenus, ce que vous acceptez sans vraiment bouger : endormis, bercés, intoxiqués, trompés et sur informés par les médias et les politiciens dans votre havre personnel dont les murs des acquis dans la période 1918- 1973 -(mais surtout 1945-1973) se désagrègent continuellement. Il n'y a aucune fatalité, peuple souverain vous abandonnez votre pouvoir aux médias, aux politiciens qui sont les partenaires de la catégorie des "riches". Un numéro spécial de l’hebdo « courrier international» paru il y a deux ou trois ans, fait les constats, l’analyse, le diagnostic et désigne les responsables d’un phénomène : pendant plusieurs décennies, la répartition de la richesse est allée dans le sens d’un meilleur équilibre entre les différents catégories de la population puis à partir de 1973 le système c’est inversé et au moment de l’article nous étions revenus à la situation de 1912 !!! qui a inversé le système ?: voir plus ci dessus, qui a laissé faire ? voir ci-dessus. Jusqu’où le systéme va-t-il allé ? jusqu’ à ce que le peuple souverain reprenne son pouvoir
a écrit le 04/04/2015 à 11:31 :
J'ai une forte impression que tous les français - de base - n'ont pas encore compris qu'il y a un groupe de gens qui veulent d'abord une part du gâteau mais ensuite tout le gâteau en réalisant une toile de requins ne pensant ni à leur devoir ni à l'écologie. Ils sont aveuglés par l'argent mais sont inconscient du mal qu'ils font aux autres et à leurs proches. La Révolution français n'a servie à rien, on voit, deux cents ans après, toujours les mêmes qu'il s'appellent Ducs ou Sénateurs ou bien Députés, ce sont les mêmes. Chers français ne soyez plus dupe. Je crains malheureusement, qu'un jour prochain, une autre révolution arrive. Et il ne faudra que les responsables ne disent pas je ne savais pas, c'est trop facile.
a écrit le 04/04/2015 à 10:57 :
Chez nous,en France on nous pond sans arret des lois des lois,des lois !!!!commençons sérieusement à faire respecter déjà celles qui existent ...ça irait nettement mieux ...
trancher dans le "vif " diminuer au moins par trois le nombre d'élus :sénateurs ,députés etc.. mais aussi et surtout leurs traitements,salaires privilèges....mais comme ce sont eux qui discutent les lois ils ne couperont donc pas la branche sur laquelle ils sont installés confortablement............!
a écrit le 04/04/2015 à 10:44 :
Comme le dit Etienne Chouard, "tout se passe comme prévu". Les hommes politiques d'aujourd'hui ne représentent pas l'intérêt général et taper dans le portefeuille des Français, rapporte à leurs différents intérêts personnels, ce sont des traîtres. Lorsque le peuple reprendra le pouvoir, nous ouvrirons alors les yeux sur un siècle de trahison...
a écrit le 04/04/2015 à 10:23 :
C'est un éditorial ou de la promo pour son bouquin ?
a écrit le 04/04/2015 à 10:12 :
J'ai vu le C dans l'air sur le sujet, il y a du vrai dans cette analyse mais aussi du parti pris. Où peut-on trouver le rapport avec les chiffres (nombre de politiques, dépenses, lois, etc)?
a écrit le 04/04/2015 à 9:38 :
d'accord avec Tanguy. Victime du RSI créé à la hâte pour soi-disant simplifié le système, je préconise une vrai réforme courageuse entreprise par des utilisateurs des systèmes en général et non par des technocrates dont les actions sont basées sur des constructions mentales et non sur des expériences. Le maître mot, pour ma part, est SIMPLIFIER. Ainsi nous pourrons consacrer du temps à ce qui est productif et non s'embarrasser de nouvelles lois, nouveaux impôts, etc. etc. Sarko l'avait promis mais l'a fait en dépit du bon sens. Le bon sens : que les politiques valables peu importe leur parti se rejoignent pour agir, sans bruit et sans effet théatral à coup de dépenses inconsidérées. C'est tout cela qui fait le lit du FN, les mécontents ne savent plus vers qui se tourner et sont prêts à n'importe quoi.
a écrit le 04/04/2015 à 8:55 :
Achille, je pense que comme beaucoup vous vous contentez de la forme d'un texte sans en lire le fond !
Elle propose et je suis tout à fait d'accord:
De limiter le nombre d'élu ( hé oui 1 politique pour 106 habitants en France, cela vous convient-il ?Moi non, autant d'inutiles grévant gravement le budget des régions, de l état !)
Mettre en commun nos organismes de retraites et aussi de sécurité sociale, pourquoi toutes ces caisses ?
En tant que patron je paye 2 fois l'organisme de maladie, le premier avec l'URSSAF et le second avec la maladie obligatoire ( peut être que cela aussi vous convient).
Et oui toutes ces lois qui polluent et paralysent complètement le système ( empêchent la création, l'innovation ! ) Nous sommes un pays arriéré en la matière, barbare !
Lorsque la Belgique s'est retrouvée sans gouvernement pendant bientôt 2 ans, que d'économie elle a fait !
Je pense que le premier problème est que ce soit une femme qui propose des solutions.
Mais en France, pays macho...
Réponse de le 07/04/2015 à 14:10 :
"Lorsque la Belgique s'est retrouvée sans gouvernement pendant bientôt 2 ans, que d'économie elle a fait !"

Pourquoi, tu crois qu'ils n'étaient pas payés pendant ce temps ?
a écrit le 03/04/2015 à 23:47 :
Toujours les mêmes rengaines neo-libérales que cette charmante dame mouline d'années en années sur tous les plateaux. Cela est lassant. Surtout si on lit les auteurs , d'Adam Smith à l'immonde Milton Friedman aux mains tachées de sang chilien et que l'on rapproche leurs recettes de la réalité. C'est une suite de souffrances sociales, de malheurs collectifs infligés souvent par la contrainte voire la violence à la communauté des hommes. Pourquoi? Pour le profit d'une infime minorité insatiable, irrationnelle et surtout immorale.
Si seulement cette dame pouvait savoir que nous sommes nombreux à ne plus être ses dupes et que nous voulons un service public puissant et important pour ne pas être à la merci des requins des marchés. Et c'est un chef d'entreprise qui parle ici.( 4 agences, 31 salariés et leader régional dans mon secteur )
Réponse de le 04/04/2015 à 5:57 :
c est sur que n avons que 47% de prélèvements obligatoires. on peut faire mieux comme le montrent les exemples historiques, récents ou anciens, d expériences d économiques étatiques. a ce jour l économie de marche fonctionne mieux, ne vous en déplaise. la suisse, l allemagne, la coree du sud etc etc y arrivent bien pourquoi pas nous ? ils sont simplement plus dynamiques car moins contraints et plus flexibles.
Réponse de le 04/04/2015 à 18:18 :
Avec une redistribution a 57% du PIB et un % qui croit de 2/3% par an nos petits enfants "travailleront " dans un pays type Cuba ou Corée du nord..
Heureuszement que la religion reprends du poil de la bête..
a écrit le 03/04/2015 à 22:56 :
et pourtant il y a une solution :sortir de l Euro ...
a écrit le 03/04/2015 à 22:56 :
et pourtant il y a une solution :sortir de l Euro ...
a écrit le 03/04/2015 à 21:58 :
Bonjour à tous,

Tant qu'on est pas au fond du trou rien ne se passe ... être au fond du trou ( ou dans le mur) permet de justifier de mesure qu'il ai impossible de faire tant qu'on a de la marge.
Quand on sera au fond ou dans le mur ça leur permettra de dézinguer la sécu , les cotisations, les services administratives, les retraites ... ( ce qu'il font à petit feu depuis 30 ans)

la condition pour que sa bouge avant d'atteindre le mur c'est que la/les nouvelles générations ( - de 45ans) prennent leur place et bouscule car c'est eux qui vont payer la note. c'est aussi eux qui n'ont pas eux les conditions favorable des trentes glorieuses suivie d'une inflation galopante.

Pendre la place de la concorde par une manifestation permanente jusqu'à que l'on remette à plat les modes de gouvernance qu'il est impossible de refaire de l'intérieur sans attendre le départ des concernés ( nombre d'élu, gaspille et hérésie administrative, 1 seul mandat, se redonner de la marge pour investir/favoriser les technologies de demain celle qui donnerons du travail aujourd'hui et aux générations futur ...)
Les mesures à faire/prendre tous les politiques les connaissent. On les lis dans tous les messages postés au dessus. Le bon sens est la.

Pas de défaitisme les atouts nous les avons. Allons de l'avant par une vraie pression de la rue, les urnes et renouvellement électoral de ces 30 dernières années à montré ces limites malheureusement!
Si aujourd'hui cela ne se fait pas c'est que la situation n'est pas si grave et que la majorité (décideur/administré...) y trouvent encore leur compte (réélu/aide varié).
Le salut ne viendra par une personne en particulier (président) mais d'un mouvement spontané. il manque la/les étincelles encore.

au plaisir de vous lire
a écrit le 03/04/2015 à 21:01 :
La mondialisation du "mur" . Aucun pays ne le ratera
a écrit le 03/04/2015 à 19:56 :
sainte Agnès priez pour nous!
je plaisante, mais je sais que vous avez raison;mais que faire?
j ai 73 ans et je suis en attente de changement depuis trop longtemps!
je fulmine contre les blockeurs,faux jetons,profiteurs,neo grenouilles de bénitier,etc...etc...je suis a bout de patience...je rève de les coincer tous ,de les tremper dans du goudron et des plumes, pour enfin les exposer aux lazzies des gens qui ont les pieds sur terre(et la tete dans les étoiles)
a écrit le 03/04/2015 à 19:54 :
On la connait bien, elle est toujours pour répéter sa même rengaine dans tous les médias possibles, du côté de la finance, j'espère qu'elle est bien rémunérée pour son travail de communication néo libérale à 200 pourcent,
a écrit le 03/04/2015 à 19:46 :
Pour ceux que le sujet passione je conseil la lecture des "lettre béninoises" de Baverez (certes un catastrophiste avéré, mais dont le livre a quand même plus que des éclats de vérité, on croirais retrouver des passages du livre dans cet article).

Quand j'entend dire que il faut mieux attendre de se prendre le mur et qu'on rebondira après, j'en suis malade. Je ne suis pas sûr qu'on se rende bien compte de ce que ça sera quand on aura pris le mur (faillite, sortie de l'euro, mise sous tutelle...). Pour les très riches ca ira bien, il ne faut pas trop s'inquiéter, pour les classes moyennes il y aura deux cas, les compétences rare qui pourront s'exiler à l'international (à quand les files d'attente pour obtenir un permis de travail en Allemagne ou au Maroc, et faudra faire fissa vant la fermeture des frontières) et les autres qui iront rejoindre le rang des pauvres, et pour les pauvres ca sera la phange : division des retraites par 4, disparition du RSA, des soins gratuits, alimentation comme premier budget de dépense (il faudra choisir entre bouffer ou se racheter des fringues, Ah oui, la population priviligiée, ca sera les agriculteurs), pas d'études supérieures (trop chères), pas de possibilté d'emprunter, pas de logement sociaux (pour les proprios ca ira, pour les autres la rue ou les taudis), l'ordre et la sécurité assurée sur un quart du territoire max. Et il ne faut pas croire que ca durera quelques années le temps de rebondir, c'est 20 ou 40 ans qui seront nécessaires avant de réatteindre notre niveau de vie actuel, c'est une demi-génération de sacrifiée.

Donc si ca vous tente, il n'y a qu'à attendre le mur.
a écrit le 03/04/2015 à 19:43 :
Bonjour à tous, au lieux de parler dans le vide voir L'IFRAP vit sur le dos des contribuables !

22 novembre 2013 | Par René FRANCOIS par Médiapart c'est trop facile de donner des leçons de morale fin de ma plaidoirie
a écrit le 03/04/2015 à 19:29 :
On est ENCORE pas si mal en France et si l'on veut conserver une bonne qualité de vie, c'est maintenant qu'il faut se bouger. Si on ne réagit pas vite, on sera "aussi" bien...ailleurs.
a écrit le 03/04/2015 à 19:21 :
toujours la même rengaine libérale de la part de cette fondation... Aucune production scientifique de la part de leur part, juste des articles avec des affirmations incantations... C'est creux mais ça plait à ceux qui veulent moins d'état par principe...
a écrit le 03/04/2015 à 19:17 :
Un gouvernement cest comme une mongolfiere il faut jeter des politiciens et textes de lois qui handicap, passer en 6 eme republique avec 2 partis politiques (republicain et democrate) les autres partis a la poubelle et comme la mobgolfiere va pouvoir epanouir le pays et monter! 😃
a écrit le 03/04/2015 à 19:11 :
on est pas si mal en France nos assiettes contiennent de la nourriture, alors les grincheux si vous n'êtes pas heureux allez dans un autre pays voir si cela est meilleur !!!vous allez être déçus!!!
Réponse de le 03/04/2015 à 19:27 :
Et pour que certains puissent avoir leur assiette pleine combien de millions de sans emplois devront nous accepter ??? Hier 5 millions, aujourd'hui 6 millions ! Et demain ??? Huit millions ou plus !? Merci pour votre brillante réflexion.
a écrit le 03/04/2015 à 19:02 :
La France fait face à deux problèmes quasi insolubles:d'une part nos chers(dans tous les sens du terme)hommes politiques pratiquent le clientélisme à tout va et ne veulent pas contrarier leur électorat,ne pensant qu'à leur réélection;démagogie et langue de bois sont leur seul crédo et par ailleurs le français est toujours d'accord pour réformer mais à la condition impérative de commencer par le voisin sans toucher ses petits privilèges;dès que l'on veut toucher un avantage acquis,nous avons droit au sempiternel discours des anciens qui se sont battus pour obtenir tel ou tel avantage,tout juste si on ne remonte pas au front populaire......Tant que nous n'aurons pas trouver l'homme providentiel qui aime vraiment son pays plus que sa carrière nous stagnerons si toutefois nous ne régressons pas encore comme on le fait gentiment depuis quelque temps;on le sait,toutes les réformes indispensables se font dans la souffrance;qui osera s'y attaquer??????????????
a écrit le 03/04/2015 à 18:45 :
Bravo Mme VERDIER MOLINIÉ mais il faut aller + loin . La FRANCE était coupée en 2 UMPS maintenant en 3 avec le FN mais en réalité c'est en 4 . Les fonctionnaires avec 75 % du meilleur traitement qui passe en grade 1 an avant la retraite pour toucher + , qui ont la sécurité d"emploi avec obtention de prêt sans problèmes si besoin ( pour construire ), CP , absentéisme , prime ……
C'est trop long a décrire mais trop anormal .
Pour éviter blocage du pays et / ou révolution il faut respecter les acquits en cours mais pour chaque nouvelle embauche remettre a plat sur la base du privé ( 50 % ……) . Sauf armée , pompiers ….qui risquent leur vie pour la patrie .
Sujet tabou bien sur mais il faudra bien un jour faire ce qu'il faut .
Merci de transmettre a qui de droit …..et il y a encore bien d'autres choses
Salutations PH B
Réponse de le 03/04/2015 à 23:15 :
Pour Politoc.
Il ne vous vient pas une observation à l'idée? Plus on libéralise, plus ca va mal? Est ce la faute des fonctionnaire (je précise que je ne suis pas!) si ca va mal? Pourquoi faudrait il leur rogner leurs petits avantages? Et les autres alors, ceux des grands groupes? Et d'autres encore comme les retraités qui en plus de leur pension travaillent et piquent le boulot des actifs sans emploi??? Vous voyez, à ce jeu là on finira tous par trouver une catégorie de la population qui faudra tondre... Et ca finira en guerre civile! Ce qu'il faut, c'est se poser qualques bonnes question sur le vivre ensemble DIGNEMENT! C'est à dire limiter l'exclusion. Notre pays a réussi de grandes choses par le passé, grace à un sentiment positif généralisé, une puissance publique forte (aeronotique, énergie elec pétrole gaz, recherche fondamentale, services etc...). Depuis 35 ans on casse tout ca... Et pour contrer les effets négatifs, on montre à tout de rôle une partie de la population.... Jusqu'à quand?
Autre exemple : on nous dit que les salaires en France sont trop élevés, les charges patronales aussi. Il faut être cohérent : si pas de prélèvements "obligatoires", il faudra cotiser de toutes les facons quelque part... Assurances privées, retraites privées... Pas de problème à condition que chacun assume et se démerdera sans quémander de l'aide à l'Etat lorsque ces fonds privés auront faillis et mis sur la paille! Car ca arrive trop souvent. Un service public est universel, ne l'oublions pas!!!
Salut
Réponse de le 03/04/2015 à 23:56 :
Tous les pays socialistes ont échoué, tous sans exception. Les Français élevés dans le culte de l'état n'ont le choix qu'entre des socialistes de gauche ou de droite. Avec 57% de dépenses publiques on est bien loin du libéralisme évoqué. Le monde avance, évolue et la France est là, statique sans avenir clair. Concernant la santé la ministre est ravie de n'avoir que 10.000 millions de déficit sur 1 an et les remboursements sont minables par rapport aux pays voisins. Il serait temps d'ouvrir les yeux!!
Réponse de le 04/04/2015 à 6:49 :
Mr le CHAT , il ne s'agit pas de libéralisme mais de justice . Pour les grands groupes il y a aussi des abus mais c'est une minorité alors que la fonction publique représente des millions de personnes ……et il y a bien d'autres choses comme je le disais avant du style AME . Intéressez vous donc aussi à ce qui se passe au sénat et vous comprendrez ( idem assemblée ) et c'est complètement à l'ordre du jour pour les coûts que cela représente . Déjeuner gastronomique au restaurant du sénat pour 18 E , billet avion à n'en plus finir , sncf 1 ère classe , coiffeur , cigares , bureau des transports , jardinier à 2500 E net , chauffeur à 5000 E mais surtout beaucoup trop d'élus ( le double voir le triple par rapport à d'autres pays identique à la france ) . Évidemment tout le monde ne peut pas être PDG ou SÉNATEUR .
a écrit le 03/04/2015 à 18:37 :
Supprimer des élus, mais voyons c'est leur demander de se tirer une balle dans le pied.
La seule chose qui les intéresse c'est cumuler les mandats, et par la même les revenus.
La France et les Français bof...
a écrit le 03/04/2015 à 18:31 :
Je suis tout à fait d'accord avec elle ! Empiler, rajouter, alourdir et complexifier, telle est la démarche de ce gouvernement ... et des autres aussi ! Que d'irresponsables qui nous coûtent chers et qui nous plombent. Comme si l'on avait besoin de cela. A croire que les arrangements entre "amis", les retours d'ascenseurs, les énarques, autre "profiteurs" et incompétents ont encore de beaux jours. Jusqu'au moment où cela va exploser. Mais pas sûre que les évolutions constructives et les réformes structurelles réalistes et pertinentes viennent du "haut". Pauvre France !
a écrit le 03/04/2015 à 18:25 :
Je suis tout à fait d'accord avec elle ! Empiler, rajouter, alourdir et complexifier, telle est la démarche de ce gouvernement ... et des autres aussi ! en France, nous avons un sacré be responsabilisations. A croire que les arrangements entre "amis", les retours d'ascenseurs et les énarques ont encore de beaux jours. Jusqu'au moment où cela va exploser. Mais pas sûre que les évolutions constructives et les réformes structurelles réalistes et pertinentes viennent du "haut". Pauvre France !
a écrit le 03/04/2015 à 18:11 :
Bravo Madame. Mais ce dont on parle très peu souvent c'est que dans notre pays il n'y a plus de travail car une poignée de petit malin importe à tour de bras et inonde le marché et s'enrichissent la france ne fabrique plus de tout ce que l'on consomme et renouvelle fréquemment en passant maintenant par l'alimentaire c'est une honte et nos endouille de politique qui nous ruine avec leurs salaires exorbitant ne font rien pour arrêter cela à quoi sert l'Europe qui devrait taxer les produits qu'on importe et croyez moi le travail il y en aurait et la les entreprises embaucheraient c'est leurs rôle et le font quand les carnets de commandes sont remplis.
a écrit le 03/04/2015 à 17:52 :
Les il faut, yaka et des chiffres donnés hors contextes sont bons mais cela reste du vœu pieu. Ce qui m'interpelle plus dans ces quelques mots c'est surtout le manque criant de visibilité qu'ont nos politiques du système qu'ils administrent.
Sans cette visibilité, sans ce recul comment voulez-vous qu'ils se rendent compte du boulot qu'ils ont à abattre? Après tout ils (nos politiques) sont le nez dans le guidon et continuent en pensant bien faire (Je doute qu'ils cherchent délibérément à passer pour des incompétents ou des profiteurs)
Le soucis de toute "rationalisation" du système c'est qu'il s'agit d'un type de réforme peu visible dont les résultats ne sont pas immédiatement visibles qui ne laissent pas non plus beaucoup de place à la prise de position bien que la prise de position idiote n'est pas une rareté en politique.
Les carriéristes de la politique ne peuvent survivre que s'ils peuvent prendre la parole et dénoncer ci ou ça. Une "rationalisation" du système serait une tâche de fond, silencieuse et dont les résultats n’apparaîtraient qu'au cours du mandat de leur successeur... tout l'inverse de ce qui fait leur pain quotidien.
En plus, toute modification constitutionnelle réduisant le nombre d'élus impacte de facto les sénateurs dont ils sont la base de pouvoir. Normal que ça bloque, pas besoin d'un lobby extérieur.
Et dernièrement, toute réforme met la moitié des Français dans la rue comme de brave petits moutons persuadés d'être contestataires mais qui dans les faits ne font que suivre une voix autre que celle du dirigeant qu'ils ont élu.
La France était révolutionnaire il y a 225 ans. Elle a fait de gros progrès sociaux il y a 80 et 60 ans. Depuis lors, elle est confortablement assise dans son canapé à se boucher les artères de lois et de réformes, à râler contre les détritus qui s'amoncellent sur le sol mais sans la volonté d'y faire quoi que ce soit parce que même s'il est vieillissant et commence à craquer de partout, c'est un canapé fichtrement confortable
a écrit le 03/04/2015 à 17:38 :
Bonjour Madame Agnès Verdiér-Molinié,
J'ai suivi votre intervention sur le plateau de C DANS L'AIR, était également présent
Mr JP Delevoie.
Merci pour la qualité de votre intervention tant dans le ton que dans la précision.
Merci Madame de nous donner de la vraie information.
Bonne continuation dans votre combat....................!
Bien cordialement, gérard mazé
Réponse de le 03/04/2015 à 20:21 :
ce n'est pas cette dame qui fait une sélection de ses interlocuteurs ?
a écrit le 03/04/2015 à 17:38 :
La meilleure façon la plus rapide d'avoir plus d'argent consiste à dépenser moins...c'est beaucoup moins fatigant que de vouloir gagner plus.
"corruptissima re publica, plurimae leges" Tacite : plus l’État est corrompu plus il y a de lois
a écrit le 03/04/2015 à 17:33 :
"Ma vision de l'histoire me convainc que la plupart des mauvais gouvernements proviennent d'un excès de gouvernement" . Thomas Jefferson.
a écrit le 03/04/2015 à 17:26 :
il faudrait commencer a mettre les politiques a la retraite obligatoire a 65 ans
a écrit le 03/04/2015 à 17:06 :
On va dans le mur ? Et alors ? C'est peut-être la meilleure chose qui puisse nous arriver. les Français ne savent pas anticiper. Ils attendent d'être au pried du mur, et là, comme par magie, ils trouvent les ressources pour rebondir.
J'ai confiance. On surmontera l'obstacle (celui de la cessation de paiement par exemple, qui mettra la France à plat et les français dans la rue) et on reconstruira sur des bases assainies.
Merci à Mme Verdier de soulever le débat.
Réponse de le 03/04/2015 à 23:00 :
alors la...on reve si le FN ne prend pas le pouvoir ( et il est tres mal parti contre lUMPS ) aucun salut economique n est possible
Réponse de le 03/04/2015 à 23:00 :
alors la...on reve si le FN ne prend pas le pouvoir ( et il est tres mal parti contre lUMPS ) aucun salut economique n est possible
a écrit le 03/04/2015 à 16:54 :
et le Conseil économique et social : n'y aurait-il pas de grosses économies à faire sur tous les membres ? et le train de vie de chacun et les avantages non fiscalisés ?
a écrit le 03/04/2015 à 16:39 :
Malheureusement c'est du déjà vu ,entendu et lu ,nous avons a faire à une classe politique hypocrite ,qui pense à leur aux élections future plutôt que de traiter des débats de fond.
Nous citoyens français nous sommes les premiers responsables en donnant la responsabilité du pouvoir à ces gens-là.
Pourquoi élire un Président de la République , Pourquoi 2 assemblées parlementaires ?
Si réforme il y a démarront par la constitution ,pour une bonne partie des francais les hommes politiques ne sont plus crédibles.
L'ouvrage est-il prémonitoire " on va dans le mur ? à mon humble avis peut être pas ,le jour où chacun d'entre-nous fera qu'un repas par jour Agnès Verdier-Molinie sera dans le vrai et son livre un best-seller !
a écrit le 03/04/2015 à 16:29 :
Analyse superficielle et pas très détaillée.
Il faut du changement , oui, mais lequel ?
Tant qu'on fera des mesurettes comme la loi Macron amputée, à la fin par les lobbies, ou même le rapport Attali jamais concrétisé et vite évacué par les mêmes, on n'arrivera jamais à rien.
a écrit le 03/04/2015 à 16:18 :
Super glam la photo. Pour le reste, c'est un relookage des litanies et niaiseries que certains nous servent depuis 20 ans. On attend avec impatience la reponse du camp d'en face avec le SMIC a 1500 eur et la retraite a 50 ans. Ils nous prennent vraiment pour des...
Réponse de le 03/04/2015 à 16:52 :
Exactement!
Réponse de le 03/04/2015 à 18:44 :
Faire travailler les salariés de l'Etat,une niaiserie ?
a écrit le 03/04/2015 à 15:56 :
Combien cette dame a raison. Le drame c'est qu'aucun parti n'a aujourd'hui un vrai programme qui aille dans ce sens et que personne ne peut les contraindre à aller dans cette démarche difficile mais vitale pour le pays. Nos politiques n'ont pas compris et ne veulent pas comprendre que plus de 50% d'abstention les discréditait , que les français souhaitaient autre chose qu'un jeu stérile et nocif droit/gauche.
a écrit le 03/04/2015 à 15:55 :
L'IFRAP est un organisme qui a pour but de publier des études biaisées dont la conclusion doit forcément être "il faut privatiser", "les fonctionnaires sont inefficaces" ou "les pauvres reçoivent trop d'aides".
Le pire c'est que ces propagandistes ont leurs entrées sur tous les plateaux de télévision où de soit-disant journalistes serviles leur permettent de sortir leurs mensonges sans aucune contradiction.
Réponse de le 05/04/2015 à 16:06 :
tout à fait d'accord....
la dérégulation de tout, c'est ca qui nous mene dans le mur.... A quoi sert une économie si ce n'est développer les échanges utiles à tous??? Je préfère un système un peu moins financier et un peu plus humain, c'est à dire socialement responsable!
Salut
a écrit le 03/04/2015 à 15:54 :
Elle na jamais dit cela sous Sarkozy

Pourtant il a taxe le sodas ? Des jeunes

Fait près de 8 % de déficit budgétaire en 2009 et 650 milliards de dette et vendu 600 T or
a écrit le 03/04/2015 à 15:48 :
les politiques de droite et gauche devraient bien l "écouter et avoir le courage d'appliquer certaines de ces préconisations.
a écrit le 03/04/2015 à 15:48 :
"...réduire le nombre de collectivités locales, réduire le nombre d'élus, supprimer une loi chaque fois que l'on en vote une, unifier nos 37 caisses de retraite, réduire le nombre d'articles du Code du Travail, fixer un objectif de 100 taxes et cotisations maximum..." : que du bon sens que nos "politiciens" devraient mettre en application au plus vite.
a écrit le 03/04/2015 à 15:39 :
Toujours les mêmes banalités.... Les vrais problèmes ne sont pas là.
a écrit le 03/04/2015 à 15:37 :
Tout est vrai,mais les politiques hésitent,car une grande partie du peuple français,à peur des réformes et sont dans la rue à la moindre occasion.
a écrit le 03/04/2015 à 15:36 :
Cette femme est très brillante et elle ne parle qu'avec des chiffres et des preuves, c'est du concret du solide du lourd.
a écrit le 03/04/2015 à 15:31 :
Il y a sans doute beaucoup plus de Français , peut être même une majorité, qui partagent un avis proche de celui ci mais ne sont pas "visibles" car sans porte parole médiatique.
Peut être faut t'il lancer l'idée de manifestations de soutien à un programme de réformes courageuses sur un théme federateur qui synthétise les idées proposées:
-Baiise de tous les impôts (pour forcer les économies)
-Réduction du périmetre de l'Etat (pour simplifier, pour une vrai reforme territoriale)
-Autres

A cette occasion, des personnes non partisanes (hors grands partis) de la société civile pourraient relayer des messages avec les themes cibles.
L'diée étant au minimum de soutenir toute initiative de l'éxécutif actuel et de préparer le terrain à un candidat reformateur.
Un doux rêve?
a écrit le 03/04/2015 à 15:29 :
Oui , d'accord avec l'article . J'ajoute qu'il faut aussi faire un choix de société , à défaut avouer notre soumission au néolibéralisme , traité transatlantique , "europe " à la sauce allemande qui rejoint le cas de figure précédent . Si il n'y a pas redistribution , limitation , meilleure utilisation des richesses le système lâche on le voit au niveau écologique et sociétale ( augmentations croissante des conflits et actes de barbarie ) . Donc oui nécessité d'avoir une meilleure vue ... que n'a pas le corps politique du fait de leur formation et intérêts personnels . Donc oui il serait très utile de procéder à un gros nettoyage sans donc toutefois que la classe politique y soit mêlée car elle n'acceptera pas . Après il faudra aussi voir le rôle des banques et multinationales dans la paupérisation de nos société ...
Merci à vous pour cet espace d'expression
Réponse de le 03/04/2015 à 20:45 :
mille foid d'accord avec POLITOC rien a rajouter

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :