D. Wolton : "Avec Trierweiler c'est le pire de la médiatisation de poubelle"

 |   |  1233  mots
(Crédits : Rea)
La publication du livre-événement de Valérie Trierweiler interroge au-delà de la personnalité et de l'image de François Hollande : l'exercice des métiers de journaliste et de politique dans une société gangrénée par les tyrannies de l'exhibitionnisme, du voyeurisme et de l'immédiateté. Le décryptage du sociologue Dominique Wolton.

Acteurs de l'économie : Depuis plusieurs années, vous dénoncez l'exhibitionnisme et le voyeurisme qui se sont emparés des médias et des politiques. La publication de "Merci pour ce moment" de Valérie Trierweiler en constitue-t-elle le paroxysme ?

Dominique Wolton : Malheureusement non. Il est à craindre qu'il y ait toujours pire, même si dans ce cas un palier nouveau a été dépassé dans la « médiatisation de poubelle ». Dans ce cas, une étape a toutefois été franchie, puisque la publication intervient pendant l'exercice du mandat présidentiel. D'autre part, ce livre est tout sauf de l'information, c'est presque exclusivement une mise à nu, un voyeurisme et des règlements de compte personnels aussi déplacés que pervers.

Et la faute est d'autant plus lourde qu'elle émane d'une journaliste, parfaitement au fait de ce qui doit faire stricte imperméabilité entre sphères publique et privée. Elle-même n'avait-elle pas fustigé l'ingérence ou les débordements de la presse dans la vie privée des politiques ? Elle qui s'autoproclamait « journaliste politique » et en réalité produisait du people et des publi-reportages, ne donnait-elle pas des leçons sur la déontologie des journalistes ? Avec ce livre, elle met en miettes des fondamentaux du métier, et participe à le discréditer un peu plus au sein de l'opinion publique. Et elle se disqualifie professionnellement.

Le succès de ce livre illustre le sempiternel piège auquel les professionnels des médias sont soumis : faut-il accéder coûte que coûte à la pression de la demande ?

Le fait qu'un tel livre se vende aussi bien ne signifie rien d'autre que l'assouvissement du désir ancestral de voyeurisme. L'existence d'une demande, aussi forte soit-elle, ne constitue en rien un argument recevable. Ou alors il n'y aurait plus aucune limite à l'éthique et à la déontologie. En l'occurrence, les seuls responsables de cette publication sont l'auteur et l'éditeur.

Quels effets, à court et moyen termes, cet événement médiatique peut-il produire sur l'image et la crédibilité politiques, déjà dramatiques, de François Hollande ?

On ne peut pas à la fois reconnaître qu'il y a des secrets d'État et contester l'existence de secrets privés. Cela, l'opinion publique le sait, et l'humiliation publique que subit François Hollande ne devrait pas faire l'objet de surenchères dans les médias ou même au sein de l'opposition. Et donc les répercussions devraient être faibles voire nulles. Cette publication devrait simplement conforter les camps dans leurs convictions.

L'une des pires impressions que donne le livre est que les priorités de François Hollande ne sont pas là où les Français l'espèrent. Soi-disant inonder son ex-compagne de sms pendant les commémorations du D Day partagées aux côtés de Poutine et d'Obama, s'échiner à la reconquérir en lieu et place du redressement de la France. Tout cela peut-il être sans conséquence ?

Certes, un tel livre ne peut qu'accroître la délégitimation. Pour autant, qui dans sa vie n'a pas été confronté, à son niveau, à des problèmes de cœur qu'il devait traiter en même temps qu'il travaillait ? Chacun a connu cette confrontation des chocs affectifs et professionnels. Et donc peut être en mesure de regarder « humainement » la situation de François Hollande.

Au sein d'une opinion publique et de médias qui parfois privilégient l'anecdote et le sensationnalisme au fond, l'expression « sans dents » collera-t-il demain à François Hollande comme hier le Fouquet's ou le « Casse-toi pauv' con » à Nicolas Sarkozy ?

Non. Le « cass-toi pauv'con » était cohérent avec la personnalité de son auteur, et donc il a imprimé les consciences. Le « sans dents » n'est, lui, pas cohérent avec un François Hollande plein de défauts mais dont le parcours politique et d'autres témoignages de proches et de moins proches depuis trente ans ne permettent pas de contester. L'image que les gens ont de François Hollande s'imposera aux doutes qu'une telle révélation peut instiller. Et puis l'opinion publique a compris d'elle-même qu'on ne peut pas tirer d'enseignements d'un tel propos à ce point décontextualisé. Et n'arrive-t-il jamais à chacun de nous, ne privé, de proférer spontanément des propos qui ne reflètent pas nos convictions ?

13% d'opinions favorables, une majorité fracturée, un nouveau ministre débarqué après neuf jours, et maintenant un livre qui dépèce son image, le tout dans un contexte de profond marasme économique et social : « sur le papier », les conditions sont-elles réunies pour que le Président de la République démissionne ?

Non. Seules des malversations peuvent justifier un tel départ. Un mandat se juge au bout. Jamais les sondages ne doivent dicter le comportement politique, jamais ils ne doivent contester ce que la démocratie a établi : la sanctuarisation du vote. C'est en 2017 et pas avant que les électeurs pourront faire part de leur jugement sur l'action du quinquennat. La tyrannie de l'opinion et des sondages ne doit peser d'aucun poids face à l'élection.

Par ailleurs, devrions-nous nous asservir à ce point à la dictature du temps et des résultats immédiats ? Certainement pas. Cette autre tyrannie - de l'instantanéité dans la vie quotidienne comme dans les médias  - devrait être combattue sans relâche. Elle est l'un des pires poisons pour la démocratie. Manuel Valls est aux commandes du gouvernement depuis moins de six mois et il faudrait déjà le juger ?

Ceci étant, les principales victimes sont les premiers coupables : qui donc fait en sorte que l'exercice politique vive au rythme de twitter si ce n'est les politiques eux-mêmes ? Qui emploie ces outils qui vident le discours et l'acte politiques de la distance et du contenu nécessaires ? Qui cultive l'impatience, la superficialité, même la vacuité au sein de l'opinion publique ? Les hommes politiques se suicident tout seuls !

Dans ce contexte de « crise de régime », comment Manuel Valls doit-il se comporter en vue de 2017, pour à la fois prendre ses distances d'avec le « fardeau » Hollande sans pour autant  s'en désolidariser ?

Il a grandement intérêt à honorer sa fidélité, y compris pour asseoir sa légitimité. S'il cherche à profiter de la déconvenue de François Hollande, il signera sa propre défaite. Il a accepté, auprès de François Hollande, un poste de Premier Ministre pour le meilleur et pour le pire. Avouer ses ambitions trop tôt, prendre ses distances avec son Président, dénoncer le tandem qu'il a accepté de former, le condamnerait dans l'opinion publique. Celle-ci n'aime pas Brutus. Souvenons-nous d'Edouard Balladur...

Dans quelques jours, Nicolas Sarkozy devrait annoncer s'il concourt à l'investiture UMP pour 2017. D'un côté il est lesté par le poids des « affaires » et les inimitiés accumulées au sein de sa formation politique, de l'autre il tirera profit d'une majorité présidentielle et de résultats - pour l'heure - déliquescents. Comment peut-il manœuvrer au milieu d'un tel contraste ?

Le style Sarkozy tel qu'on l'a connu est « out of date ». Il est lui-même victime de l'extraordinaire vitesse à laquelle tout phénomène, tout modèle, tout concept s'usent, de manière radicale, au sein de l'opinion publique. S'il veut revenir, il n'aura pas d'autre choix que d'adopter un style en rupture avec celui auquel il a habitué les Français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2014 à 17:47 :
article remarquable qui met les choses au point (dans ce journal, c'est normal...)
en revanche, la plupart des commentaires sont à pleurer.
qui a dit que les bourrins étaient les chevaux ?
a écrit le 09/09/2014 à 12:59 :
Tout çà, çà devrait apprendre aux politiciens français qu'il ne faut pas coucher avec les journalistes. Mais ils sont tellement indécrottables....
Comme dit ma concierge : "on a changé le bocal, mais on a toujours les mêmes cornichons".
a écrit le 08/09/2014 à 8:36 :
Les journalistes français passent tout aux politiques français. Mais dans les pays qui ont inspiré notre République, on ne fait pas tant de manières, et personne n'y voit à redire.

Prétendre qu'un homme politique aurait une "vie privé" n'est pas sérieux..
a écrit le 06/09/2014 à 11:22 :
ce sont les femmes qui font ,et defont les hommes , n oublions pas qu elle divisse la france en deux avec son livre venue des waters , avec a la clef le risque de marine au pouvoir plus vite que l on croie, MAIS AUSSI QU ELLE FAIT UNE BELLE OPERATION FINANCIERE AVEC LA VENTE DE SONT LIVRE? ET SURTOUT QUE HOLLANDE NE C EST PAS REELLEMENT CHOISIR SES AMIES ET LES FEMMES DE SA VIE??? SORAT IL REBONDIR? PEUT ETRE S IL OUBLIE CA VIE SANTIMENTALE ?EST QU IL SE REMET AU BOULOT POUR CONTINUEZ A FAIRE LES REFORMES QUE LE PAYS ATTEND?
Réponse de le 06/09/2014 à 15:48 :
qu'il se réforme lui-même
a écrit le 06/09/2014 à 9:55 :
Moi j'aime les pauvres qui ont un gros compte en banque mais il faut qu'ils aient des dents.
a écrit le 05/09/2014 à 21:23 :
Les sans-dents c'est trop fort mieux que Coluche et Dieudo réunis
a écrit le 05/09/2014 à 20:54 :
Bof. Mitterand, Strauss-Kahn, Hollande, pour ne citer que ces trois là, parce qu'en fait la liste est vraiment longue des incompétents, corrompus et compagnie. Le fait est qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans ce parti dénommé PS qui a un grand talent à dégager ce type de personnalités, avec malheureusement le soutien d'une partie du monde médiatique.
a écrit le 05/09/2014 à 19:59 :
Merci monsieur Wolton , cette personne qui serait journaliste , devrait si elle la possède rendre sa carte de presse.
Heureusement d'autres membres de cette profession l'honore.
Merci à ceux et celles qui défendent le troisième pouvoir
a écrit le 05/09/2014 à 19:36 :
Qué coumère cette Trierweiler ! F. Hollande devrait la nommer émissaire spéciale en Ukraine. Dès son arrivée à Kiev, les soldats russes vont tous s'enfuir terrifiés vers le fin fond de la Sibérie !
a écrit le 05/09/2014 à 19:01 :
merci Mr pour votre lecon.Ce que la France a besoin c'est de Français dignes de se nom.
Vous parliez de ragots poubelle,la pluparts des commentaires suite à votre article en sont.
Les gens réfléchissent plus avec leur connerie qu'avec leur savoir!
Demain nous auront Marine.......Bravo!!!!
Réponse de le 06/09/2014 à 9:57 :
Heureusement que vous êtes là pour relever le débat, vous êtes comme tout le monde mais vous espérez sortir du lot mais vous êtes englué dedans et jusqu'au cou.
a écrit le 05/09/2014 à 18:00 :
Quand la fonction des hommes politiques, par leurs actions sans honneur, n'est plus crédible, du tout, voilà ce qu'il arrive, c'est ainsi !
a écrit le 05/09/2014 à 17:54 :
Wolton désormais bien "placé" pour devenir Ministre de la Culture de Valls II ou IV.
a écrit le 05/09/2014 à 17:49 :
Les "sans dent" ca restera car c'est une manière de matérialiser le mensonge permanent de Hollande, qui fait toujours le contraire de ce qu'il promet, quand il fait quelque chose. Trierweller connait son heure de gloire, elle ramasse un peu de fric et puis après elle sera une pestiférée, plus personne ne voudra bosser avec elle de peur qu'elle morde la main qui la fait manger. Le paysage politique a des allures de Verdun, tout est dévasté, il n'ya pas de leadership, jamais de véritable réforme, aucune personalité qui ressort vraiment à part la contestation sous la forme d'une Lepen pour qui l'avenir c'est de redevenir la Gaule. Paradoxalement le seul progrès est à gauche,qui a l'air d'enfin sortir de la doctrine marxiste pour se confronter à la réalité, mais avec presque un siècle de retard et aucune vision sur l'avenir. Cependant comme la gauche a parfois le cran de faire ce qu'elle annonce, contrairement à la droite qui est le paroxysme de l'immobilisme total, peut être que les deux ans et demi qui restent à Hollande seront meilleur que le début de son mandat. En tout cas si c'est pire ou du même tonneau il faut qu'il parte.
Réponse de le 05/09/2014 à 18:04 :
l'espoir fait vivre....! vous croyez vraiment?......
Réponse de le 12/09/2014 à 13:10 :
Je suis d'accord, bravo !
Un peu de positivisme ne fait pas de mal, de temps en temps...
On va s'en sortir !
a écrit le 05/09/2014 à 17:28 :
Enfin un article avec du bon sens et un peu de réflexion sur les épisodes actuels. Hollande a perdu 2 ans avec Ayrault, mais ne mérite pas toute cette avanie. Quant à Trierweiler; une femme blessée ... mais qui a l'air de se plaire dans la m..de.
Réponse de le 06/09/2014 à 9:58 :
Vous faites partie des 13% c'est vous qui avez de la m.. Dans les yeux.
a écrit le 05/09/2014 à 17:21 :
Bonne analyse malheureusement.
a écrit le 05/09/2014 à 17:02 :
Volton, dépêche-toi pour avoir ta barette, plus que 2 ans à lécher les bottes de FH!
Réponse de le 05/09/2014 à 18:31 :
il va avoir droit à la légion d'honneur , s'il ne l'a pas eu !
Réponse de le 06/09/2014 à 9:59 :
Non il attend un poste de ministre.
a écrit le 05/09/2014 à 16:16 :
Il y deux traitements des politiques
Quand c'est une personnalité de gauche tout le monde est choqué
Quand c'est l'autre bord nous n'entendons rien
Pourquoi ??
Et de 2007 a 2012 nous avons vu et entendu des caricatures
a écrit le 05/09/2014 à 16:01 :
Une femme bafouée, répudiée se venge, quoi de plus normal. Dans le fond, c'est ce président "normal" qui l'a voulu. S'il avait eu une vie "normale", rien de ce qui s'est passé ne serait advenu. J'entends les cris d'horreur de la presse unanime et de certains politiciens à condamner la femme. Je crains qu'il y ait encore assaut de bien-pensance obligatoire. Si Hollande avait été un quidam quelconque, personne n'aurait écrit car ça n'aurait intéressé personne, mais dés lors que l'individu se met en scène, il doit assumer jusqu'au bout. C'est la rançon de la gloire. Quand on est président de la république, on assume sa charge dignement et on évite les balades vespérales en scooter. On ne théâtralise pas ses liaisons. Je n'en veux pas à Madame Trierweiller, mais à Hollande qui a déconsidéré sa fonction de président de la république. J'ai honte d'être représenté internationalement par cet individu. La France à été "berlusconisée".
Réponse de le 05/09/2014 à 16:32 :
Mariage pour tous , sauf pour un .
Réponse de le 05/09/2014 à 23:08 :
hé!hé! pas fou !
a écrit le 05/09/2014 à 15:56 :
autrement dit, après ce pamphlet, Sarko peut etre excusé, en quelque sorte, Hollande, non?....(en précisant : ni pour un, ni pour l'autre! )
a écrit le 05/09/2014 à 12:32 :
Il faut que les choses ne soient jamais dites pour éclairer l'électeur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :