Logement : et si le gouvernement faisait mouche ?

 |   |  747  mots
(Crédits : DR)
Relancer le secteur de la construction doit être l'une des priorités du gouvernement. Le logement, et particulièrement l'investissement locatif, doit figurer en tête des mesures. Les dispositifs que Manuel Valls va engager très prochainement devront être emblématiques du virage annoncé en faveur des entreprises.

Au lendemain d'une intervention ovationnée à l'université d'été du Medef, le Premier Ministre Manuel Valls a affirmé son credo pour l'entreprise. Et si c'était vrai ? Et si, enfin conscients de l'urgence de la situation avec une croissance nulle, un chômage qui flambe et des déficits toujours plus abyssaux, les Français dans leur ensemble acceptaient les réformes salutaires et nécessaires au redémarrage dont tout le monde - en premier lieu les salariés et leurs familles - a besoin ?

Il est l'heure de prendre les décisions qui placent la compétitivité des entreprises comme la priorité absolue pour redresser l'économie et créer des emplois. S'il est un secteur majeur et stratégique pour le PIB et l'emploi, celui de la construction - qui représente 10% de l'activité et rassemble des emplois non délocalisables - doit figurer en première place pour assurer un effet rapide sur ces deux critères.

Réduire les pouvoirs des maires

Le gouvernement ne s'y pas trompé, qui va prendre sous peu des mesures destinées à relancer le secteur du logement qui reste désespérément en sous capacité et donc en sous offre. Oui, il faut revenir en arrière sur des normes coûteuses et qui entrainent des délais de livraison toujours plus longs. Oui, il faut réduire les pouvoirs des maires au bénéfice des intercommunalités - et d'ailleurs la réduction drastique du nombre des communes y contribuerait. Oui, les prérogatives des DDE doivent être réduites et les délais d'instruction doivent être limités. Et oui, le foncier, notamment public, doit enfin être l'objet de mises en vente d'office. Car la France cultive le paradoxe d'être l'un des plus grands pays d'Europe en superficie, le moins dense en population, mais aussi celui où le foncier est le plus élevé : cherchez l'erreur.

Bailleurs privés démoralisés

L'investissement locatif doit être relancé en priorité, car de tous les pans du logement, il est celui qui a le plus reculé depuis l'alourdissement considérable de la fiscalité décrété en 2011 : il permet au parc locatif privé (bien plus important que son alter ego public) d'assurer le premier logement pour nombre de personnes, il garantit une bien meilleure mobilité professionnelle nécessaire à la flexibilité du marché du travail.

Les bailleurs privés (qui possèdent la quasi totalité du parc locatif en France) ne sont pas des nantis ; composé à 25% d'ouvriers et d'employés, leur patrimoine immobilier ne dépasse pas les 350 000 €, loin du fameux seuil de l'ISF... Et sait-on que 30% de ce parc est constitué de logements dont le loyer est inférieur à celui des logements sociaux ? Allez donc leur expliquer les conséquences, pour eux, de la loi Alur : vous êtes certain de les démoraliser, et surtout vous les convainquez de ne plus jamais investir.

Pistes concrètes

Bien sûr, en tant que professionnel de l'immobilier, j'apprécie de travailler avec les services de Matignon et ceux du ministère du Logement aux conditions de « restaurer la confiance des bailleurs ». Mais pourquoi être allé aussi loin dans la vision administrée du logement ? Cécile Duflot avait certes aggravé la situation, mais celle-ci était déjà bien dégradée en mai 2012. Or les pistes ne manquent pas, qui rendent possible de concilier l'intérêt général et la nécessaire rentabilité des investisseurs. Première d'entre elles : mettre en place des baux davantage de long terme mais assortis d'une véritable incitation fiscale sur les revenus fonciers.

L'heure est venue

De même, l'encadrement des loyers, maintenant que la GUL a été fort heureusement limitée au public pour lequel elle est nécessaire, doit être abandonné : les loyers augmentent moins que l'inflation depuis 2007, et donc cet encadrement intervient trop tard ; il sera contourné et donnera lieu à une bureaucratie et à des litiges ineptes. Et qu'on arrête l'inflation désolante des documents à fournir pour une vente, même déjà pour un simple compromis ! Enfin la fiscalité, faut-il encore le répéter, doit être stable, raisonnable et privilégier le volume d'activité, donc les recettes in fine, plutôt que le montant attendu.
Je perçois que tout ceci est parfaitement compris par les ministères concernés ; ils sont pressés de montrer leur capacité à faire changer la situation dans le sens attendu par tous. Et si c'était enfin vrai ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2014 à 15:18 :
On dirait un propos d'agent immobilier
Pour relancer la construction, comme l'affirme la webradio indépendante AWI, il faut remettre sur le métier le concept "ville nouvelle".
a écrit le 29/08/2014 à 15:08 :
Pourquoi ne prêt à taux zéro n'est-il accordé qu'une seule fois dans une vie.

J'ai terminé de payer mon appartement en 15 ans et donc mon prêt à taux zéro aussi.

Je souhaiterais racheter dans du neuf une nouvelle fois, mais je ne suis pas "investisseur" aussi je n'ai pas le droit d'obtenir un prêt à chaque appartement que j'achète à concurrence d'un seul par an.

Pour quelles raisons les particuliers, qui achète pour se loger eux-mêmes sont-ils ainsi pénalisés, par rapport aux investisseurs ... moi aussi je ferais travailler le BTP .
a écrit le 29/08/2014 à 14:30 :
plutôt construire sur les rives d'en face cela évitera les concentrations de population.
a écrit le 29/08/2014 à 13:30 :
Qu'ils repassent aux normes 2005 ce sera déjà pas mal et coûtera rien sur l'argent publique.
a écrit le 29/08/2014 à 12:57 :
Encore un qui roule pour le gouvernement.L'immobilier n'est plus rentable c'est tout.
a écrit le 29/08/2014 à 12:28 :
Bonne analyse,
En sarthe c'est plus facile de trouver un pavillon avec jardin à 500 euro qu'une hlm f3 pour 100 euro de plus au moins (200 avec les charges).
a écrit le 29/08/2014 à 12:12 :
Après s'être évertué à plomber le marché immobilier pendant 2 ans, les socialistes veulent le relancer maintenant. Tout cela n'a strictement aucun sens.
L'Etat doit arrêter d'intervenir constamment sur tous les marchés. Non seulement, cela ne fonctionne pas, mais les effets pervers sont plus importants encore que les problèmes qu'il était sensé résoudre au départ.
Quand on voit que ce sont les propriétaires qui doivent payer des assurances pour se prémunir des impayés alors que ce sont les locataires qui devraient les payer. On marche sur la tête depuis trop longtemps dans ce pays. C'était déjà vrai avec la droite, mais là, on atteint des sommets !
a écrit le 29/08/2014 à 11:47 :
Fuyez l'investissement locatif immobilier comme la peste. Car maintenant se sont les impôts locaux qui vont flamber...........
Réponse de le 29/08/2014 à 14:33 :
Normal de payer des impôt locaux à la hauteur du bien être des nouveaux occupants , espaces loisirs , salles de jeunesses et les aides !
a écrit le 29/08/2014 à 11:33 :
Les contrats de 6ans et plus pour une belle réduction à l'achat de l'appartement rêvé ne sont faits que pour les administratifs locataires et les riches propriétaires donc le blabla de ce monsieur comme "garantit une bien meilleure mobilité professionnelle nécessaire à la flexibilité du marché du travail" n'a pas lieu d'être réjouissant un doux rêveur.
a écrit le 29/08/2014 à 10:01 :
Entre droit au logement et droit de la propriété, notre pays a choisi depuis longtemps. Un autre sujet jamais ou trop peu évoqué par ces PDG d'agences immo (qui n'en ont pas intérêt pour maintenir la vente de leurs garanties locatives) ou par les associations de propriétaires, qui parlent à nos gouvernants, est la mise en place de la gestion des impayés dans le privé; que ce soit dans le maintien dans les lieux en cas de difficultés avérées (via la caf par ex) ou par des tribunaux non engorgés, spécialises, pour des expulsions dans un délai raisonnable (moins d'1 an, appel compris avec garanti de l'état sur ces délais ) dans les autres cas... Mesure simple qui pourtant rassurerait les proprios qui deviendraient surement moins regardant sur les dossiers, et rééquilibrerait les rapports proprio/locataire...
Réponse de le 29/08/2014 à 12:15 :
Tout à fait d'accord. Au delà des questions de fiscalité, il faut aussi revenir aux questions essentielles. Un bailleur privé n'a par exemple pas à assurer le logement d'une personne dans l'incapacité de payer son loyer. Des petits propriétaires se retrouvent eux-mêmes en grande difficulté à cause de ce genre de situations. C'est à l'Etat d'assurer le logement de ces personnes en difficultés, pas à des acteurs privés et surtout pas quand ces derniers sont des particuliers.
a écrit le 29/08/2014 à 9:59 :
A quand le PDG de renault demandant a l etat de subventionner les acheteurs de voitures avec un scellier-auto ou des apa (apl pour auto) ?
Il pourrait aussi demander qu on arrete d emmerder les gens qui roulent bourrés, ou qui font des exces de vitesse ou se garent n importe ou ...
L immobilier est plante car les prix sont bien trop eleves par rapport aux revenus de acheteurs. c est tout simple. et pour cela, il n y a qu une solution: la baisse. mais je reconnais que ca va faire mal au CA de se monsieur
a écrit le 29/08/2014 à 9:48 :
C'est complétement nulle toutes ces mesurettes ils n ont rien compris nos hommes politiques et les agences immobilieres qui ne voient pas plus loin que le boiut de leur nez.
Sarko nous a mis les plus values de 15 ans à 30 ans voila ce qu il y a qui ne va pas , à 50 ans acheté un bien je devrais le garder 30 ans si je ne veut pas de plus value , et les frais de notaire qui depûis le 1er juin ont augmenter (pour un bien de 150000 e - 1500 de frais en plus) réduisez le temps de détention pour les plus values laissez les propriétaires tranquil et regardez plutot les locataires indélicats qui restent dans les appart sans régler leur loyer la loi les protége c est une honte
a écrit le 29/08/2014 à 9:11 :
L'état sera-t-il un jour capable d'aider les acheteurs primo-accédant plutôt que de créer des dispositifs immédiatement accaparés par les banques et les promoteurs?
a écrit le 29/08/2014 à 7:47 :
On se demande qui sont les assistés : les bénéficiaires de revenus sociaux, où ce genre de personnage qui vient gémir pour que l'Etat soutienne son secteur et me donne envie de vomir. Je me demande si un jour, les boulangers vont venir dire qu'eux aussi, ne peuvent faire de pain sans défiscalisation. Combien d'années d'incitation fiscale avons-nous eu, et où en sont les prix de l'immobilier par rapport aux salaires (tunnel de Friggit) ? Il manque toujours des logements nous prétend-on ? Scellier, Robien et autres sont donc totalement innefficaces sauf pour les professionnels du secteur qui, bien évidemment, en veulent encore. Ils auront gain de cause comme tous les lobbies de ce pays.
Réponse de le 29/08/2014 à 12:22 :
L'Etat doit arrêter de plomber l'économie par des interventions permanentes et une fiscalité excessive plutôt que des créer des dispositifs tels que vous citez. Malheureusement, c'est le contraire de ce qui se passe actuellement. La création de systèmes tels que le CICE (Sarkozy avait déjà commencé à le mettre en place) est justement en train de faire des chefs d'entreprise des assistés.
Nous sommes bien loin de la politique sociale-libérale annoncée par Hollande et décrite par la presse. Nous sommes encore dans une pure démarche interventionniste qui échoue lamentablement depuis 40 ans et continuera à échouer.
a écrit le 29/08/2014 à 3:06 :
pour ce qui est de l'emploi faut pas exagérer. Ici dans les alpes maritimes par exemple, plus de 1700 petits entrepreneurs du batiment disparus au profit de filiales françaises installées en pays de l'est et Portugal et qui envoient pour 3 mois renouvelable de la MO que nourrit d'ailleurs les resto du cœur (preuves à l'ppui quand vous voulez)
a écrit le 29/08/2014 à 2:45 :
mais arrêtez de vouloir construire à tout prix. déjà aucun français ne veut bosser dans le batiment et se salir les mains et se casser le dos pour un salaire nul et une sécurité nulle.
et ensuite regardez en province, tous les logements sont vides, plus personne ne veut y habiter à part les vieux...le seul problème c'est paris, car tous les emplois y sont ,c'est tout...
a écrit le 28/08/2014 à 23:57 :
A Paris un studio de 20m2 se loue facilement 700 ou 800 euros par mois. Les loyers ont augmenté de 100% ces 10 dernières années, alors je ne vais pas pleurer pour les "pauvres" propriétaires. Stop à l'orgie des hausses des loyers. Donc pas touche au gel des loyers à Paris et dans les grandes villes. Cette mesure administrative n'aura pas été nécessaire si les propriétaires avaient été moins gourmands et plus raisonnables.
Réponse de le 29/08/2014 à 0:19 :
Parigo bobo va a Montreuil ou sarcelles c est moins chère
Réponse de le 29/08/2014 à 10:36 :
Comme ça Paris sera une ville musée peuplée de riches, de touristes ou de personnes vivant en HLM. La fin de la classe moyenne. T'as d'autres idées bof de ce niveau à débiter?
Réponse de le 29/08/2014 à 13:27 :
Et alors, on va pas donner des apparts pas chers à la classe moyenne juste pour la faire exister non ? Qu'elle disparaisse et se taise à jamais. Et puis Paris est une ville de riches, un point c'est tout, ya rien d'autre à ajouter, la classe moyenne n'a absolument rien à y faire. C'est une capitale mondiale, pas une ville moyenne, alors laissez la place à ceux qui ont les moyens.
a écrit le 28/08/2014 à 23:39 :
Investir dans l'immobilier, trop galère, et ceci non seulement depuis la loi Duflot, mais depuis la loi Quillot.

Et depuis tout ce temps la fiscalité n'a cessé d'augmenter, la CSG initialement à 1,1 % est arrivée à 15,5 %, vous pouvez y ajouter la Taxe Foncière, l'Impôt sur le Revenu, l'ISF, etc ...

Les garanties données aux locataires sont devenues exorbitantes, cela s'apparente un peu au statut du fermage en matière agricole.

Les normes à respecter sont devenues extravagantes.

Terminé les investissements dans l'immobilier. J'ai réussi à céder ce que j'avais. Je n'investirai plus jamais dans l'immobilier, trop cher, trop complexe, trop d'embêtements.

Bonne chance à tous les inconscients qui souhaitent encore investir pour louer.
Réponse de le 29/08/2014 à 9:53 :
je suis tout a fait d accord avec vous , les tribunaux qui donnent raison aux locataires indélicats, ras le bol , trop d impôts , et la loi sur la plus value de 15 amené à 30 ans de qui se moque t on . les frais de notaire , les frais d 'agence , les normes ras le bol
a écrit le 28/08/2014 à 23:27 :
un matériau efficace, le BFUP (béton fibré ultraperformant). Inventé aux Pays-Bas, ce super-béton est composé de ciment, de fumée de silice, de sable de quartz, de fibres d’acier et de fluidifiants. Il est plus résistant, moins poreux et a une durabilité qualifiée d’exceptionnelle.
Faites des construction durables pas des cages à lapin !
Réponse de le 29/08/2014 à 2:46 :
la mentalité française c'est pas la qualité, c'est construire de la...
Réponse de le 29/08/2014 à 7:49 :
de la fumée de silice ?? C'est quoi çà ?
a écrit le 28/08/2014 à 23:09 :
investir pour gaver les promoteurs et être emmerdé par les locataires exotiques ,, fume ! L' état se désengage de ce bourbier alors nous aussi . Les favelas c'est l' avenir .
a écrit le 28/08/2014 à 23:04 :
les collecteurs du 1 % logement et l'épargne collectée sur le livret A doivent impérativement servir pour le logement social voir intermédiaire.
Si l'état subventionne l'investissement locatif privé il va créer une bulle financière 5OU (IMMOBILIERE) qui risquerait d'éclater aussi brutalement qu'en espagne. L'erreur de l'état est bien le subventionnement via des scellier et duflot de l'immobilier privé qui alimente l'augmentation des prix de l'immobilier.
autre solution pour l'état : supprimer toutes les mesures ouvant droit à un crédit ou réduction d'impot dans le secteur immobilier toutes catégorie confondue (meublées ou nues)
supprimer l'imputation des déficits fonciers sur le revenu global et ne plus limiter dans le temps leur imputation sur la même catégorie de revenu tout en acceptant un amortissement fiscal à hauteur de 4 %/an sur 25 ans de la valeur du bien avec un plafond de la base à 150 000 € . Cet amortissement serait pris en compte dans le calcul de la plus value en cas de vente
Réponse de le 29/08/2014 à 3:09 :
parfait et de plus moins cher pour l'état sans aucun doute, et pour l'amortissement comme aux USA.
Réponse de le 29/08/2014 à 7:13 :
@patbetton : votre commentaire est intéressant .La question est faut il supprimer toutes les subventions d aide à la pierre type duflot ? Pour beaucoup c est la seule réponse .Rappelons que l explosion de l immobilier se situe entre 2000 et 2008 ( 2010 pour paris) : En 2000 si vous achetiez un appartement 100 000e il vaut 200 000 ( hors PV) aujourd hui et si vous aviez acheté 100 000e d actions il ne vous resterai plus que 60 000 e.actions qui portant bénéficient aussi de réductions fiscales (pv) . Rappelons que tous ces dispositifs de défiscalisation existaient avant 2000 et qu il existent en allemagne . Que s est il passé en 2000? Vous avez tous la réponse . Avant de dire et répéter comme la gauche l a fait pendant des années " stop aux niches fiscales" il faut regarder ce qui nous différencie de l allemagne 1) population croissante ( immigration 200 000) et tant mieux 2) fiscalité immobilière sans commune mesure avec l'Allemagne ( PV 10 ans en allemagne) 3) hiper centralisation région parisienne contrairement à allemagne pays de " landers" ( régions fortes).
a écrit le 28/08/2014 à 22:37 :
Pour l instant le gouvernement avec la loi duflot a bien plombé le bâtiment

La loi duflot est une usine a gaz digne du politique bureau de Cuba

Vous pensez sérieusement qu il vont reculer ???? Non non on va bricoler comme d habitude petite modif

Il faudrait pas très vexer mme
a écrit le 28/08/2014 à 22:31 :
Je pense que l'on ne peut qu'applaudir Mme Duflot, qui d'après ses détracteurs est la seule auteure d'une loi qui n'est pas entrée en application mais qui est quand même responsable du marasme immobilier ! Quel tour de force tout de même !
Réponse de le 28/08/2014 à 23:03 :
+1
Réponse de le 29/08/2014 à 7:29 :
Ben si... les investissements ont été freiné dans l'immobilier en raison de l'anticipation des effets de la Loi Duflot.
a écrit le 28/08/2014 à 22:16 :
Les socialistes vont passer trois ans à réparer les dégâts qu'ils ont faits pendant deux ans. Ce serait trop beau et trop facile. Ils ont brisé la confiance et l'espoir par leurs mensonges et leur amoralité politique. La France ne s'en sortira pas comme ça et le secteur communiste (public) continuera son œuvre de blocage et d'écrasement du privé. C'est foutu.
a écrit le 28/08/2014 à 21:53 :
avec quel argent?
a écrit le 28/08/2014 à 21:38 :
C est tout de même énorme qu' il faille attendre 2 ans au gouvernement pour comprendre
Que le plan Duflot était une folie !!!!
A quoi sert de prendre des risques ( locatifs ) si l' État via ses textes et ses taxes multiples
Vous dépouillent ?
Pas besoin de loi ALUR pour comprendre cela
Réponse de le 28/08/2014 à 22:29 :
duflot vient juste d'être voté, il n'a même pas eu le temps de s'appliquer la crise de l'immobilier, n'est pas dû à DUFLOT, mais à l'incertitude sur l'avenir et à la cherté des biens immobiliers par rapport au pouvoir d'achat
Réponse de le 28/08/2014 à 23:09 :
et le prix de l'immobilier c'est pas de la folie ?
a écrit le 28/08/2014 à 20:39 :
quelqu'un est-il étonné que le pdg d'une agence immobilière dise que son secteur d'activités doit être prioritaire :-) Franchement, que savent-ils faire tous ces rigolos sans l'argent du contribuable :-)
Réponse de le 28/08/2014 à 22:38 :
L'investissement locatif et loin d'être la façon la plus intelligente d'utiliser son argent
a écrit le 28/08/2014 à 19:46 :
Cela va être le grand rappel de tout les "travailleurs détachés" de l'UE au dépend de nos nationaux qui sont handicapé par les charges (cotisations) sociales; Vivement la "TVA sociale"!
a écrit le 28/08/2014 à 19:31 :
Si on donne plus de pouvoirs aux intercommunalités, à coup sûr, ils vont exiger plus de logements sociaux. Autrement dit, RSA, CMU, APL etc et les impôts locaux vont exploser.
a écrit le 28/08/2014 à 19:26 :
Tout cela est peut-être vrai, mais il y a plus urgent que de favoriser encore et toujours la rente.
La gravité de la situation du pays ne peut se combattre que par la prise de risque et donc la disponibilité du capital et la liberté des entrepreneurs.
Réponse de le 28/08/2014 à 20:13 :
@non : comme beaucoup vous n avez toujours pas compris que l état subventionne le logement parce qu il est incapable de construire des logements sociaux .L allemagne fait strictement la même chose chose .
a écrit le 28/08/2014 à 18:28 :
.......Oui, les prérogatives des DDE doivent être réduites et les délais d'instruction doivent être limités.........Eh ben dit donc, ils en ont mis du temps avant de comprendre ce que tous les professionnels du bâtiments leurs disent depuis des années!!! Enfin un reste de bon sens??? Mais d'ici à ce que les lois suivent, ils faudra bien encore une décennie!!
a écrit le 28/08/2014 à 18:26 :
Allez, soyons tous maçons ou plombiers et bétonnons ce qu'il nous reste de richesse, soit nos belles campagnes, nos beaux alpages, nos beaux rivages, nos beaux paysages ...
Les pays les plus riches sont ceux qui ont su préserver leur patrimoine (Toscane, Europe du Nord, ...).
L'industrie de la construction est dangereuse, elle crée 10 emplois aujourd'hui et et détruit 100 à horizon 20 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :