De quoi l'Auvergne-Rhône-Alpes est-elle le nom ?

 |   |  525  mots
Par Yves Delaire, avocat spécialisé en droit public. Crédits : Saby Maviel
Par Yves Delaire, avocat spécialisé en droit public. Crédits : Saby Maviel (Crédits : Saby Maviel)
En langage technocratique, l’objectif de la réduction du nombre de régions vise à les doter d’une taille critique qui leur permettra d’exercer à la bonne échelle des compétences stratégiques et de rivaliser avec leurs homologues européens. Il s’agit aussi de réaliser des « gains d’efficience »… tant recherchés par l’Etat pour faire face aux agences de notation et à ses engagements européens en matière de déficits publics.

On notera un certain consensus sur ce sujet puisque la commission Balladur préconisait, en 2009, la fusion des 22 régions métropolitaines pour n'en former qu'une quinzaine.

Le projet de loi relatif à la délimitation des régions se caractérise en réalité par la volonté du Gouvernement de ne pas remettre en cause les limites actuelles des régions françaises, ce qui le conduit à proposer le regroupement des régions existantes sans que certains départements ne puissent en être détachés pour rejoindre, à la faveur de cette réforme, d'autres entités régionales. L'avenir nous dira si ce principe résistera aux embuches de la discussion parlementaire.

Faut-il avoir peur de la réforme territoriale ?

Après avoir créé, non sans craintes de la région, une puissante Métropole de Lyon dotée des pouvoirs du département et de la communauté urbaine sur son territoire, la réforme territoriale prévoit la création d'une nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes à compter du 1 janvier 2016.

Si les « Acteurs économiques » perçoivent aisément les avantages de ce rapprochement, des craintes et des objections sourdent au pied des volcans. Les échéances récentes nous rappellent en effet que dans une phase accélérée de transformations économiques et technologiques, les replis identitaires les plus inquiétants prospèrent comme les conservatismes les plus insolites, tel que celui qui s'est manifesté lors de la suppression des numéros de départements sur les plaques minéralogiques.

Il est vrai que la création d'une région Massif Central est envisagée de longue date comme celle d'un rapprochement entre l'Auvergne et le Limousin, sans que ces projets présentent des avantages incontestables. Le premier ne peut être réalisé qu'au prix d'une décomposition de plusieurs régions actuelles et le second ne fait que rassembler deux petites régions sans en former nécessairement une grande.

Une région de taille européenne

En s'associant avec l'entité Rhônalpine avec laquelle les liens sont déjà nombreux, la région Auvergne intégrera l'une des dix premières régions d'Europe alors même que sa géographie comme ses caractéristiques socio-économiques la protègeront, comme les Savoie ont su préserver leur identité, de sa dissolution dans un ensemble disparate. Que peut craindre l' « Auvergne absolue » (Vialatte), patrie de Pascal et des Frères Graves, rudes Résistants incroyablement bienveillants (Le chagrin et la pitié).

Comme il existe déjà une Chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes, le projet de loi prévoit de nommer la future région Auvergne-Rhône-Alpes, ce qui devrait rassurer les Auvergnats si aucun amendement ne vient remettre en cause cette préséance. Il faut en effet souhaiter que les rhônalpins ne s'inquiètent pas de ce rattachement alphabétique à l'Auvergne et en profitent, comme le proclame une publicité astucieuse, pour « changer d'air (mais aussi d'airs et parfois d'ère) sans changer d'heure ». Ils découvriront que si Pascal était le « diamant noir » de la littérature (Voltaire), l'Auvergne peut être celui de cette nouvelle région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2016 à 8:11 :
Pas si mal vu :

Décret n° 2016-1266 du 28 septembre 2016 portant fixation du nom et du chef-lieu de la région Auvergne-Rhône-Alpes (JORF n°0227 du 29 septembre 2016) ....
a écrit le 01/11/2014 à 6:35 :
En 72, ça avait un sens de faire des régions...mais aujourd'hui ?
Tout est multiethnique et en réalité, c'est la France qui est devenue une région !
Réponse de le 27/11/2014 à 9:35 :
multietni-multiculti?
a écrit le 28/10/2014 à 9:40 :
j ai aussi vue cela
a écrit le 28/08/2014 à 23:20 :
Ou avez vous vu que le projet de loi prévoyait de nommer cette région comme cela?
La loi est la même pour toutes les régions et elle stipule que les régions seront nommé provisoirement par l'ordre alphabétique des ensembles qui les composent,puis par délibération des conseil régionaux après 2015 qui seront seul a décider du nom de leur région.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :