25/08/2014 : acte de décès du PS

 |   |  1023  mots
(Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'Economie)
Les répercussions de la démission du gouvernement Valls s'annoncent considérables. L'une d'elles toutefois serait heureuse : l'acte de décès du Parti socialiste et simultanément celui de naissance d'une formation sociale-libérale enfin assumée. Et au sein de laquelle le possible futur ministre Gérard Collomb aurait toute sa place.

La nuit qui s'annonce devrait être longue avant la présentation, mardi 26 août, du nouveau gouvernement. La décision de Manuel Valls apparaissait certes incontournable après l'interview d'Arnaud Montebourg dans Le Monde et ses déclarations, ce week-end, à Frangy-en-Bresse aux côtés d'un Benoit Hamon complice de la sédition ; pour autant, moins de 150 jours après la formation de son « équipe de combat », elle témoigne d'une détermination voire d'un courage qui doivent être salués et résultent d'une situation politique devenue intenable avec les prises de position des « frondeurs » et l'indocilité, voire même l'insubordination d'une partie des parlementaires et membres du gouvernement.

2017 lancé à gauche

Manuel Valls est de ceux qui, au sein de la majorité, placent l'entreprise au centre de la stratégie économique. Qui considèrent qu'on ne partage de richesses qu'une fois ces dernières sécrétées. Qui estiment que l'accomplissement de toute stratégie ne peut être et surtout ne doit être mené qu'avec des collaborateurs y souscrivant avec loyauté - c'est-à-dire sans museler la liberté de « penser autrement » dès lors qu'elle nourrit le débat et enrichit l'offre. Qui savent que l'autorité ne peut pas et ne doit pas être contestée, particulièrement au-delà du cercle décisionnel. Pour avoir transgressé ces règles fondamentales de gouvernance, les fauteurs de trouble sont légitimement écartés. Ce qu'Arnaud Montebourg en tête, ils attendaient avec délectation : ils ne démissionnent pas mais provoquent les conditions de leur évincement grâce auquel en « martyr » ces dissidents peuvent désormais prendre les commandes d'un mouvement sécessionniste en panne de leadership. La campagne pour 2017 est bel et bien lancée à gauche « aussi », et Jean-Luc Mélenchon peinera à exister dans ce paysage recomposé.

L'exemple de l'entreprise

Une entreprise et un gouvernement partagent nombre de points communs. Notamment l'exigence d'être armés d'un organigramme et d'une ligne manégériale limpides, en tête desquels le visage et le périmètre d'autorité - fondée sur la légitimité - doivent être incontestables. Le sont-ils dans le cas présent ? Non, malheureusement. La Vème République et le rythme quinquennal consolident la dyarchie et la nébulosité des champs décisionnels et hiérarchiques entre le Président de la République et son Premier Ministre. Nicolas Sarkozy avait ostensiblement marginalisé François Fillon, jusqu'à le ridiculiser ; l'indécision, caractéristique de la personnalité de son successeur, devrait en théorie profiter à Manuel Valls. Sauf que ni l'un ni l'autre ne disposeront désormais, parmi les élus locaux et les parlementaires, des soutiens suffisants : trop de rejets - liés non seulement aux fractures idéologiques, mais aussi à la réforme des collectivités et à celle du cumul des mandats - se sont accumulés depuis bientôt 30 mois.

Gérard Collomb enfin ministre ?

Manuel Valls devra s'entourer de ministres qui, au-delà d'une allégeance comportementale, épousent ses convictions en matière macro-économique et partagent cette même vision d'un gouvernement régi comme une entreprise. Le Lyonnais Gérard Collomb en fera-t-il partie ? A priori, rien ne s'y oppose, tant la proximité idéologique, les convictions économiques, le style managérial des deux hommes se font écho. L'édile de Lyon et président du Grand Lyon est par ailleurs l'un des rares maires socialistes de grande ville à avoir conservé son double mandat en mars dernier, sur la foi d'un bilan, d'une rigueur budgétaire et de méthodes qu'il rêve depuis longtemps d'éprouver au plan national. Enfin, la naissance annoncée pour janvier 2015 de la Métropole de Lyon, première du genre en France, donne crédit national à l'initiative locale dont il est l'architecte. Ce lundi 25 août, il n'a pas caché laisser la porte ouverte à une possible entrée au gouvernement. Reste un double obstacle à lever : un avenir ministériel est-il compatible d'une part avec le chantier titanesque que constitue la réalisation de cette Métropole inédite d'autre part avec les fragiles équilibres politiques que le président du Grand Lyon a établis avec une partie de son opposition afin de remporter l'élection en avril dernier ?

Démission

L'heure est bien sûr très grave au sein du Parti socialiste, dont l'Université d'été de La Rochelle (29-31 août) s'annonce éruptive. Elle est surtout peut-être historique, et pose deux interrogations majeures : le démissionnaire est-il le bon ? Et le Parti est-il mort ?
En effet, qui, si ce n'est le Président de la République, est aux commandes des bateaux ivres - la France et le PS - qui depuis 2012 chaque jour coulent un peu plus profondément ? « On » démissionne, dans un gouvernement comme dans une entreprise, lorsqu'« on » n'adhère plus au projet ou que la confiance en la stratégie et ses patrons s'érode. Mais « on » démissionne aussi lorsque l'action que l'on conduit est un échec ou n'est plus audible de ceux appelés à la mettre en œuvre.

« Clarification »

Quant au PS, la démission du gouvernement peut constituer, paradoxalement, une opportunité : celle de sa dissolution. David Kimelfeld, premier vice-président au Grand Lyon et premier secrétaire fédéral PS du Rhône, espère lui-même qu'une telle crise permettra de « clarifier enfin les choses », notamment entre des courants idéologiques qui, à l'instar de ceux prônant la demande et de ceux militant pour l'offre, sont dans l'ambivalence la plus irréconciliable. Souvenons-nous : le temps n'est guère lointain où Manuel Valls proposait de rebaptiser le Parti socialiste. La ligne de fracture idéologique au sein de la formation a atteint un point de rupture et de non retour que chacun sait irréversible. Le moment de la scission est peut-être venu, l'acte de décès du PS tel qu'il existe aujourd'hui signifiant alors celui de la naissance d'un mouvement social-libéral enfin assumé et débarrassé de ses pièges malthusiens, qui place l'entreprise, l'innovation, le progrès et le travail au cœur d'une offre également de justice et d'égalité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2014 à 9:25 :
Il existe des entreprises dirigées de façon collégiale pour le progrès de l'entreprise de ceux qui y travaillent de son environnement. Le temps des libéraux qui profitent du marché financier doit laisser la place au partage. Sinon travailleurs et non travailleurs, riches et pauvres, malades ou usés, les hommes se déchireront et la planète comme l'humanité sont condamnés. C'est de ce manque d'avenir que les gens souffrent.
a écrit le 26/08/2014 à 9:08 :
Nous somme sous payer en france depuis 20 ans.
La QUALITE de vie est meilleure en pologne qu'ici.
Réponse de le 26/08/2014 à 9:34 :
Exact : sécurité, tranquillité, confiance en l'avenir, coût de tous les services accessible ... La France est larguée et ne le sait pas
a écrit le 25/08/2014 à 18:29 :
La gravité de la situation tient au fait qu'elle dénote une incompréhension totale des réalités économiques.
Les " frondeurs" ne mettent en avant qu'une demande: accroitre les revenus pour stimuler la demande des ménages. C'est laisser croire qu'on peut accroitre les revenus sans avoir au préalable avoir accru le travail, c'est à dire la production.
Pour accroitre le travail, la production, il faut répondre à toutes les demandes , et non pas seulement à la demande des consommateurs français. Pour répondre à la demande qui est étrangère aussi, il faut être compétitif, c'est à dire être en mesure de vendre au moins autant qu'on achète! Or la France achète plus qu'elle vend et son déficit se creuse!
Il faut aussi ne pas oublier que la demande intérieure est aussi celle des entreprises, qui si elles se portent bien , ont besoin d'acheter, machine, ordinateurs, ateliers, bureaux, etc...Or c'est cette demande intérieure, de biens d'équipement qui est atone!
Rien ne sera réglé tant que les gouvernants ne seront pas capables de faire comprendre le monde qui est autour de nous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :