Le déclin des experts

 |   |  1032  mots
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'Economie)
Les experts monopolisent l'espace médiatique et judiciaire. Mais sont-ils crédibles? Entre contradictions et paroles saintes, cette catégorie est légitimée par un système informatif qui use de l'image sans forcément lui donner du sens.

A la tribune, ils étaient cinq. Tous des experts, des économistes réputés, au moins d'un point de vue médiatique. Car à voir et revoir toujours les mêmes on finit par se persuader de leur compétence sans même qu'ils aient besoin d'en faire la preuve. Il est vrai que la crédulité de ceux qui les écoutent est inversement proportionnelle à leur compréhension du sujet. C'était le cas ce jour là et la salle, en ce temps de crise, attendait l'oracle. Le premier le leur fit croire et chacun de s'extasier. C'était donc la solution à nos malheurs !

Mais le suivant la contesta, réduisant à néant la brillante théorie pour y substituer la sienne. Les auditeurs se ragaillardirent jusqu'à l'intervention du troisième, du quatrième puis du cinquième. Lorsqu'ils eurent tous épuisés leur verve, il ne restait plus que des décombres, une somme d'espérances déçues. Il était perceptible que, s'il y en avait eu six à pérorer, le dernier aurait également contredit le précédent pour énoncer le remède.

Experts médiatiques, experts judiciaires, même fantaisies

Était-ce une question de compétence ? Pas nécessairement, encore que, de plus en plus, la notion d'expertise échappe aux véritables experts, ceux qui, dotés du savoir, disposent aussi de l'expérience qui permet de s'en servir et l'ont démontré. Il est vrai que le qualificatif est susceptible d'abus et qu'une vague teinture suffit parfois pour s'en parer.

Commenter les cours de bourse dans les médias paraît désormais permettre de se prévaloir d'une compétence financière, voire économique, à l'instar du chroniqueur judiciaire se prétendant sexologue pour avoir suivi le procès de criminels sexuels. Si elle s'accélère, jusqu'à qualifier d'expertise ce qui ressortit à une banale analyse, étiquette moins flatteuse il est vrai, la tendance n'est toutefois pas nouvelle. Mes anciennes fonctions m'ont bien souvent donné l'occasion de le constater.

Chaque année, pour se prononcer sur leur mérite, le tribunal recevait, les candidatures à l'inscription sur la liste des experts de la cour d'appel. Certaines paraissaient particulièrement fantaisistes, ce qui n'empêchait nullement les différentes juridictions consultées sur les mérites du candidat d'émettre un avis favorable, sans que les motifs en soient toujours clairs. Pour en avoir le cœur net, je pris le parti de recevoir chaque candidat.

L'un d'eux, qui venait d'être reçu docteur en médecine, demandait à être inscrit comme expert en médecine générale ; je lui fis remarquer que son expérience était un peu courte pour prétendre à cette qualification. Mais je suis médecin, me répondit-il, non sans arrogance. Je n'ai pu que lui répondre que le diplôme de droit dont j'étais titulaire me permettait d'être magistrat, pas nécessairement de siéger à la Cour de cassation. Il partit courroucé.

Paroles saintes et pluridisciplinaires 

Au moins l'évidence permettait-elle de tenter de s'opposer à sa prétention. Pour d'autres, la tâche était plus rude tant, pour délivrer ou refuser le précieux brevet, elle supposait de connaissances sur la matière dont le candidat se prétendait expert. Mais qui pourrait en juger, sinon un expert reconnu? Hélas, la concurrence est forte et l'humilité bien rare pour obtenir une contribution relativement objective de ceux qui jouissaient déjà d'un statut si rentable.

Si l'Eglise a porté Martin de Tours au rang de saint pour avoir partagé son manteau - mince exploit au demeurant quand on songe qu'il aurait pu le donner tout entier - il faut bien en déduire, sauf à banaliser la sainteté, que déjà la charité n'était pas dans nos mœurs. Alors, quand aucune règle ne s'impose, le mieux pour celui qui se prétend expert sans que ses actes puissent nettement en répondre est d'obtenir la consécration médiatique. Le diplôme s'obtient sans études.

Ainsi, quand se produit un sinistre ou que rodent les crises, le malheur fait sortir ces « experts ». Civils ou militaires, ils se signalent par des opinions péremptoires, de celles qui laissent sans voix quand même on disposerait de connaissances sur le sujet ou, à défaut, d'un esprit critique modéré. Qu'importe ! L'ignorance est du côté du plus grand nombre et c'est à celle-ci que s'adresse l'expert.

Les domaines sont divers et rien ne leur échappe qui leur donne l'occasion de se mettre en valeur, pas même leur propre turpitude. Mais l'heure n'est plus à la pudeur qui devrait conduire l'échec à ne point donner de leçon, pas plus que la science à se dérober à l'humilité qui la fonde. Alors le condamné disserte sur la prison, l'officier, dans son salon, sur la guerre qui s'enlise aux antipodes et l'entrepreneur malheureux sur les mesures propres à sauver notre économie. Pour cet exercice le brio présente plus d'intérêt que la compétence.

Les « commodités de la conversation » ou la primauté de la société de l'image sur l'information.

Qui pourrait donc les ramener à la raison ? La Presse peut-être, du moins si tant de ses responsables, soucieux de se mettre en scène plus que d'écouter ceux qu'ils interrogent, ne préféraient leur propre commentaire à l'information qu'on est en droit d'en attendre. Peut-être la tâche est-elle devenue trop complexe dans une société qui privilégie l'image, sans toujours se soucier de lui donner un sens. Il s'agit donc d'occuper le terrain, pas de le défricher et parler revient à penser.

Alors chacun a licence de se croire capable de tout ce qu'il ignore. Les développements technologiques, qui livrent l'accès à tant de données sans pour autant les rendre nécessairement accessibles, ne laissent guère plus de place aux véritables experts. Ils sont aisément remplacés par ces nouvelles « commodités de la conversation » qui promènent partout la culture. Elles permettaient aux Précieuses Ridicules de s'asseoir. Désormais, quand l'ignorance laisse la pensée béante, la machine donne à l'homme l'impression de pouvoir aisément se passer des experts.

                                                                                                  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2014 à 18:23 :
Je ne me suis pas fait inscrire comme expert honoraire, l'ayant été comme judiciaire pendant 18 ans, mais Perben avait estimé qu'à partir de 70 ans on est gâteux, donc je n'exerce plus comme tel. Mais M.De Montgolfier a parfaitement raison en ce qui concerne l'expérience et la maturité pour exercer cette complémentarité, car quelque soit le stage que l'on puisse faire, on ne peut se prétendre tout connaître dans une spécialité- il est indéniable que beaucoup prolonge les expertise pour augmenter la note et cela je l'ai constaté; pour ma part comme m'avait dit un président de cours d'appel, les avocats me craignaient car j'allais au vif du sujet des affaires qui m'étaient confiées.
a écrit le 02/04/2014 à 15:32 :
J'ai assisté à des expertises judiciaires , l'expert nommé par le tribunal trés fier de sa mission se lance dans un grand cérémonial , procède à quelques investigations , s'adjoint un sapiteur ( compétent dans le domaine du jour) et demande à ses confrères envoyés par les tiers "leurs dires" et remet ses conclusions dans un rapport de 30 pages avec moultes photos et autres documents l....sans se mouiller et présente sa note d'honoraires !! son expertise dans tout ça où est elle ?
a écrit le 02/04/2014 à 15:21 :
En 2008 en pleine crise les experts, consultants, sachants , grands yaquafautqu'on etc...se succedaient devant les micros et les caméras pour délivrer leurs "expertises" sans craindre d'etre démentis le lendemain ....et trois aprés revenir avec de nouveaux conseils !!!!! heureusement que le ridicule ne tue pas !
Désolé mes les médias sont leurs complices !!
a écrit le 02/04/2014 à 15:17 :
Experts , dans le domaine de l'assurances se sont plutot des controleurs , un artisan en connait plus qu'eux dans leur domaine de compétence.les pires sont les experts judiciaires nommés par copinage uniquement là pour passer à la caisse !!!
a écrit le 02/04/2014 à 10:52 :
Je travaille dans le domaine financier. J'ai acquis une certaine expérience et je suis à cheval entre les marchés financiers français et américains. C'est le grand écart.
Qu'en est-il , dans le domaine de l'expertise ?
Pour la France , la description que le Juge Montgolfier fait des experts est très vraie.
Il faut très très peu de choses pour être désigné expert en France , dans mon domaine. Parce que la culture économique et financière est inexistante. De façon générale , on n'est pas sur l'information , mais dans le commentaire sur l'information.
Dans le post précédent , Bruce évoque cette mode , héritée du XVII ème siècle...instruire en divertissant...C'est le noeud du problème...On ne PEUT plus instruire en divertissant , tout va trop vite...et ceux qui réussissaient avec une substance creuse mais une forme spirituelle , qui conditionnait toutes les acceptations et ralliements ont fait long feu...
Aux USA , quand vous traitez une information économique et financière , elle est traitée , analysée , recoupée , numérisée. Il y a des logiciels qui font cela très bien...vous trouverez ainsi la possibilité de ramener une masse considérable d'informations à très peu d'élément , fiabilisés. Le cheval de bataille , pour nous , ce n'est pas la quantité , le style , l'angle d'attaque ...nous disons le " Bias " ...le cheval de bataille , pour nous , est de traiter seulement des informations , de façon quasi binaire...
-Valid
-No valid
-validate and integrate
Réponse de le 02/04/2014 à 12:12 :
c'est quoi ce discours. tu dis qu'aux US ils font mieux ?
perso, je dis : no valid, quoi.
quand on voit le manque de clairvoyance des experts de la Fed, les plus grands, en 2006. ça fait sourire. c'est pas mieux que Thesmar & Landier.
quand on voit les guignols qui sévissent sur Bloomberg, CNBC et autres médias financiers US. pire que chez nous. ça fait peur.
j'espère que t'es pas en train de nous fabriquer un nouveau krach avec tes potes ricains, comme Fabulous Fab, bonhomme.
Réponse de le 02/04/2014 à 14:57 :
Fabulous Fab est français...Fabrice tourre.
Je ne travaille pas dans ce compartiment...Chez nous , ni dérivés , ni synthéthiques...de la gestion comme autrefois , mais des résultats au-dessus de Renaissance Technologies....
Les innovations cachent , dans 95 % des cas des attrape-nigauds.
C'est d'ailleurs cela qui a provoqué la crise...les produits étaient intraçables.
a écrit le 02/04/2014 à 10:07 :
Excellente analyse qui corrobore l'essai "la pensée unique - le vrai procès " chez Economica où l'on voit la ronde des experts dans les médias....
a écrit le 02/04/2014 à 9:26 :
les experts se trompent presque toujours surtout en économie.
a écrit le 02/04/2014 à 8:46 :
Les experts sont fabriqués dans le même moule et ne font que des constats!
a écrit le 02/04/2014 à 8:43 :
ce qui est décrit existe depuis la nuit des temps. Il ne s'agit nullement d'un déclin mais de l'habileté de certains à faire valoir des compétences qu'ils n'ont pas forcément. En quelque sorte ce sont de bons vendeurs...pour eux mêmes.
a écrit le 02/04/2014 à 8:04 :
je suis d'accord ! j'ajouterai que les experts mediatiques constituent un cercle fermé fait de gens peu ou pas reconnus par leur pairs et disposant d'un reseau.
a écrit le 02/04/2014 à 2:31 :
Je me souviens d'un expert !!!! qui avait donné à contrôler une soupape sur un équipement après le décès d'un homme à deux "as" de son équipe. L'équipement avait été gonflé et nos deux "techniciens"essayaient de déclencher la soupane manuellement avec un coup oui et un coup non. Avait -il un ban pour les test oui le doigts!!!!!! A la suite de cette manip fantaisiste un rapport a été fait, par l'expert qui n' avait rien suivi. L'expert en question avait une auréole sans jamais aucun contrôle de ses méthodes.
a écrit le 02/04/2014 à 2:18 :
Saint MARTIN a donné la moitié de son manteau de sa tenue militaire car l'autre moitié appartenait à l'armée. Il a donc donné ce qu'il possédait.
a écrit le 01/04/2014 à 23:38 :
il a été rapporté que Mitterrand avait un jour réuni un parterre d'économistes pour les consulter avant de prendre une décision importante. les experts avaient tous émis un avis différent. le président en avait déduit que décidément tout est politique. il disait que les économistes sont des cuistres. je ne suis pas un admirateur de Tonton, mais en l'occurrence je suis d'accord.
les experts Thesmar & Landier avaient dit en juillet 2007 dans Les Echos qu'il n'y avait aucun risque de krach financier/boursier... Aujourd'hui, ils prétendent savoir ce qui plombe la France dans leur dernier bouquin !
a écrit le 01/04/2014 à 23:11 :
L'expert des experts a parlé...
a écrit le 01/04/2014 à 22:41 :
Le préambule au texte en dit long , et c'est sa fonction.
Nous sommes en France. Pourquoi , cette affirmation ?
Parce que nous avons hérité de l'esprit des Lumières cet usage , qui veut que l'on instruise en divertissant.
Les média modernes exploitent plus qu'exagérément cette mode...ne souriez pas , aux USA , il y a bien un Président des USA qui s'est fait sur sa simple dentition , non ?
Dites-moi lequel , que l'on s'amuse.
Poussé dans ses extrèmes limites , nous voyons cette mode enlever toute substance à l'information , toute véracité aux mots , tout fondement aux certitudes.
Ce monde , par cynisme , méprise le vrai...c'est pour cela qu'il se noie.
Mais , il n'en a toujours pas compris la raison. Et , en comprendrait-t-il la raison qu'il la réfuterait , par vice de paresse.
Que les animateurs de télévision continuent à jaser , et les idiots de les applaudir...dès ce moment-là commence la faillite d'un système.
a écrit le 01/04/2014 à 21:24 :
Supplément de post.
Excellent article. Intellectuellement et moralement.

Je sais , le terme morale va exciter certains ...ils vont se jeter dessus.

Alors , que ceux qui croient savoir le fassent...je m'en amuserai.
( Tell me if my French is Okay. ).
a écrit le 01/04/2014 à 21:20 :
Je pense que notre société aura davantage encore besoin d'experts , dans de nombreux domaines. Nous vivons dans une société de l'information , certes , mais rares sont ceux qui maîtrisent cette information. Rares sont ceux qui font la différence entre une information valide et une autre.
Par contre , je suis assez offusqué par le post précédent...Il s'agit quand même du Juge Montgolfier.
Réponse de le 01/04/2014 à 22:14 :
moi qui suis expert en expertologie je vous le dis: il n' est pas juge...
Réponse de le 01/04/2014 à 22:45 :
Il y a l'Esprit , puis la lettre. Vous avez choisi le second. Je ne vous félicite pas.
Par contre , ce que LUI écrit m'intéresse. Mais pas vous.
a écrit le 01/04/2014 à 21:05 :
Un juge qui tape sur les experts : l’hôpital se fout de la charité.
Réponse de le 02/04/2014 à 13:44 :
@L'impunité des juges. Pas d'accord. Le juge n'est pas un expert, et ne doit surtout pas ^'être. Il se doit d'avoir suffisamment de bons sens et de sens de l'analyse pour faire la part des choses et rendre une justice équitable. Il est de ce fait très bien placé pour juger les experts, ou du moins ceux qui prétendent l'être...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :