Éric Dupond-Moretti : Le droit d’être libre | En librairie

 |   |  180  mots
Éric Dupond-Moretti : Le droit d’être libre |Nouveau livre aux Éditions de l'Aube
Éric Dupond-Moretti : Le droit d’être libre |Nouveau livre aux Éditions de l'Aube (Crédits : DR ADE)
Maintenant en librairie aux Éditions de l'Aube

Vignettes-Petit-Dupond-Moretti.png

Éric Dupond-Moretti : Le droit d'être libre


Ce livre est une plaidoirie : la « radicalisation des esprits » oxyde la société française, l'« hyper » -  puritanisme, aseptisation, uniformisation, conformisme, hygiénisme, sécurité, transparence, contrôle - infecte les consciences, et le contexte technologique, communicationnel, médiatique, marchand bouleverse les comportements. Éric Dupond-Moretti nous prévient : la société contemporaine et la civilisation en devenir se soumettent à des diktats et acceptent des compromis qui menacent les libertés.

Ce dialogue avec Denis Lafay doit être lu comme un combat, un manifeste pour la Liberté qui interpelle le lecteur au plus loin dans son intimité, son humanité. Et ses responsabilités. Car il n'y a pas  de droit d'être libre sans devoirs à l'égard de la liberté.

Éric Dupond-Moretti est un avocat pénaliste français, réputé pour le nombre record d'acquittements qu'il a obtenus. Il a récemment publié "Le Dictionnaire de ma vie" (Kéro, 2018).
 

184 pages - 16 euros.

Trouver ce livre en librairie près de chez vous

Tenez vous informé à chaque parution de livres : inscrivez-vous ici

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2018 à 23:08 :
Les thèses de EDM me séduisent mais jusqu’à un certain point seulement. J’estIme qu’il y a des causes que même un avocat doit renoncer à défendre, du moins lorsqu’il prétend disserter sur la morale et les valeurs. C’est d’autant plus dommage qu’il mène un combat « juste », au moins sur le papier.
a écrit le 08/10/2018 à 23:04 :
Les thèses de EDM me séduisent mais jusqu’à un certain point seulement. J’estIme qu’il y a des causes que même un avocat doit renoncer à défendre, du moins lorsqu’il prétend disserter sur la morale et les valeurs. C’est d’autant plus dommage qu’il mène un combat « juste », au moins sur le papier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :