Bernard Belletante (EM LYON) : "L'intelligence artificielle a fait évoluer notre plan stratégique"

 |   |  1419  mots
Bernard Belletante, directeur général d'emlyon business school, depuis 2014.
Bernard Belletante, directeur général d'emlyon business school, depuis 2014. (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Le directeur général d'emlyon dévoilera ce vendredi matin son nouveau plan stratégique à horizon 2023. Au-delà de la signature d'un partenariat majeur avec IBM, Bernard Belletante détaille, sur notre site, l'évolution pédagogique de l'école de management, marquée par l'irruption de l'intelligence artificielle dans l'économie, à laquelle l'institution doit répondre. Fidèle à sa philosophie de soutien à l'innovation et à l'entrepreneuriat, la 4e business school française annonce la création imminente d'un fonds d'investissement. A échéance de cinq ans, la structure ambitionne 170 millions d'euros de revenus en dégageant un ratio d'autofinancement compris entre 10 et 15 %. De quoi espérer intégrer son nouveau campus, à l'été 2022, avec une marge de manœuvre financière suffisante.

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. Le plan stratégique, ambitieux, que vous avez présenté en octobre 2014 allait jusqu'en 2020. Vous lancez à la mi-temps un nouveau projet qui court jusqu'en 2023. Est-ce à dire que vous n'étiez pas assez audacieux à l'époque ou qu'il y avait nécessité de rectifier le tir sur certains points ?

BERNARD BELLETANTE. Un plan se construit sur une durée de quatre à cinq ans. A mi-parcours, il est normal de le repenser ; de se poser la question de savoir en quoi les changements de l'environnement nous conduisent à accentuer, à abandonner certaines options prévues. Nous avons vécu un peu plus de deux ans et demi avec le projet initial. Nous avons réussi certaines choses, d'autres que nous n'avons pas poursuivies.Nous ne sommes plus dans une époque où les plans étaient scellés jusqu'à leur terme.

D'une manière générale, le plan mis en œuvre en 2014 se déroule bien. Cependant nous avons changé notre fusil d'épaule concernant le volet numérique. Au départ, nous étions partis sur une digitalisation limitée exclusivement à l'enseignement. Aujourd'hui, il faut digitaliser l'ensemble de l'organisation de l'école.

Par ailleurs, lors de l'élaboration du plan,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :