Louis Gallois  : "La France est loin du compte pour l'accueil des réfugiés"

 |   |  457  mots
(Crédits : DR)
Le président de la Fédération des acteurs de la solidarité Louis Gallois met en lumière les défaillances françaises dans les processus d'intégration économique des réfugiés, fustigeant le conservatisme et la frilosité des élites politiques.

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. Comment jugez-vous les dispositifs d'insertion économique des réfugiés développés par la France ?

LOUIS GALLOIS. Les conditions d'insertion professionnelle en France des personnes migrantes ne sont pas satisfaisantes. Nous sommes loin du compte. Nous devons renforcer nos efforts dans trois domaines précis pour nous remettre à niveau.

Lesquels ?

La maîtrise du français est un élément central. Dès leur arrivée sur le sol, les migrants - qui ne sont pas encore forcément réfugiés politiques, car le processus administratif est long - devraient suivre des cours de langue. Ce n'est pas aujourd'hui automatique. L'Allemagne a très bien compris cet enjeu linguistique, mettant ainsi des structures et moyens adaptés.

Le deuxième élément pour favoriser l'intégration repose sur la reconnaissance des diplômes et des formations obtenus par les réfugiés dans leurs pays d'origine. Leurs certifications sont malheureusement très difficilement reconnues en France. Un médecin syrien, qui possède l'expérience, le diplôme et les compétences liées à son métier initial, doit pourtant repartir quasiment de zéro ! Il existe un conservatisme de certaines corporations qui...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2017 à 18:23 :
Il faudrait, une fois pour toute faire la différence entre "réfugiés" qui sont couvert par la Convention du 28 juillet 1951 qui définit le statut qui doit leur être appliqué et ne pas faire l'amalgame avec "migrants" à qui on a fait miroiter qu'ici c'était mieux que chez eux mais à qui nous ne devons rien. S'ils se prenaient déjà en main pour résoudre les problèmes de leur pays ils verraient aussi, un jour, le bout du tunnel. Quand à Mr Gallois, eh bien qu'il les prenne chez lui par exemple. De même que les Juppé, Aubry et consors. Marre de tous ces gens à la "moralite" douteuse.
a écrit le 18/12/2017 à 12:56 :
Et lui que fait-il concrètement ? A t'il accueilli 9 réfugiés comme son collègue expert en conseils écolo a accueilli 9 voitures dans son garage ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :