Francis Thomine (Groupama) : "Le capitalisme sauvage détruit de la valeur depuis 30 ans"

 |   |  3071  mots
(Crédits : Groupama)
Le directeur général de l'assureur régional se place en conquérant. "Rigoureux" et "sans concession sur la performance", Francis Thomine compte emmener Groupama Rhône-Alpes Auvergne (CA 2016 : 1004 M€) à l'assaut des territoires ruraux, une zone où il n'est pas encore leader, contrairement au monde agricole. Ce secteur subit de plein fouet la crise climatique et économique si bien que les agriculteurs doivent parfois "faire l'économie de l'assurance", faute de trésorerie. Entre investissement dans l'innovation (30 % du CA par an) et partenariat avec des startups, l'assureur - qui fait "à contre-courant' le pari de l'ouverture d'agences - entend également davantage diversifier son activité. "Il faut savoir quitter sa zone de confort, car de grands groupes y sont restés et ont disparu", martèle-t-il. Entretien.

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. En 2016, le marché n'a progressé"que" de 1,5 %. Groupama Rhône-Alpes Auvergne affiche à l'inverse une croissance de 3,5 %. Comment expliquer-vous cette...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2017 à 12:50 :
C'est sans doute pour ça que les pays du "capitalisme sauvage" sont les plus riches et le pays du capitalisme d'état et des copains, le nôtre, est toujours à la traine. Heureusement encore que nous avons de grands penseurs économiques méconnus, comme ce monsieur Thomine !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :