Laurent Roy (Agence de l'eau) : "Économiser l'eau n'a pas de couleur politique"

 |   |  1705  mots
Laurent Roy, directeur général de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée .
Laurent Roy, directeur général de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée . (Crédits : Daniel Gillet)
Alors que de nouvelles coupes budgétaires souhaitées par le gouvernement vont les obliger à prioriser leurs investissements, les agences de l’eau sont engagées dans une course contre la montre face aux enjeux du réchauffement climatique. Une tâche ambitieuse et délicate, mais indispensable qui les obligent à faire évoluer leurs missions. Sur l'un des plus importants bassins français, celui de Rhône-Méditerranée, son directeur Laurent Roy observe ainsi une "prise de conscience générale", mais insiste auprès des collectivités, du monde économique et du grand public à fournir un effort supplémentaire, d’autant plus que de nouvelles molécules polluantes apparaissent régulièrement.

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. Quel bilan faites-vous de l'état de santé des eaux sur le bassin Rhône-Méditerranée ?

LAURENT ROY. Nous considérons que 52 % des eaux de surface (lacs, rivières, etc.) sont en bon état. Pour tous les polluants classiques en provenance des sources ponctuelles de pollution comme l'assainissement des villes ou la pollution issue des gros industriels, nous avons considérablement progressé. Les rejets classiques en phosphore dans les rivières ont par exemple été divisés par dix. D'une manière générale, les stations d'épuration des grandes villes sont aux normes, ce qui est moins le cas dans les communes de petite taille. Le progrès est donc réel, mais le travail est continu, car de nouvelles molécules polluantes sont désormais détectées.

Quels sont les points d'amélioration que vous avez relevés et sur lesquels vous devez travailler ?

Les pollutions nouvelles et diffuses comme les pollutions médicamenteuses, et les substances chimiques sont de nouvelles problématiques auxquelles nous devons faire face. Mais la pollution la plus préoccupante demeure, encore et malheureusement, celle des produits phytosanitaires. Nous constatons que l'usage de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2017 à 12:22 :
Avant d’économiser , il faut peut être prendre l’exemple de la Suisse : qui respecte la population en supprimant le «  fluor » dans l’eau.
Arrêtons de tuer l’humain et l’environnement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :