Vincent Defrasne  (Fondation Somfy)   :  "Offrir l'opportunité d'aider est un beau cadeau pour les salariés "

 |   |  761  mots
(Crédits : DR)
Les entreprises mécènes sont de plus en plus nombreuses et généreuses. C'est ce que révèle le baromètre du mécénat d'entreprise de l'association Admical. Derrière chaque acte de mécénat, qu'il soit financier, en nature ou en compétences, se cache la volonté d'un homme ou d'une femme qui veut mettre son outil de production - et un bout de sa fortune - au service du collectif. L'entrepreneur productif se transforme alors en entrepreneur philanthrope. Comment passe-t-on de l'un à l'autre ? Que chercher dans un tel engagement ? Qu'en ressortir d'un point de vue personnel et professionnel ? Vincent Defrasne, ancien champion olympique de biathlon aux Jeux olympiques de Turin (2006), aujourd'hui directeur général de la Fondation d'entreprise Somfy et du fonds de dotation Les Petites Pierres, esquisse le portrait-robot de ces philanthropes d'un genre nouveau, à la veille d'une conférence sur le sujet, qui se tiendra mercredi soir au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Acteurs de l'économie - La Tribune. Comment définiriez-vous la philanthropie ?

Vincent Defrasne. Je dirai qu'elle répond à différentes motivations. Il y a celle qui découle d'une vraie culture altruiste de l'entreprise, impulsée à l'origine par un fondateur, un dirigeant, un entrepreneur et qui se perpétue au fil du temps. Et puis il y a celle qui s'inscrit dans une stratégie d'entreprise, parce qu'il n'est plus concevable qu'une entreprise responsable ne redistribue pas une partie de ses profits. Cela fait partie de ses devoirs.

À la Fondation Somfy, nous sommes un mix de tout cela : nos dirigeants et le conseil d'administration ont la fibre philanthropique tout en s'inscrivant dans une stratégie responsable. À cela s'ajoute une véritable culture interne du don : l'implication des salariés est très importante.

Faut-il obligatoirement être un dirigeant pour être un philanthrope ?

Je me sens entrepreneur alors que je ne suis que salarié de notre Fondation. On peut s'engager autrement, pas uniquement pour être productif, même si c'est l'objectif de l'entreprise. On peut s'engager pour une aventure humaine qui permet de développer des solutions et aider les autres.

Notre...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :