L'évolution du système éducatif passe-t-elle par une révolution ou une mutation des pratiques ?

 |   |  685  mots
(Crédits : Pierre-Michel Delessert / Unil)
« Changer », « réformer », « refonder » à propos de l'école, sont présentés comme des moyens de la « sauver » du péril qui la guette, quand ce mal ne l'a pas déjà rongée. Mais est-on sûr, déjà, que le mal soit bien celui que l'on prétend ? interroge Marie-Pierre Chopin, professeure des universités en sciences de l'éducation (CeDS) à l'Université de Bordeaux.

J'entends cette question, pour le dire d'emblée, d'une façon assez particulière. Elle porte sur la méthodologie du changement en éducation, voire sa posologie : quel mode d'administration du médicament pour réguler le mal qui concerne l'école ? Et si je comprends, aussi, que notre société (dont les élites dirigeantes sont férues de technocratie) puisse attendre avec gourmandise que l'on fournisse la bonne méthode, le bon process, en matière de réforme, je choisirai clairement de ne pas y répondre ; je pense même, en réalité, qu'y répondre relèverait de l'imposture pour quiconque s'y emploierait depuis une autorité scientifique. La raison en est simple : cette question écrase ou considère comme résolu un problème fondamental, celui de la légitimité de l'injonction récurrente, aujourd'hui expresse et quasiment tacite (ce qui est un point particulièrement alarmant) à la refonte/réforme/évolution... du système éducatif.

Deux choses sont ici suggérées, qu'un débat démocratique devrait commencer par discuter : d'une part, que les domaines éducatifs n'évoluent jamais, ce qui est faux (Cf. « La réforme en éducation au 20e siècle en France » (Carrefours de l'éducation, 2016/1, n°42) de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :