Éclairage : l’apport de titres en report d’imposition

 |   |  407  mots
(Crédits : DR)
Il arrive fréquemment que le propriétaire d'une société décide de la vendre bien avant l'arrêt de son activité professionnelle. Généralement, le dirigeant-actionnaire souhaite alors recréer une autre activité. Cette situation doit être anticipée pour réinvestir au mieux explique Olivier Morin, responsable de l'ingénierie patrimoniale à la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes.

Si cette situation n'a pas été anticipée, l'actionnaire va vendre l'intégralité de sa participation, sur laquelle l'imposition sur les plus-values sur valeurs mobilières sera exigible (impôt sur le revenu, prélèvements sociaux, et contribution exceptionnelle sur les hauts revenus le cas échéant). Les liquidités utilisées pour recréer une nouvelle activité auront donc été réduites de l'imposition sur les plus-values. S'il anticipe la situation, on pourra lui conseiller de créer une société holding assujettie à l'impôt sur les sociétés, avant la cession de sa société existante.

La création de cette nouvelle société sera réalisée par l'apport d'une partie des titres de la société existante. Cette opération d'apport bénéficie d'un report d'imposition, ce qui signifie que l'imposition sur la plus-value est calculée, mais reportée à une date ultérieure.

Réinvestissement

Lorsqu'il vendra les titres de sa première société, les liquidités encaissées à titre personnel subiront une imposition sur les plus-values sur valeurs mobilières. En revanche, celles encaissées par la holding ne subiront pas d'imposition sur les plus-values sur valeurs mobilières, sous réserve que le report soit...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :