Territoire zéro chômeur, une expérimentation efficiente

 |   |  498  mots
(Crédits : DR)
Depuis la mise en œuvre de ce processus d'expérimentation territoriale visant à faire disparaître le chômage de longue durée, des résultats encourageants ont été constatés, notamment dans les villes d'Auvergne-Rhône-Alpes, estime Erik Bulckaert, responsable des affaires régionales à la Caisse des dépôts Auvergne-Rhône-Alpes.

Sujet préoccupant depuis plusieurs décennies, le chômage ne fait que trop peu souvent l'objet d'embellies durables. S'inspirant d'une initiative portée par l'association ATD Quart Monde et s'inscrivant dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre le chômage de longue durée, la loi du 29 février 2016 d'expérimentation territoriale visant à faire disparaître le chômage de longue durée, met en place une expérimentation de cinq ans permettant, dans dix territoires volontaires, l'embauche en contrat à durée indéterminée de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an.

Expérimentation

À l'heure où la France semble s'engager vers des réformes structurelles de fléxi-sécurisation de l'emploi, l'initiative prise par ATD Quart Monde est à souligner. Elle ambitionne de créer 2 000 emplois en cinq ans, en finançant des Entreprises à but d'emploi (EBE) dans les régions, par réorientation de subventions publiques existantes (RSA, CMU, allocations diverses) en démontrant que les montants versés seront inférieurs à l'ensemble des coûts de la privation d'emploi.

La Caisse des dépôts a pris la décision d'investir dans les quatre EBE qui se sont engagées dans l'expérimentation en janvier, et a délégué à certaines de ses directions régionales les décisions d'investissement sur les six autres projets de l'expérimentation Territoires zéro chômeur, dont le démarrage s'est étalé entre avril et août 2017.

Il s'agit d'apporter des quasi-fonds propres aux entreprises impliquées dans l'expérimentation afin de permettre un démarrage d'activités et faire levier sur d'autres financements privés. Les entreprises impliquées dans le processus bénéficient de subventions issues du budget alloué par le ministère du Travail à cette initiative, pour un montant de 14,9 millions d'euros pour 2017. En outre, il a été décidé que les préfets piloteraient, avec l'appui des Direccte, des comités de financeurs permettant de réunir toutes les parties prenantes du financement de ces entreprises et de l'expérimentation localement.

40 CDI

Pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, les villes de Thiers et de Villeurbanne portent ces initiatives pour répondre aux difficultés que rencontrent les personnes privées d'emploi depuis plus d'un an, en favorisant le recours en CDI dans des entreprises de l'économie sociale et solidaire, en se positionnant sur des activités non concurrentielles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :