Donner le meilleur de soi-même dans une entreprise qui se libère

 |   |  611  mots
(Crédits : DR)
L'entreprise libérée engendre des résultats économiques positifs. Mais cela résulte d'abord de l'épanouissement des salariés plutôt qu'un modèle organisationnel. en résulte, une mesure économique. Malgré tout, la seule personne qui peut libérer son organisation reste le patron. Mais il y a plusieurs conditions préalables avant de se lancer.

Pour lire cette expertise en accès libre, profitez de notre offre d'essai d'un mois gratuit http://bit.ly/ActeursFullAccess.

L'entreprise libérée n'est pas un modèle de management, mais une philosophie. Qu'est-ce qui peut pousser certains dirigeants à réinterroger leur environnement organisationnel ? Bien sûr, il y a la performance économique, mais elle ne constitue pas le vrai mobile.

La véritable interrogation des dirigeants qui ont décidé de libérer leur entreprise c'est de créer un environnement organisationnel dans lequel les salariés ont envie de donner le meilleur d'eux-mêmes. Cela rend les gens plus performants et donc, en résulte, une mesure économique. Mais celle-ci est avant tout la résultante de l'épanouissement des salariés. D'ailleurs, cet indice se mesure : de nombreuses entreprises qui ont libéré toute ou partie de leur entreprise ont vu leur taux d'absentéisme baisser, ainsi que le turn-over.

Une philosophie commune : une entreprise libérée est un lieu où la majorité des salariés a la liberté et la responsabilité complète pour entreprendre toute action qu'ils jugent la meilleure pour la vision de l'entreprise. La manière de libérer son entreprise est différente pour chaque organisation.

Chacune doit co-développer avec ses salariés son propre mode organisationnel. Il résulte de l'articulation de la philosophie commune. C'est ainsi que Favi, SEW Usocome, Bretagne Atelier, Chronoflex, IMA Technologies, Lippi, Biose ont procédé... Des pionniers français qui sont, aujourd'hui, des sources d'inspiration pour d'autres entrepreneurs qui tentent le pari de libérer leur organisation et souhaitent l'épanouissement de leurs salariés, et comme résultante, la réussite de l'entreprise : Jean-Louis Plot (Rampal Latour), Damien Aguesse (Décorec), Clémentine Alzial (Weiss), Geoffroy Toulemonde (Flip)... Une communauté apprenante composée d'une trentaine de dirigeants s'est constituée au sein des clubs APM.

Une longue et difficile aventure

Il existe des exemples d'entreprises où des salariés ont fait connaître au dirigeant le concept de l'entreprise libérée. Par exemple, j'observe que de plus en plus de mes étudiants, une fois dans les entreprises, parlent et parfois contaminent les dirigeants, avec la notion de l'entreprise libérée. Malgré tout, la seule personne qui peut libérer son organisation reste le patron. Mais il y a plusieurs conditions préalables...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :