Pour une société de développement responsable

 |   |  569  mots
Le président du Medef Rhône-Alpes, Bernard Gaud, prône une société de développement responsable
Le président du Medef Rhône-Alpes, Bernard Gaud, prône une "société de développement responsable" (Crédits : Medef Rhône)
Bernard Gaud, président du Medef Rhône-Alpes appelle à une "révolution copernicienne" face à une "société enfoncée dans un immobilisme mortel". Toutefois, la croissance et le progrès doivent désormais s'effectuer avec responsabilité. Pour un développement de la société durable, tant au sens propre que dans sa dimension écologique.

Un principe de précaution inscrit dans la Constitution, une dilution permanente de la responsabilité décisionnelle par la multiplication des concertations, une incapacité collective à gérer des situations d'une complexité croissante... les causes d'une croissance atone sont multiples. Si l'on regarde un peu en arrière, le schéma directeur autoroutier, le programme nucléaire français, la construction de villes nouvelles ou bien encore la création ex-nihilo de stations balnéaires sur notre littoral constituent autant de réalisations résultant d'une action volontariste d'un Etat décidé à favoriser le développement économique national. Cela serait-il possible aujourd'hui ? Clairement, non. Car nous vivons malheureusement l'avènement d'une "Société anonyme à irresponsabilité illimitée".

Immobilisme confortable mais mortel

Petit à petit, à coups d'indécisions successives, notre société s'est enfoncée dans un immobilisme certes confortable mais mortel, piégée, via un regrettable effet de balancier, par une judiciarisation grandissante qui s'intéresse au "coupable" plus qu'au "responsable". Tout est dit.

Évidemment, cela n'est pas sans conséquence. Une société enkystée comme la nôtre dans ses complexités administratives et réglementaires, avec ses contrôles permanents de procédures elles-mêmes déjà certifiées de multiples fois par des services "indépendants" dont l'intérêt premier est de faire perdurer le système, n'a aucune perspective de développement durable. Que pouvons-nous espérer de bien avec une croissance (ou plutôt une stagnation) de notre économie autour de 1 % chaque année ?

C'est encore pire lorsque l'on sait que, par simple idéologie, certains leaders d'opinion vont même jusqu'à refuser toute sorte de progrès, dénigrant au passage ce qui a constitué le moteur de l'humanité depuis l'origine des temps : l'inventivité, la découverte, l'enthousiasme de faire toujours plus et mieux. Alors oui, il est plus que temps de procéder à une véritable révolution copernicienne au sein de notre système organisationnel. C'est même plus globalement notre comportement sociétal qui doit être repensé. Les notions de prise de risque et de capacité de décision doivent revenir au centre du jeu pour redonner le tonus et la vitalité nécessaires à notre société.

Avec responsabilité

Mais, à la différence d'une période récente où le progrès se faisait au prix de coûteux gaspillages et au mépris de notre environnement, cela doit se faire avec responsabilité. C'est bien de développement durable dont nous avons besoin, mais certainement pas celui derrière lequel s'abritent trop souvent les "empêcheurs de faire" et autres conservateurs. Un développement signe de simplicité plutôt que de complexité, de vitesse d'exécution plutôt que de multiplication des consultations qui permettent soit d'éviter de prendre une décision, soit de faire porter celle-ci sur un collectif tellement large que personne ne se sente porteur de responsabilité.

A quelques encablures d'échéances électorales importantes, à l'heure où la libéralisation de notre économie, donc la prise de risque, fait encore débat, il est essentiel qu'intellectuels, décideurs économiques, acteurs institutionnels et politiques admettent que notre société ne peut continuer à s'affaiblir dans un marécage glauque d'irresponsabilité illimitée pour retrouver l'eau claire et énergisante d'un développement dynamique et responsable devant les générations à venir : en bref, passer d'une "Société anonyme à irresponsabilité illimitée" à une "Société de développement responsable ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :