Situations sensibles : les entreprises à armes inégales

 |   |  394  mots
(Crédits : DR)
Les situations sensibles, ce sont celles qui sortent du champ d'action habituel de la gouvernance. Les entreprises ne sont pas égales devant ces phénomènes. Certaines sont mieux armées : réputation, outils de gouvernance permettent de mieux identifier, évaluer, prévenir et réguler les situations sensibles. Par Gilles Sabart, docteur en droit public, directeur régional Sud-Est Alixio.

«  Le train fonçait à 200 km/h et je ne l'ai pas vu arriver. » Toutefois, est-on si démuni pour faire face à une situation exceptionnelle qui porte en elle les germes du risque sensible ? Une situation sensible, c'est celle qui sort du champ d'action immédiat, habituel, voire rituel, de la gouvernance. Or, une relation se développe entre cette action et l'exposition aux risques sociaux, environnementaux, économiques.

Ambivalence

À certaines, la société prête des vertus ; à d'autres, des croyances « négatives ». À certaines, on prête une utilité sociale, des progrès qu'elles accomplissent grâce à l'économie ; à d'autres, un enrichissement non juste, non raisonnable qui fait passer le profit personnel au détriment de la société.

Prenons les exemples suivants. Boissons gazeuses : lien social (comme essaie de le démontrer la dernière publicité Coca-Cola) ou seulement boissons qui engendrent des maladies ? Énergie ou chimie : pollueur destructeur de la planète ou outil de progrès de l'humanité ? Banque : outil de financement de l'économie ou outil de rente de personnes déjà riches ? Monde public, comme la Métropole de Lyon : outil de centralisation bureaucratique ou outil de progrès social et économique  ?

Toutes égales ?

La situation sensible a une grande affinité avec la situation, les croyances, les rumeurs, les légendes urbaines, le pacte social de la société dans laquelle on vit. Tous les actes sociaux, environnementaux ou économiques des entreprises ou personnes publiques seront évalués par cette grille de lecture. Et pourtant, les entreprises ne sont pas égales devant les situations sensibles. Certaines sont mieux armées : réputation, outils de gouvernance permettent de mieux identifier, évaluer, prévenir et réguler la situation sensible.

De nombreuses structures collectives ne connaissent pas de situations sensibles, tant leur réputation les protège. C'est notamment le cas des contentieux liés à la discrimination : les structures collectives qui ont imposé une culture de la diversité, qui se sont engagées dans des dispositifs collectifs pour l'insertion, ne sont pas exposées.

C'est également vrai pour les structures qui s'organisent pour construire un dialogue social qui corresponde à leur organisation sociale. En revanche, ce sont celles qui subissent, qui traitent la situation de manière conflictuelle, parfois en silos, qui sont en difficulté. Il suffit alors d'un fait générateur, d'une étincelle pour que cela dégénère en crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :