À chacun son investisseur, du crowdfunding au corporate venture

 |   |  350  mots
(Crédits : DR)
Face au besoin de financement grandissant des entreprises, et parfois à la difficulté d'obtenir un prêt bancaire, de nouveaux moyens de financement comme le crowdfunding ou le corporate venture séduisent de plus en plus d'entrepreneurs.

Loin d'être l'apanage des startups parisiennes et des artistes, le financement participatif (crowdfunding) s'avère être un moyen efficace pour lever des fonds. Cette pratique répandue permet à un particulier de soutenir une entreprise ou un projet sous forme de dons, de prêts ou via la souscription de titres.

D'abord connu pour avoir financé des artistes français, le crowdfunding tient aujourd'hui une place importante dans l'économie française. Selon une étude de l'Association du Financement Participatif, le crowdfunding a permis de rassembler 78 millions d'euros en France en 2013 (trois fois plus qu'en 2012), en finançant 32 000 projets, dont 44 % entrepreneuriaux.

150  000 à 300 000 euros par investisseur

Au vu de la montée en puissance de ce mode de financement, une réglementation a été mise en place à compter du 1er octobre 2014 afin de sécuriser les investissements et assouplir les dispositions strictes applicables aux activités réglementées. Un régime prudentiel allégé des établissements de paiement facilitera l'exercice des plates-formes.
Les business angels apportent des ressources en fonds propres, complémentaires aux banques. Ces « anges investisseurs », souvent entrepreneurs eux-mêmes, investissent une partie de leur patrimoine personnel dans des projets entrepreneuriaux et peuvent profiter à cette occasion d'une réduction d'impôt ou d'ISF.

Souvent destinées aux projets technologiques et innovants avec une forte perspective de croissance, les sommes investies représentent une moyenne de 150 000 à 300 000 euros par business angel.

Corporate venture

Le corporate venture, au travers des fonds de capital-risque et de capital développement, séduit de plus en plus d'entrepreneurs. Ce mode de financement s'adresse principalement aux PME, disposant d'une équipe compétente et d'un projet d'entreprise identifié, voire ayant généré des revenus.Tous ces modes de financement viennent en complément des prêts bancaires. Les conditions d'obtention nécessitent de convaincre des investisseurs de plus en plus exigeants. Par ailleurs, les dispositifs publics, régionaux et/ou européens via Bpifrance, en particulier, permettent de financer certains projets en fonction de leur contenu ou de leur caractère technologique. Tout projet de qualité mené par un entrepreneur convaincant trouvera sa solution de financement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :