2050  : "Fashion Tech" ou "mode éthique" ?

 |   |  773  mots
Créations de la Fashion Tech L'Armure Française qui développe des vêtements intégrant des protections à l'impact pour les sports d'action.
Créations de la Fashion Tech "L'Armure Française" qui développe des vêtements intégrant des protections à l'impact pour les sports d'action. (Crédits : Léa Guigou)
Du podium le plus prestigieux de la Fashion Week à la plus petite boutique en ligne, les vêtements high-tech côtoient les chaussures en plastique recyclé et tissus de fabrication locale. Depuis une décennie, la mode se réapproprie la technologie et l'écologie, deux tendances qui semblent inconciliables. Le futur de la mode s'annonce-t-il comme une guerre sans fin entre "Fashion Tech" et "mode éthique" ? Pas si sûr. Cet article s'inscrit dans le cadre du second forum Génération 2050, organisé par la Tribune avec Acteurs de l'économie, qui se déroule le 3 décembre 2018 à l'Opéra de Lyon.

Une bande de tissu lumineux à LED intégrées à la main, Adrien Deslous-Paoli présente ses nouveaux produits : "C'est pour faire la doublure d'un sac. Nous développons également un sac à dos pour une grande marque de street wear français qui intégrera un dispositif photovoltaïque." Fondateur de la startup De Rigueur, spécialisée dans la Fashion Tech, l'entrepreneur s'attache à faire rimer "mode" avec "nouvelles technologies".

Pour Frédéric Monneyron, sociologue spécialisé dans la mode, cette tendance est encore mal définie, même si : "il y a un public acheteur quand elle permet de faciliter la vie des gens."

Doter les vêtements de propriétés technologiques peut faire rêver les amateurs de science-fiction. Mais il en faudra certainement plus pour gagner le cœur d'une industrie qui représentait 150 milliards d'euros en 2016 selon l'Institut français de la Mode, et qui pèse plus lourd dans le PIB français que plusieurs secteurs industriels réunis.

Combiner style et environnement

Qu'en est-il de la mode éthique ? Supprimer les produits toxiques de la chaîne de fabrication, privilégier l'aspect local, réutiliser des tissus destinés à la décharge, autant d'engagements pris par les acteurs de ce mouvement et qui résonnent fort avec les grandes questions écologiques que se posent aujourd'hui les sociétés occidentales.

"L'industrie de la mode est la deuxième plus polluante au monde après le pétrole. Notre but, c'est de permettre au consommateur de s'habiller avec style tout en réduisant son impact sur la planète," affirme Marie Nguyen, fondatrice du marketplace WeDressFair, reprenant une étude du Danish Fashion Institute.

Un mouvement qui a poussé la créatrice à lancer il y a un an une plateforme de vente en ligne de vêtements fabriqués dans le respect d'une charte éthique : baskets en plastique recyclé, créations en chanvre, Tencel ou viscose. Ces tissus, peu connus, représentent pourtant une alternative au coton dont "la culture mobilise énormément d'eau et de pesticides", comme le déplore Marie Nguyen.

Une alliance naissante

Difficile à première vue de concilier cet impératif écologique avec le développement d'une mode technologique intégrant souvent des éléments électroniques, et donc polluants, à ses créations.

Les batteries sont particulièrement pointées du doigt : leur fabrication nécessite l'extraction de terres rares, non-renouvelables et quasiment impossibles à recycler. Une contrainte qui n'empêche pas la Fashion Tech de s'intéresser à la mode éthique ; en témoigne la gamme, presque schizophrénique, de portefeuilles-chargeurs en cuir vegan fabriqué à partir de bouteilles en plastique recyclées, signée De Rigueur.

Tech

"Le mouvement est très similaire à ce que l'on peut observer dans l'alimentation", analyse Alice Durupt, la cofondatrice et designer de Maison ALFA, une start-up soucieuse de l'impact écologique des vêtements qu'elle propose.

"Plus la demande est forte pour ces produits, plus les grandes marques s'engouffrent dans le secteur. Quitte à tomber dans le greenwashing au détriment des petites boutiques", poursuit Alice Durupt

Prise de conscience

Mais ce sont surtout les tissus qui semblent destinés à réunir ces deux branches de la mode à l'avenir. À la base de l'habillement, leur fabrication a un coût environnemental extrêmement élevé et représente un problème de taille à résoudre pour la mode éthique. Et la solution pourrait bien résider dans les tissus innovants actuellement développés grâce à de nouvelles technologies.

"Si on inclut dans la Fashion Tech la création de tissus innovants et moins polluants, là ça devient intéressant", analyse la fondatrice de Maison ALFA.

En effet, en cherchant à doter les textiles de propriétés nouvelles pour créer des "tissus intelligents", les ingénieurs développent de nouveaux matériaux à l'impact environnemental souvent moindre. Un phénomène déjà identifié dans les cursus de formation.

"On a bien conscience que c'est le futur de l'industrieOn sensibilise donc nos élèves à ces deux secteurs, il y a des travaux pratiques axés sur le recyclage par exemple, et certains élèves conçoivent des projets intégrant de la technologie", explique Annie Fara, une responsable pédagogique de l'école SupdeMod à Lyon.

Même constat du côté de LISAA Mode à Paris, où Anne Balas-Klein, directrice de l'établissement, confirme que désormais, "les jeunes veulent travailler pour une marque qui correspond à leurs valeurs. Et dans le même temps, ils utilisent les nouvelles technologies disponibles comme la découpe laser ou l'imprimante 3 D."

Une tendance qui laisse donc présager que la mode Tech et éthique pourraient filer vers avenir commun.

Infographie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :