Génération 2050 : la science en ordre de marche

 |   |  1323  mots
Dans trente ans, le chercheur ne sera probablement plus enfermé dans un laboratoire, loin de l'agitation du monde et des préoccupations de la société.
Dans trente ans, le chercheur ne sera probablement plus enfermé dans un laboratoire, loin de l'agitation du monde et des préoccupations de la société. (Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Bouleversé par les avancées technologiques, bousculé par les nouveaux modes de pensée, le monde de la recherche, privée et publique, est en pleine effervescence. Et son actuelle mutation permet déjà d'esquisser le portrait du chercheur de 2050. La principale difficulté pour le scientifique sera de parvenir à faire le tri entre la somme de savoirs et la quantité quasi infinie de données disponibles. De quoi inéluctablement engendrer de nouvelles façons de travailler et donc... de chercher.

Juin 2050. Les drones qui livrent quotidiennement les magasins s'inspirent, pour s'orienter, des capacités directionnelles de la mouche. L'animal détient, outre un système neuronal très développé, un champ visuel hors du commun, indispensable pour éviter les obstacles. Pour alimenter l'engin, place à la biopile. Habituellement utilisé pour faire fonctionner les pacemakers, ce petit composant produit de l'énergie avec de l'eau sucrée. Il s'auto-alimente grâce à l'énergie produite par la synthèse du glucose contenu dans le sang. Ce système et ses fondements ont été mis en évidence, près de trente ans plus tôt, par l'équipe de recherche menée par Serge Cosnier et Philippe Cinquin de l'université Joseph-Fourier de Grenoble. Comme eux, 575 800 personnes participent à une activité de recherche en France, dont 161 800 chercheurs employés par les entreprises (données 2014, selon le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche) contribuant ainsi à façonner le monde scientifique contemporain et à dessiner les contours de celui de demain.

Chercheur pluridisciplinaire

À l'heure où l'ensemble des organisations mute vers un travail collaboratif, la recherche n'est pas épargnée par...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2017 à 12:54 :
Alors là les bras m'en tombent. Ca fait 15 ans que la recherche est en mutation. La loi LRU et la création de l'ANR pour le financement sur projet ont totalement bouleversé le fonctionnement de la recherche. Les chercheurs contrairement à l'imagerie d'Epinal ne sont pas enfermés comme des rats de laboratoire, ils communiquent en conférences, ouvrent les portes de leur laboratoire pour la semaine de la fête de la science depuis au moins 20 ans.
La révolution n'est pas pour 2050 pour la gestion des données et de l'information et du savoir, nous la vivons tous au quotidien en tant que chercheurs. Il me semble que le "prospectiviste" interviewé aurait grand besoin de visiter un laboratoire réel au présent avant de prospecter sur le futur!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :