Auvergne-Rhône-Alpes : l'économie précède le politique

 |   |  471  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
La Région Rhône-Alpes-Auvergne représente un PIB de 242 579 millions d'euros, soit le deuxième de France. L'union des deux régions donnera-t-elle naissance à de fructueuses synergies économiques ? L’union fait-elle la force ? Tel était l’objet d’une matinée de débats, "Auvergne-Rhône-Alpes : le mariage pour tous", proposée par Acteurs de l’économie-La Tribune et RCF le 25 novembre, en partenariat avec Orange et Agrica, et animée par Philippe Lansac.

"La réalité économique a anticipé le politique." Pour Bernard Gaud, président du Medef Rhône-Alpes, les synergies économiques entre Auvergne et Rhône-Alpes sont déjà à l'œuvre.

"Bien des entreprises, comme certaines banques ou encore des entreprises agro-alimentaires, disposent déjà de directions Rhône-Alpes-Auvergne."

Bernard Schoumacher, président de la CCI Auvergne, renchérit :

"25% des flux économiques de l'Auvergne concernent Rhône-Alpes et de nombreuses entreprises auvergnates, surtout industrielles, possèdent leur siège social en Rhône-Alpes."

Conférence-Union-régionale_-B.-Schoumacher

Bernard Schoumacher, président de la CCI Auvergne (crédit : Laurent Cérino/ADE)

Tous deux participaient mercredi 25 novembre, à une matinée de débats organisée par Acteurs de l'économie-La Tribune et RCF, à l'Institut Lumière et animée par Philippe Lansac. Au cours de cette matinée, deux tables rondes thématiques ont permis d'aborder plusieurs aspects de la future union régionale. Leurs intitulés : "Santé, high-tech, enseignement supérieur-recherche : le temps des synergies" et "Innovation, le fil conducteur".

Avec l'union, on peut s'attendre de voir la nouvelle région renforce sa diversité économique, l'Auvergne étant, par exemple, forte et bien structurée en agro-alimentaire, tandis que Rhône-Alpes l'est dans le domaine des bio-technologies.

Les deux territoires abritent aussi de nombreux pôles de compétitivité et clusters, dont certains appelés à fusionner, ce qui est déjà fait avec les deux clusters spécialisés dans l'espace et l'aéronautique.

Conférence-Union-régionale_-B.-Gaud

Bernard Gaud, président du Medef Rhône-Alpes (crédit : Laurent Cérino/ADE)

"Les deux régions sont très présentes dans la métallurgie, décrit aussi Bernard Gaud. Nous serons désormais une grande région métallurgique",

Des obstacles demeurent

Des obstacles néanmoins demeurent, à commencer par le déséquilibre en taille et poids économique entre les deux partenaires. Il ne faudrait pas que Rhône-Alpes arrive en "dominatrice" et que la fusion se transforme en absorption de l'Auvergne. Ce qui semble peu probable tant l'Auvergne a une identité, une image, une culture fortes. À l'inverse  de Rhône-Alpes à l'identité morcelée.

"Tout va bien se passer... tant qu'on ne parle pas de gouvernance et de budget !"

commente très lucidement Bernard Schoumacher. Et, concrètement, le chantier organisationnel de cette nouvelle région s'annonce complexe.

Conférence-Union-régionale_GF.Dumont

Gérard François Dumont, géographe et économiste (crédit : Laurent Cérino/ADE)

"Il va falloir bien gérer le temps de la réorganisation, laquelle sera très chronophage, avertit en synthèse Gérard François Dumont, géographe et économiste. La Région ne doit pas se noyer dans le quotidien, mais se centrer sur ses fonctions stratégiques. Pas d'illusions : il ne suffit pas d'être une grande région. Il faut une bonne stratégie !"

Emission spéciale sur RCF Lyon, le samedi 28 novembre, à 17h.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :