[TUP 2015] La ville intelligente devra allier humain et technologie

 |   |  766  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Dans le cadre de la 5e édition de Tout un programme, organisée par Acteurs de l’économie, en partenariat avec La Tribune, TLM et 8 Mont Blanc, David Kimelfeld, 1er vice-président de la Métropole de Lyon, Serge Guérin, sociologue à l’INSEEC et Emile Hooge, directeur associé de l’agence Nova 7, ont échangé, le 19 novembre, à l’IAE Lyon, sur leur vision de la ville intelligente de demain. Une ville au service de l’homme. Les débats, orchestrés par Bernard Jacquand, ont été éclairés par Oded Grajew, coordinateur du programme "Villes durables" au Brésil.

Avant d'envisager la ville de demain, Serge Guérin, sociologue à l'Inseec, revient, en introduction du débat organisé par Acteurs de l'économie dans le cadre du cycle Tout un programme 2015, sur "la création des villes, à l'origine fortifiées. Les populations cherchaient alors à se protéger. Elles ont ensuite développé une activité économique, créant de la richesse notamment en centre-ville, devenu l'épicentre même de la création de richesses. Mais, aujourd'hui, la ville et son centre repoussent autrui et stigmatisent. Bref, nous sommes loin du bien commun originel".

Conférence Ville intelligente_Serge Guérin

Serge Guérin, sociologue à l'Inseec (crédit : Laurent Cérino/ADE)

Fort de ce constat, David Kimelfeld, 1er vice-président de la Métropole de Lyon, rappelle justement que :

« La cité telle que nous devons l'imaginer, la penser, la concevoir ne doit rejeter personne. Elle doit offrir à l'ensemble de la population des perspectives économiques et sociales ».

Et Oded Grajew, coordinateur du programme «  Villes durables » au Brésil, d'indiquer :

« Chez nous, les gens viennent en ville et dans les grandes agglomérations pour trouver des opportunités économiques, universitaires, relationnelles, etc. Aussi la ville doit-elle offrir une vie meilleure ».

Conférence-Ville-intelligente_Oded Grajew

Oded Grajew, coordinateur du programme «  Villes durables » au Brésil (crédit : Laurent Cérino/ADE)

La place de l'humain : une priorité absolue

Comment justement la ville peut-elle offrir cette vie meilleure ? Pour Emile Hooge, directeur associé de l'agence Nova 7 :

"La cité doit redevenir un bien commun qui doit s'articuler autour du "je" et du "nous". Si cette dualité est respectée, alors nous créerons du lien social qui doit être le socle de la ville intelligente de demain. Et c'est aussi tout le défi qui nous est proposé. Comment intégrer les personnes en difficulté au devenir de la collectivité ? Il faut que tout le monde soit acteur à son échelle".

C'est ce qui a été réalisé au Brésil.

"Nous avons mis en place des "indicateurs", dans 280 villes du pays, précise Oded Grajew. Nous invitons la population à évaluer directement, sur une échelle de 1 à 10, la santé, les transports, le développement durable, les écoles etc. À San Paolo, qui compte 11 millions d'habitants, nous avons un panel de 40 000 personnes qui se prononcent sur ces sujets. Et nous comparons tous les six mois leur degré de satisfaction avec les promesses du maire qui doit ensuite en tenir compte. Grâce à cette démarche citoyenne directe, des choses ont changé."

Conférence-Ville-intelligente.D.Kimelfeld

David Kimelfeld, 1er vice-président de la Métropole de Lyon (crédit : Laurent Cérino/ADE)

David Kimelfeld admet que la concertation en France doit aller plus loin.

"La ville intelligente de demain doit donner davantage de place à l'humain. Il existe bien des conseils de quartiers, mais l'on s'aperçoit in fine que ceux qui en font partie, d'une certaine manière, s'embourgeoise dans une façon de penser. Alors qu'un sondage de simples habitants sur telle ou telle question démontre une meilleure conscience de l'intérêt général."

La ville intelligente sera (aussi) numérique

Si l'humain doit rester au cœur du modèle, le défi de la ville intelligente est d'intégrer le numérique, "condition sine qua non", pour Emile Hooge, qui rappelle :

"On ne peut plus penser l'avenir et le développement d'une cité sans les nouvelles technologies. Je pense notamment au domaine de l'environnement et des transports".

Conférence-Ville-intelligente_E.Hooge

Emile Hooge, directeur associé de l'agence Nova 7 (crédit : Laurent Cérino/ADE)

 David Kimelfeld rebondit :

"Dans la métropole lyonnaise, nous avons mis en place le service Optymod'Lyon qui renseigne sur le trafic en temps réel. Il existe aussi des systèmes au service des personnes âgées ou encore pour la sécurité. Chaque fois, notre objectif est de créer des fonctions qui rendent service au plus grand nombre. Mais il reste encore du chemin à parcourir."

Ce que confirme Serge Guérin :

"Paradoxalement, en vue de simplifier la vie, les systèmes sont de plus en plus complexes. Toute la complexité est d'inventer une solution de masse au service de l'individu. De plus, certains citoyens sont réticents à cette modernité."

Pour contourner ce frein, Emile Hooge propose "de donner du sens à l'action humaine dans ce monde numérique. Le citoyen doit être acteur à l'échelle de son quartier, via des applications et des services connectés, dédiés à la vie de tous les jours." Toutefois, met en garde David Kimelfeld :

"Prenons garde de ne pas créer de fracture générationnelle ni territoriale face au défi du numérique."

Retrouvez les meilleurs moments de la conférence en vidéo :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2015 à 17:23 :
Dommage que l'article n'aille pas plus loin... A part quelques éléments, tout semble être relativement évident. Et il ne s'agit pas du service "Optimum" mais d'Optimod.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :