Déconfinement : Gaël Perdriau demande une campagne de dépistage massif à Saint-Etienne

 |   |  1903  mots
(Crédits : Jérôme Abou)
Transports, écoles, soutien à l'économie, masques... Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, déroule son plan de déconfinement. Des mesures indispensables qui ne masquent pas le profond désaccord du vice-président du parti Les Républicains avec le gouvernement sur sa politique de traçage jugée intrusive et inefficace. Ainsi, l'édile demande à l’ARS de mettre plutôt en place une campagne massive de dépistage à Saint-Etienne.

Entretien publié le 12 mai à 15:15, mis à jour le 15 mai à 18:17 avec la réaction du Préfet de la Loire en encadré

La Tribune : Quel bilan tirez-vous de cette première journée de (semi) liberté à Saint-Etienne hier ?

Gaël Perdriau : C'était effectivement une journée attendue, une journée importante. Elle a été très calme, les consignes ont été bien respectées par les Stéphanois. Je crois que chacun sait que ce 11 mai marquait une étape mais certainement pas un aboutissement. D'ailleurs, le confinement avait été bien suivi à Saint-Etienne, dans tous les quartiers. En moyenne, la police a dressé seulement 70 PV par jour, c'est peu au regard de la population de la ville.

Quelle est la ligne adoptée pour le déconfinement des transports en commun ?
Nous avons travaillé sur un protocole de sécurité très strict avec la STAS : suppression de vente de titres à bord par exemple, désinfection du matériel roulant, port du masque obligatoire... Nous en distribuons d'ailleurs 172 000 gratuitement ces premiers jours pour aider les voyageurs dans cette première étape.

La STAS a atteint l'objectif que je lui avais fixé, c'est-dire passer dès le 11 mai de 30% de l'offre habituelle à 80%. Le gouvernement souhaitait 70% mais j'ai demandé à ce qu'on aille au-delà car plus on aura un service normal, plus les mesures de distanciation seront faciles à respecter. Nous serons à 100% le 2 juin. Le service de transport doit être disponible pour rassurer et encourager la reprise. La sécurité sanitaire est le prisme prioritaire de mes décisions. Puisque nous sommes en délégation de service public. Saint-Etienne Métropole prendra en charge les surcoûts, idem pour le manque à gagner concernant la billetterie.

Sur ce sujet du coût transport, il ne faut pas oublier la perte de recettes liée à la chute du versement transport des entreprises dont le montant est proportionnel à la masse salariale. Du fait du chômage partiel la perte est phénoménale : déjà près de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une perte sèche et immédiate à laquelle sont confrontées toutes les métropoles. Nous avons alerté l'Etat car cela va poser un problème dès le budget 2021.

Baisse de recettes, coûts supplémentaires... Comment pensez-vous que Saint-Etienne et Saint-Etienne Métropole pourront résoudre cette question épineuse du budget 2021 ?
Je propose la création d'une troisième section comptable qui permettra...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :