Dominique Méda : "Dans les consciences des citoyens fermente une révolution"

 |   |  3864  mots
(Crédits : Hamilton/Rea)
LE MONDE D'APRES. Dominique Méda peut s'en réjouir : "la crise nous ouvre les yeux". Sur quoi ? Les dégâts d'un capitalisme débridé, d'un système, impérialiste, d'économie déréalisée, d'une liberté de circulation des capitaux toxique, d'une politique, ivre, de désindustrialisation et de délocalisation aiguisée par la division internationale du travail. Elle "ouvre les yeux" sur la valeur réelle de métiers communément dégradés - otages d'une conception marchande de l'utilité sociale et sociétale -, sur le délire consumériste et productiviste, sur l'inanité de certains dogmes (PIB). Au final, la sociologue et philosophe met en exergue ce que l'examen de la crise met en lumière : la vacuité d'un modèle de société à la fois épuisé et destructeur. L'heure est aux ruptures, annonce-t-elle. Des ruptures en faveur d'une alter ou post croissance, elle-même au service d'une reconversion écologique assurant justice sociale, emplois utiles, sens du travail, et "conditions de vie authentiquement humaines". Et des ruptures qui seront soumises au révélateur de la stratégie d'Etat de "relance" : sera-t-elle verte ou brune ? L'arbitrage germe peut-être, en tous les cas la co-auteure d'Une autre voie est possible (Flammarion, 2018) y croit, "dans les consciences citoyennes. Car en ce moment inédit de confinement, y fermente une révolution".

La Tribune : La métaphore guerrière et la dialectique belliqueuse sont abondamment employées, en premier lieu par le chef de l'Etat, pour caractériser la nature du combat contre l'épidémie de coronavirus. Une métaphore qui peut être, comme l'estime votre confrère Michel Wieviorka, inopportune, mais qui n'est pas sans enseignement. Notamment, par le biais de l'histoire, sur une nécessité : "l'après", s'il est souhaité disruptif, se pense, se débat, se prépare et s'organise "pendant". Dans un premier entretien (21 mars), vous affirmiez que la crise du coronavirus nous dictait de "tout repenser". Il est donc "déjà" temps de s'y pencher ?

Dominique Méda : Tout à fait. Et à cette condition, il est possible de croire qu'un changement de société peut découler de la période de confinement et de la pandémie. Prenons l'exemple de la Seconde Guerre mondiale. "Quand", dans ses grandes lignes économiques, sociales, dans le domaine de l'organisation du travail et de la société, l'après fut-il dessiné ? Après la Libération ? Non. Dès 1942. C'est en effet au cœur du conflit mondial que l'économiste anglais William Beveridge publie ses préconisations révolutionnaires qui formeront l'armature économique et industrielle et donneront naissance au "welfare state" (ou Etat providence) - lui-même consolidé par l'Organisation internationale du travail, dans sa déclaration de Philadelphie adoptée le 10 mai 1944. Quant à la "feuille de route" politique et sociale mise en œuvre dès la capitulation de l'Allemagne en 1945, elle résulte des travaux du Conseil national de la résistance, engagés à partir de 1943.

"Demain ne devra jamais été identique à ce que nous subissons et au terreau qui a conduit à la guerre" : voilà comment ces contributeurs ont, "pendant", pensé "l'après", et notamment des changements radicaux qui ont constitué les principes de la Reconstruction. Citons notamment le système de sécurité sociale, les nationalisations, la démocratisation des entreprises, etc.

Nous sommes, aujourd'hui, dans une configuration à certains égards comparable ; nous sommes enfermés chez nous, nous avons - pour les plus chanceux - le temps de réfléchir sur le modèle de société auquel nous aspirons, nous avons le temps d'échanger avec d'autres groupes sociaux, nous avons le temps de produire des manifestes et de les partager, nous avons le temps, enfin, de "décider de décider".

L'histoire est, à ce titre, un éternel recommencement : c'est dans l'exploitation des peurs que fermente le succès populaire et électoral des thèses isolationnistes, nationalistes, xénophobes. L'incontestable succès du Rassemblement national doit-il être lu à cette aune. Au-delà, et notamment au sein des pays d'Europe mais aussi aux Etats-Unis engagés dans la bataille des Présidentielles, ce spectre est-il inéluctable ?

Beaucoup de recherches ont mis en évidence le lien étroit entre délocalisations, automatisation, chômage et vote pour les extrêmes. Dans la reconversion écologique que je propose, nous devons mettre au centre l'impératif de justice sociale. Bien pensée, celle-ci peut permettre de recréer des emplois, de renouer avec le sens du travail, tout en sauvegardant des "conditions de vie authentiquement humaines" et d'améliorer les conditions de vie de tous ceux qui sont attirés par le Rassemblement National parce qu'ils se sont sentis abandonnés par l'Etat.

"Le changement de perception de la "hiérarchie de l'utilité sociale" ne peut pas être déconnecté de celui de la «hiérarchie des rémunérations» "

Une "autre" réalité de nos existences est concrètement frappée : le travail, "l'exercice du travai". D'abord, le confinement voit cohabiter, comme l'ausculte la Fondation Jean Jaurès dans son étude du 8 avril, "trois" France de proportions sensiblement équivalentes ; 34% des actifs travaillent sur leur lieu de travail habituel, 30% continuer d'exercer leur emploi de leur espace de réclusion, les autres (36%) sont en congés (y compris maladie) ou au chômage (y compris partiel). La distinction des catégories socio-professionnelles est, par ailleurs, explicite : les cadres et professions intellectuelles souscrivent massivement au télétravail (66%), une majorité d'ouvriers est confiné chez eux (56%) au chômage partiel ou en congés. La "France du travail" fait l'expérience d'inégalités nouvelles, mais aussi prend conscience que des inégalités endémiques, structurelles, ne sont plus tolérables. Peut-on dès maintenant "tirer profit" de ce moment de "crise du travail" pour questionner l'organisation, les réglementations, les conditions futures de l'exercice du travail ?

Au-delà des enseignements qu'il faudra, plus tard, avec du recul, tirer des différentes enquêtes, cette crise d'ores et déjà livre de manière instantanée et spectaculaire, une approche bouleversée des hiérarchies. Des métiers, certains fallacieusement dits "non" ou "peu qualifiés", montrent au grand jour leur caractère déterminant. Soit parce qu'ils sont actifs pendant la réclusion (éboueurs, agents de sécurité, personnel de ménage, caissières, livreurs, salariés des pompes funèbres, et bien sûr tous les accompagnants du soin et du care, etc.), soit parce que le confinement auquel ils sont soumis provoque de graves dysfonctionnements - à ce titre, certains parents "confrontés" à la difficulté de faire la classe à leurs enfants devraient prendre pleinement conscience que les enseignants exercent une responsabilité aussi capitale que délicate...

Ces professions habituellement invisibles obtiennent aujourd'hui une reconnaissance et une estime inédites au sein de la population. Il faudra faire en sorte que cette reconnaissance soit palpable aussi sur les fiches de salaire. En effet, ce changement de perception de la "hiérarchie de l'utilité sociale" ne doit pas être déconnecté de celui de la "hiérarchie des rémunérations".

La société néolibérale indexe la "valeur" - au sens de la considération - d'un emploi, et donc d'un métier, à l'envergure de la rétribution. Elle est, à ce titre, formidablement injuste, car, comme cette pandémie le révèle de manière spectaculaire, l'ampleur de cette rétribution est totalement imperméable à l'utilité du métier et de l'emploi exercés...

En effet, à la faveur de la crise, surgit le fait que nous réapprenons à classer "dans le bon ordre" les fonctions vitales (se soigner, se nourrir, se laver, s'habiller) et capitales (éduquer, se cultiver). C'est clé, d'abord pour y "voir clair" quant à la manière de concevoir autrement notre modèle de société ; "Où sont mes priorités ?" Acheter un 4x4 ou me déplacer à bicyclette ? Visiter les Maldives ou faire ma part, aussi modeste soit-elle, dans la lutte contre le dérèglement climatique et sillonner la Bretagne ou les Alpes ? Manger des avocats importés du Pérou ou des légumes de saison en provenance d'un producteur de ma région ? C'est clé, ensuite, car dès lors nous prenons conscience qu'une multitude de métiers ou de fonctions professionnelles sont secondaires, voire anecdotiques. Voire même délétères. Et souvent rémunérés de manière inversement proportionnelle à leur utilité, à leur contribution au bien-être de la planète et de la communauté des hommes...

... ces fameux "bullshits jobs" conceptualisés par l'anthropologue et militant anarchiste américain David Graeber...

Oui, ces "jobs de m..." qu'il n'est d'ailleurs pas difficile d'isoler. Chacun peut en faire l'expérience : il suffit d'imaginer son quotidien et le fonctionnement de la société vidés de "tel" métier. Est-ce possible ? Tenable ? Souhaitable ? Peut-être même... nécessaire ? Dès lors, est-il acceptable qu'un consultant en management de la performance, un banquier spécialiste des fusions-acquisitions, un gestionnaire de patrimoine soient cinq ou dix fois mieux rémunérés qu'une infirmière ou un enseignant ? Ça ne l'était pas avant la pandémie pour un groupe encore restreint de citoyens ; ça ne le sera plus après la crise et pour une grande partie de la population...

"Ni le PIB ni la croissance ne doivent plus nous servir de référence, pas plus que la dette ou les 3 %"

Lors d'une de ses allocutions, le président de la République indiquait "qu'il nous faudra demain interroger le modèle de développement dans lequel s'est engagé notre monde depuis des décennies" et que "les prochaines semaines et les prochains mois nécessiteront des décisions de rupture". En repérez-vous qu'il est possible, dès maintenant, de mettre en oeuvre ?

Absolument. D'abord, en traduisant dans les faits la reconnaissance, pour l'instant exclusivement abstraite, qu'Emmanuel Macron a bien voulu, enfin, accorder aux soignants. Puisqu'ils sont héroïques, marquons-leur notre soutien en accédant immédiatement aux légitimes revendications qu'ils portent depuis plus d'un an et auxquelles personne, ni au gouvernement ni à la présidence, n'avait jusque-là accordé l'attention qu'elles méritaient.

Augmentons rapidement le nombre de lits disponibles, pour aujourd'hui et pour les années à venir. Repensons complètement notre système de santé. Et accordons immédiatement une rallonge budgétaire et une augmentation forte de l'ondam (objectif national des dépenses d'assurance maladie) qui marquera dans les faits l'engagement de la nation pour son hôpital public.

D'autre part, depuis des décennies, nos services publics sont abîmés, dégradés, brocardés. Les fonctionnaires sont moqués, traités de privilégiés. L'idéologie sous-jacente du consensus de Washington n'a cessé de répandre son venin, en faisant passer les fonctionnaires pour des promoteurs de leurs seuls intérêts et le marché pour l'unique institution capable d'allouer les ressources. Mais c'est toujours l'Etat qui vole au secours des banques, too big to fail. Ce sont toujours les services publics et leurs agents qui sont en première ligne lorsque les crises arrivent. Nous devons cesser de les démanteler, ce sont nos biens communs.

Professionnels de la santé et, au-delà, fonctionnaires et agents des services publics : les considérer (de nouveau) est bien sûr essentiel. Mais nous touchons là le sommet de l'iceberg. L'enjeu véritable, que le chef de l'Etat dicte d'"interroger", est le modèle de développement même de nos sociétés. C'est d'ailleurs la transformation en profondeur dudit modèle que vos travaux poursuivent. Qu'est-il possible de croire au-delà des grandes tirades et promesses présidentielles dont la sincérité n'a pas à être, a priori, suspectée, mais dont le déploiement semble si chimérique...

Je veux prendre le Président de la République au mot. Il veut "interroger le modèle de développement" et initier des "ruptures" ? Qu'il écoute nos préconisations ! Depuis des décennies, des centaines de chercheurs réclament ces ruptures et proposent des alternatives. Nous avons montré que nous devions bifurquer radicalement, mettre en œuvre une double politique d'investissement massif dans la transition écologique et de sobriété, sans laquelle nous ne parviendrons pas à stopper l'emballement climatique.

Nous devons adopter d'urgence d'autres indicateurs de référence : relativiser l'usage du PIB et adopter des indicateurs physico-sociaux capables de nous informer sur les patrimoines critiques et sur ce qui compte vraiment pour sauvegarder le caractère habitable de notre planète. Ce n'est plus le PIB, mais l'empreinte carbone, encadrée par un indice de santé sociale assurant l'égalité de ce processus de rationnement - afin que les riches ne soient pas autorisés à émettre deux cents fois plus de gaz à effet de serre que les autres - ou encore les neuf limites planétaires de Rockström (1), qui doivent devenir nos boussoles, nos guides pour l'action. Ni le PIB ni la croissance ne doivent plus nous servir de référence, pas plus que la dette ou les 3 %.

Explorons, dans le détail, ces "ruptures majeures" auxquelles vous appelez. La première d'entre elles, qui s'impose à nous, est celle de la rupture du temps, du temps de rupture. Ils sont précieux, en premier lieu, pour prendre conscience, pour "saisir" au fond de nous, dans nos foyers, l'envergure de l'"épuisement", provoqué par un productivisme, un consumérisme, un besoin insatiable de posséder qui détournent de l'essentiel...

Ce moment est effectivement celui d'un bouillonnement extraordinaire, auquel d'ailleurs l'ensemble des chercheurs peuvent apporter une contribution essentielle, la plus importante étant peut-être d'être les "metteurs en page", les porte-voix de cette formidable "effervescence" citoyenne. Que "tout change" demain dans le sens auquel j'aspire, je ne peux être certaine, évidemment. En revanche, je n'ai pas de doute sur le fait que dans bien des esprits et des consciences, en ce moment, fermente une révolution !

Une partie de la population est prête à se rebeller contre le profond "déni de comprendre" ce qui, depuis une trentaine d'années de politique néo-libérale obsédée par la réduction des dépenses publiques, conduit la société dans le mur. La situation, dramatique, de la filière des soins, dénoncée depuis si longtemps par l'ensemble des praticiens, est révélée au grand public par la gestion, calamiteuse, des équipements (masques, gel hydroalcoolique, tests, respirateurs, médicaments). La population veut des explications sur ce sujet si symptomatique des dégâts du dogme néolibéral, et de ces explications découle une prise de conscience plus global.

" Relance "brune" ou relance "verte" ? Le plan de l'Etat est-il de rattraper le PIB perdu avec les mêmes leviers, les mêmes objectifs consuméristes et productivistes qui font courir le pays à sa perte ? Ou est-il d'engager l'économie de la nation vers la révolution écologique ? "

Mais face à cette "révolution" centrée sur la conscientisation écologique se dresse une armée d'adversaires et de gouvernants organisés et outillés, aux commandes de chaque rouage stratégique (y compris celui, capital, de la communication et de l'information), ligués par la quête d'asservissement et d'hégémonie. Comment les esprits insoumis, subversifs et disséminés censés composer votre légion, peuvent-ils s'agréger et s'imposer ? Quand on constate qu'au sein de régimes aussi puissants que les Etats-Unis, la Russie ou le Brésil, même les travaux des plus éminents scientifiques alertant sur l'état de la planète sont au mieux discrédités au pire enterrés... L'application d'un tel aggiornamento peut-il s'inscrire dans le processus démocratique, dans l'organisation démocratique dominante ? Le risque démocratique qu'il soulève n'est-il pas plus périlleux que ses bienfaits supposés ?

Absolument pas. Quelles sont ces ruptures majeures ? Rupture avec un capitalisme débridé qui est à l'origine de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Rupture avec l'impérialisme d'un type d'économie complètement déréalisée qui récompense du "prix Nobel" un économiste - William Nordhaus - pour lequel une augmentation de température de 6° C n'a pas d'importance. Rupture avec une liberté de circulation des capitaux - largement promue par la France - dont même le FMI reconnaît la toxicité. Rupture aussi avec la désindustrialisation de notre pays et la délocalisation de nos productions vers les pays aux normes sociales et environnementales inférieures qui nous rend complètement dépendants et nous prive, bien plus que l'Europe, de notre souveraineté. Croyez-vous que les citoyens n'ont pas conscience de l'urgence de rompre avec ces dogmes, et ne sont pas disposés à se saisir des mécanismes de la démocratie pour y parvenir ? Et au contraire même, je suis convaincue que ces projets de rupture sont de nature à revivifier le processus démocratique.

L'Etat et les instances européennes ont montré depuis l'irruption de la crise leur capacité à mobiliser d'impressionnants leviers financiers, à geler un certain nombre de contraintes budgétaires. Mais à quelles fins ? En d'autres termes, quelle aide pour quelle économie pour quel modèle de société ? Or pour l'heure, et aussi parce que le rôle de l'Etat, légitimé par la démocratie, est d'être au chevet des citoyens, il est logique que l'aide s'attache à réparer d'abord l'économie dévastée avant, éventuellement, de soutenir l'émergence d'une nouvelle économie...

Relance "brune" ou relance "verte" ? Le plan de l'Etat est-il de rattraper le PIB perdu avec les mêmes leviers, les mêmes mécanismes - et notamment les mêmes énergies fossiles qui colorent le premier adjectif -, les mêmes objectifs consuméristes et productivistes qui font courir le pays à sa perte, ? Ou bien est-il d'engager l'économie de la nation vers la révolution écologique, en polarisant les aides et les investissements dans des secteurs stratégiques (rénovation thermique, rénovation des infrastructures, transition énergétique, filière agroécologique, filières de réparation, recyclage, production durable, etc.) ? Voilà l'alternative à laquelle il est exposé : préparer d'ores et déjà la crise suivante ou empêcher la survenue d'une nouvelle crise.

Au-delà, il doit bien évidemment procéder à la relocalisation des productions dites stratégiques, et pour cela participer à mettre fin à une division internationale du travail qui, en cette pandémie, a fait la démonstration de ses dysfonctionnements et même de ses méfaits. Qu'il n'existe plus d'autonomie de production, c'est-à-dire que la fabrication des éléments constitutifs d'un produit soit éclatée aux quatre coins du monde au nom d'une chasse aux coûts, aujourd'hui exhibe spectaculairement son "non sens".

L'heure est donc d'imaginer la charpente (mécanique, politique, économique, sociale) d'une altercroissance, et de façonner une société postcroissance...

Effectivement. Et à ce dessein, la crise sanitaire provoquée par la pandémie Covid-19 sonne comme un coup de tonnerre. Elle met en évidence l'extrême fragilité des arrangements humains mais aussi l'ampleur de l'impréparation dans laquelle se trouvent nos sociétés. Le coronavirus n'est rien à côté des événements qui s'abattront sur nous à mesure que la crise écologique déroulera implacablement ses conséquences. Tempêtes, cyclones, assèchement, étouffement, montée des eaux, sols improductifs, pénuries alimentaires, famines, migrations climatiques et évidemment guerres et affaissement de la démocratie. Si nous ne savons pas résister au coronavirus, comment y résisterons-nous ? Comment lutterons-nous contre les virus que le permafrost risque de libérer ? Comment ferons-nous face à des événements que nous ne sommes même pas parvenus à imaginer et à des effets de seuil qui rendront brutalement présents et irréversibles des phénomènes que nul n'imaginait ? Comment comprendre que nos sociétés éludent des événements qui pourraient advenir dans un laps de temps très court ? Nous devons y préparer nos sociétés. Cela doit être notre unique priorité. Et cela doit se faire de la manière la plus organisée possible, en ayant la justice pour impératif. Nous devons dès aujourd'hui faire entrer nos sociétés dans un véritable processus de reconversion. Nous avons perdu un temps précieux. En particulier lors de ce dernier quinquennat pendant lequel nous avons dépensé une énergie folle à lutter contre des politiques radicalement inutiles au regard de la priorité écologique, voire catastrophiquement inadaptées, comme la taxe sur les carburants oublieuse du social. Toutes nos énergies devraient désormais être concentrées sur la bifurcation de nos sociétés, sur les choix extrêmement nombreux que nous allons devoir faire pour les rebâtir, sur la construction de la nouvelle éthique, des nouvelles disciplines et des nouvelles représentations du monde qu'il nous va falloir adopter.

" Préparer d'ores et déjà la crise suivante ou empêcher la survenue d'une nouvelle crise : voilà l'alternative à laquelle le chef de l'Etat et le gouvernement sont exposés."

Au service d'une telle conflagration paradigmatique, du déploiement d'un modèle de société et d'économie à ce point disruptif, le soutien d'une planification apparaît incontournable. D'aucuns exhortent d'ailleurs à la résurrection du Commissariat général au plan, inhumé en 2006 quelques mois après le départ de son avant-dernier titulaire, le grand philosophe Alain Etchegoyen. Mais une telle sollicitation n'est-elle pas anachronique et même inepte, à l'aune d'une planète politique, technologique, économique, commerciale d'une formidable instabilité, ou plutôt d'une formidable imprévisibilité - y compris dans ce que ce terme, associé à l'innovation, comporte de qualités ?

Je ne crois pas. Et c'est justement parce qu'il manque cruellement de boussole qu'une telle... boussole se révélerait précieuse. Oui, le Commissariat général au plan, engageant partenaires sociaux et représentants de la société civile à imaginer l'avenir sur un long terme, de dix à vingt ans, avait toute utilité. Et celle-ci serait justement d'autant plus grande que notre horizon est substantiellement raccourci.

La suppression du Commissariat est une conséquence, parmi tant d'autres, du pouvoir d'influence, sur les décisions publiques, exercé par le dogme néolibéral "tout entier" dans la discréditation des prérogatives de l'Etat. Et cette contestation de l'utilité de l'Etat n'est pas nouvelle. L'économiste autrichien puis naturalisé anglais Friedrich Hayek avait publié La Route de la servitude en 1944. Il y "démontrait" que l'interventionnisme de l'Etat pouvait attenter aux libertés individuelles jusqu'à asservir le peuple et se muer en totalitarisme... Il voyait dans les propositions de Beveridge dont j'ai parlé plus haut la manifestation d'un dangereux planisme qui expliquait selon lui le nazisme...

Le chef de l'Etat l'a affirmé lors de son allocution du 16 mars annonçant le confinement. "Lorsque nous serons sortis vainqueurs [de la guerre contre le coronavirus], le jour d'après ce ne sera pas un retour aux jours d'avant (...). Cette période nous aura beaucoup appris. Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, (...). et je saurai aussi avec vous en tirer toutes les conséquences (...). Hissons-nous individuellement et collectivement à la hauteur du moment". En résumé, comment imaginez-vous et comment espérez-vous que prenne forme ce "jour d'après" ?

Ce "jour d'après", j'attends qu'il consacre un impératif absolu : la reconversion écologique de nos sociétés. Nous devons tous nous y atteler dès maintenant. Elle peut constituer un projet fondateur et enthousiasmant pour notre pays, pour sa jeunesse, pour tous ses membres, mais plus généralement pour l'humanité entière. Comme au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il nous faut trouver l'énergie de la reconstruction. Une reconstruction non plus portée par l'idéologie prométhéenne de la mise en forme du monde à l'image de l'homme, mais par une éthique de la modération, de la limite, de la mesure, que l'Antiquité avait su inventer mais que nous avions oubliée.

(1) Démarche scientifique qui établit neuf seuils à ne pas dépasser sous peine de perdre la stabilité du système terrestre, et donc la possibilité d'y vivre (changement climatique, pertes de biodiversité, usage des sols, acidification des océans, déplétion de la couche d'ozone, usage de l'eau douce, etc.).

..........................................................................................................................................

Dominique Méda est professeur de sociologie à l'Université Paris Dauphine, et titulaire de la Chaire "Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales" à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FSMH). Dernier ouvrage paru, coécrit avec Eric Heyer et Pascal Lokiec : Une autre voie est possible, (Flammarion, 2018).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2020 à 11:33 :
Dominique Meda met parfaitement en mots ce que je pense et espère et ne saurais formuler aussi clairement. Ma question est.....en tant que citoyenne "lambda"....que puis-je faire très concrètement pour permettre à cette "société nouvelle" d'avenir ? Quel "mouvement/collectif/organisation/...." rejoindre ?
Merci pour votre réponse !
Réponse de le 26/04/2020 à 0:46 :
Bonjour Push,
Suite à votre interrogation quant à quelle organisation rejoindre pour contribuer à faire advenir cette société d'avenir autour de la transition écologique, je vous propose de faire connaissance avec les militants du groupe Europe Ecologie - Les Verts le plus proche de chez vous.
Au delà de son sérieux sur ces sujets, c'est un parti qui laisse vraiment de la liberté aux groupes locaux comme aux listes municipales.
Et c'est aussi bel écosystème social et politique où des idées assez différentes se croisent, un environnement franchement créatif et stimulant.
C'est un point de vue engagé, que je vous invite à vérifier par vous-même.
Réponse de le 27/04/2020 à 16:00 :
Bonjour Richard,
Merci pour votre réponse.
A ce jour cela fait en effet partie des organisations que je "regarde", qui correspond probablement le plus à mes attentes......bien que le principe des "partis politiques" et leur fonctionnement interne me semble malheureusement souvent être une bataille d'egos et de pouvoir.....ou du moins est-ce l'image que les médias nous en donnent. Mais je reste malgré tout attentive.....
a écrit le 15/04/2020 à 15:41 :
Si on fait abstraction de cette frange de 0,1 % de dents longues qui dans les grandes entreprises se paient des salaires de nabab déconnectés de la société, on ne peut pas dire qu'en France, il y ait tant d'inégalités une fois pris en compte les redistributions et les impôts sur le revenu, car malgré tout il faut bien une hiérarchie des salaires en fonction de la technicité requise. Sinon pourquoi demander des efforts aux étudiants. Pourquoi passer 5 ans à étudier pour devenir ingénieur ou 7 ans pour devenir médecin etc?Le discours qui nous est tenu dans cette article pourrait peut être se comprendre s'il s'adressait aux USA, mais en France champion toutes catégories où presque la moitié de la richesse produite est ponctionnée par l'état, ce discours est hors sol.C'est d'une niaiserie sans nom enrobée de philosophie de bas étage.Qu'il faille corriger certains excès, oui et il en faut constamment. Qu'il faille tout casser pour construire un système parfait, non. Car le prix à payer pour les systèmes parfaits, nous le connaissons: c'est le communisme de Staline, de Polpot, de Mao .... la liste est longue. Généralement tous ceux qui ont voulu imposer le soit disant bien être aux peuples ont fait plus de mal que de bien et ont fini dans les poubelles de l'histoire.
a écrit le 15/04/2020 à 10:46 :
Révolution ? Je ne sais pas, mais une grande colère et une haine envers les incapables politiques face à cette pandémie, certainement oui.
a écrit le 14/04/2020 à 21:55 :
Une "conscience qui fermente", d'emblée le niveau consternant du propos est annoncé.
Elle serait bien en peine de définir ce qu'est la conscience la mamie, sans doute plus que la fermentation et même la double fermentation.
Réponse de le 15/04/2020 à 16:23 :
Impertinent et anonyme jeune homme... Car vous êtes bien un homme, n'est-ce pas?
... qui êtes-vous et qu'avez-vous fait? Montrez-nous votre conscience (puisque vous en avez?) plutôt que de lancer des invectives.
a écrit le 14/04/2020 à 20:25 :
"Les dégâts du capitalisme débridé " merci le covid 19 de permettre aux Français de. Constater chez nous ce modèle économique destructeur. Les pandémies ne sont pas encore causés par le capitalisme. Et la lutte des classes n'est pas prête de disparaître avec le virus. Vive la révolution vive la France
a écrit le 14/04/2020 à 20:25 :
"Les dégâts du capitalisme débridé " merci le covid 19 de permettre aux Français de. Constater chez nous ce modèle économique destructeur. Les pandémies ne sont pas encore causés par le capitalisme. Et la lutte des classes n'est pas prête de disparaître avec le virus. Vive la révolution vive la France
a écrit le 14/04/2020 à 19:10 :
Discours de bobo-écolo-gauchiste. Voyez en une génération ce que nous a apporté le progrès économique en termes de qualité de vie. Mes parents étaient ouvriers; on vivait dans une maison sans salle-de-bain et avec WC à l'extérieur, aucun loisir, des vacances 'discount'. Scandaleux et malhonnête de mélanger le Covid avec une supposée crise du capitalisme. Rappel: en France, prélèvements obligatoires 46% du PIB, dépenses publiques 57%...un record mondial.
Réponse de le 14/04/2020 à 21:06 :
Pas mieux.. Une précision: les prélèvements obligatoires c'est 48.4% du PIB source OCDE. Les médias et les politiciens français présentent ça à leur sauce en parlant systématiquement d'un chiffre inférieur.
Réponse de le 14/04/2020 à 21:08 :
Pas mieux.. Une précision: les prélèvements obligatoires c'est 48.4% du PIB source OCDE. Les médias et les politiciens français présentent ça à leur sauce en parlant systématiquement d'un chiffre inférieur.
a écrit le 14/04/2020 à 18:28 :
Quel délire: toujours plus d'Etat n'est certainement pas la solution. Plus de stratégie certainement. Pourquoi les allemands avec 10% de moins de dépenses publiques réussissent mieux que nous? Ils savent lier public et privé et favoriser le développement privé avec des règles de participation des salariés qui dés lors sont plus participatif à la réussite de leur entreprise. Le délire communisant conduit inexorablement à la paupérisation, à la terreur et enfin à l'échec. Certes il faut certainement revoir un certain nombre de priorités, mais par pitié, pas avec plus de fonctionnaires, mais avec plus d'imagination, d'engagement et d'entreprises débarrassées des lourdeurs fiscales et réglementaires très françaises.
a écrit le 14/04/2020 à 18:27 :
Quel délire: toujours plus d'Etat n'est certainement pas la solution. Plus de stratégie certainement. Pourquoi les allemands avec 10% de moins de dépenses publiques réussissent mieux que nous? Ils savent lier public et privé et favoriser le développement privé avec des règles de participation des salariès qui dés lors sont plus participatif à la réussite de leur entreprise. Le délire communisant conduit inexorablement à la paupérisation, à la terreur et enfin à l'échec. Certes il faut certainemlent revoir un certain nombre de priorités, mais par pitié, pas avec plus de fonctionnaires, mais avec plus d'imagination, d'engagement et d'entreprises débarassées des lourdeures fiscales et réglementaires très françaises.
Réponse de le 14/04/2020 à 21:11 :
Dès que j'ai vu le titre de l'article et le profil de cette dame, je suis passé à la lecture des commentaires sachant à quoi m'en tenir sur le contenu de son propos. Habituelle caricature anticapitaliste, socialiste, étatiste compulsive et antilibérale. Mais ce type de personne ne connait pas ce la définition du libéralisme qu'elle confondent avec le capitalisme de connivence.
a écrit le 14/04/2020 à 18:19 :
chère madame, désolé de vous le faire remarquer vous avez oublier deux éléments fondamentaux soit : l'avidité (les personnes croyantes dans le dogme de l'argent, la réussite, les 1ers de cordée etc... et possédantes sont prêtes à mourir plutôt que de lâcher soit leurs croyances soit leurs fortunes), le second élément : toute possibilité de tenter une expérience en dehors du dogme du capitalisme est interdit, voir les dictatures installées au sud de l'amérique dans les années 70, hitler plutôt que les rouges en allemagne, franco contre la tentative d'expérience anarchiste en espagne, briser la grèce plutôt qu'un autre concept de l'économie etc... etc ...
Réponse de le 14/04/2020 à 18:42 :
Sans parler des Russes, des Chinois et autres Cambodgiens qui se sont débarrassé des bourreaux qui les dirigeaient. Ils n'ont pas l'air de s'en désoler.
a écrit le 14/04/2020 à 18:09 :
Comme le disait "Che" le boucher qui a laissé Cuba dans l'état de détresse et de mendicité que l'on sait : "En avant, jusqu'à la révolution toujours!". Il l'a ensuite reformulé dans sa définition du réalisme socialiste : "Soyons réalistes, demandons l'impossible".
C'est le problème avec Macron. Il n'est pas plus enthousiasmant que ne l'était la république de Weimar ou le Tsar Nicolas 2, mais quand on voit les bandits qui leur ont succédé, on a forcément un peu de peine pour Macron.
L'erreur de Macron est de croire que la bienveillance, le bon sens et le dialogue l'emporteront toujours. Qui se rend compte aujourd'hui que sa décision de confinement est avant tout humanitaire ? Sans elle des millions de personnes fragiles seraient éliminées, et beaucoup d'autres s'en réjouiraient … avant d'y passer elles-mêmes car ce covid n'a pas fini de frapper toutes les catégories.
C'est vrai qu'il y a une certaine similitude avec les révolutions soit-disant prolétariennes, à commencer par l'indifférence de ceux qui se croient naivement à l'abri aujourd'hui.
a écrit le 14/04/2020 à 17:26 :
Je n'imagine pas une seconde que l'auteur de l'article décrite comme philosophe et sociologue accepte d'etre payée (gros mot !) par l'Université financée par la société capitalistique et accessoirement par nos impots .
A la lire , il semble que la libre circulation des capitaux ait fait propager le virus ...
Pour cette crise sanitaire, chacun y trouve les causes qui l'arrange .....et qui conforte son idéologie
Réponse de le 14/04/2020 à 19:43 :
Tout à fait d'accord. Encore une 'spécialiste' bien planquée. Son parcours est une belle ligne droite : ENS, ENA, haut fonctionnaire, prof d'universités, affichée à gauche, membre de la campagne de Hamon. Il serait étonnant qu'elle vienne ici nous dire que le problème est que notre pays a un système de dépense publique hypertrophié qui peine à se faire financer par un secteur privé matraqué de taxes et impots. La réponse est toujours la même : dépensons sans compter car avoir des dépenses saines c'est le mal.
a écrit le 14/04/2020 à 17:24 :
Cela parait logique, plus le temps avance et moins la classe dirigeante n'offre de solution, plus elle est lobotomisée par sa cupidité. Dès TINA on aurait du percuter, plus de trente ans après tout ceci a bien muri et même si les médias de masse nous lavent le cerveau eux également nous font reculer pour mieux sauter.

En fait il manque juste la faim qui si nos dirigeants politiques écoutent encore les saigneurs de l'économie ne devrait pas tarder à arriver vu le manque récurrent de perspective pour les citoyens et alors qu'ils ont fait de nous des consommateurs, même là ils n'arrivent même pas à nous contenter mais c'est logique vu que seuls les gens les plus faibles en ce monde croient que posséder est la vérité.

L'oligarchie pousse à fond sa profonde stupidité et comme elle a tous les capitaux et moyens de production je pense que nous avons encore de la marge dans les aberrations à vivre mais on peut en effet commencer le compte à rebours, tout va tellement vite, leurs déficiences mentales ne faisant qu’accélérer ce déclin civilisationnel. Si la nature s'y met en plus...
a écrit le 14/04/2020 à 17:10 :
mais bien sur, c'est la faute au capitalisme, et a trump! et a bush aussi!
regardez, en coree du nord, y a pas de covid!!!
pourquoi? he ben parce que c'est un paradis anticapitaliste ou la maladie est interdite donc n'existe pas!
pour ceux qui n'ont pas encore passe le stade, ya bien sur le Venezuela, qui est un paradis socialiste mais pas encore communiste
donc les gens sont tres heureux vu que 70% de la population vit avec moins de 2 euros par jour alors qu'ils ont plus de petrole que l'arabie! du vrai bonheur, rien de capitaliste, l'honneur des baveux est sauf
et en plus, tout va bien question covid comme on dit ( sous peine de camp philosophique)
se dire que des gens dont le soutien a polpot etait indefectible ( gars tres sympa, bien a gauche et pas capitaliste pour 2 sous, avec les 3 millions de gens qu'il a liquides), et dont l'ideologie nauseabonde fait plus de morts que hitler, osent la ramener avec leur bave morale, ca laisse sans voix!!!
ca serait marrant de voir le petit fils de himmler venir faire un petit cours de vivre ensemble a a la tele, ca serait raffraichissant aussi!
Réponse de le 14/04/2020 à 17:21 :
"de voir le petit fils de himmle"

L'UE a du lui trouver déjà un job...
Réponse de le 15/04/2020 à 17:32 :
D'autant que c'est un nazi l'un des fondateurs de l'UE ,le Le juriste Walter Hallstein.Walter Hallstein, qui avait achevé sa carrière au service de l'hitlérisme comme officier instructeur du national-socialisme (1944) avant d’être fait prisonnier.
a écrit le 14/04/2020 à 16:50 :
ce n'est pas comme avant la crise que 7 pour cent des Français qui produise la richesse national qu'un pays peut avoir de la croissance vision des stratèges de l'e n a
véhiculé de droite a gauche ou lorsque qu'un produit sort de fabrication au cout de dix euro il se retrouve au détail a plus de 50 euro celui qui produit gagne moins que celui qui le vend chercher l'erreur même l'industriel n'a pas bénéfice égal aux vendeur
et pour ce qui est des délocalisation une grande majorité sert a l'évasion fiscale
il faut remettre les banques aux même statut q 'une autre entreprise
et surtout que les états reprenne en main le contrôle des monnaies
Réponse de le 15/04/2020 à 9:20 :
L' Allemagne qui a une banque indépendante depuis la dernière guerre n'a jamais dévalué, nous qui avons une banque aux ordres nous avons dévalués plus d'une vingtaine de fois, résultat notre industrie c'est fait laminé par une spécialisation bas et moyenne de gamme. Le nouveau franc valait un mark en 1959, il fallait 3 francs pour un mark en 2001. Et on a le culot de donner des leçons de bonne gestion aux allemands ??? Nos élites sont pitoyables et nous avons ce que nous méritons !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :