Coopérer avec le deuxième laboratoire du monde pour relever les enjeux de demain

 |   |  618  mots
Jean-François Pinton
Jean-François Pinton (Crédits : DR)
Santé, bio-économie, énergie, transport, changement climatique et ressources, sociétés inclusives, sécurité : ce sont les sept défis sociétaux identifiés dans le plan européen de recherche Horizons 2020. Défis sociétaux, défis scientifiques, pluridisciplinaires, complexes, nécessitant une recherche de rang mondial pour permettre des innovations de rupture. La Chine, aujourd’hui la deuxième puissance scientifique mondiale, est devenue un partenaire incontournable pour relever ces défis. A l’échelle lyonnaise, c’est aussi un partenaire privilégié. En amont du forum « Les Confluences Franco-Chinoises » organisé conjointement par le Nouvel Institut Franco-Chinois, la Métropole de Lyon et la Ville de Lyon, et dont La Tribune est partenaire, Jean-François Pinton, président de l’Ecole normale supérieure de Lyon, nous livre son expertise.

Les relations sino-lyonnaises sont anciennes dans tous les domaines, y compris celui des échanges scientifiques et intellectuels. Entre 1921 et 1946, 473 étudiants chinois ont été accueillis à Lyon, sous l'impulsion de l'Institut franco-chinois. En cette rentrée 2019, près de 5000 étudiants en provenance de Chine ont rejoint l'Université de Lyon. Ils y représentent la 1re communauté d'étudiants étrangers. La politique de partenariats favorise la formation de jeunes chercheurs chinois de haut niveau.

La coopération des Écoles normales supérieures française avec l'East China Normal University (ECNU) de Shanghai a initié dès 2002 le programme Prosfer, cursus de master à l'ECNU dans lequel interviennent des enseignants des ENS, en tant que professeurs invités. Un certain nombre des étudiants chinois viennent ensuite se former dans les laboratoires français, dans le cadre d'une thèse en co-tutelle. L'ECNU a intégré depuis le programme Alliance Internationale de l'Université de Lyon. Celle dernière a installé sur le campus de l'ECNU son bureau de représentation en Chine.

Une coopération scientifique globale

Les collaborations se sont multipliées entre la Chine et nos laboratoires. La plateforme JoRISS, créée en 2011, permet de financer chaque année de nouveaux projets de recherche franco-chinois pluridisciplinaires, en chimie verte, biologie moléculaire, physique, dynamiques urbaines, philosophie, histoire, sociologie, sciences de l'éducation.

L'expertise du site lyonnais en matière de catalyse et de chimie verte a rendu possible la création d'une unité mixte de recherche internationale, établie à Shanghai en 2011. E2P2 Solvay développe des procédés innovants et propres en vue de réduire la dépendance aux produits pétroliers.

Les questions d'environnement au cœur de la recherche

Deux LIA (laboratoires internationaux associés) ont été également créés en 2012 et 2013. Le laboratoire Dynamique du transport de la matière et des paysages, Saladyn, s'intéresse tout particulièrement aux phénomènes d'érosion mécanique et à leurs interactions avec les altérations chimiques dans la transformation des paysages. Sujet au cœur des questions environnementales politiques liées à la gestion des ressources en eau dans nos éco-systèmes.

Lire aussi : Les Confluences Franco-Chinoises

Le Laboratoire Sociologie post-occidentale en Chine et en France est le premier LIA en sciences humaines et sociales, en partenariat avec l'Académie chinoise des Sciences sociales. Il interroge les modèles occidentaux de production des connaissances.

L'un des 3 grands axes de la recherche lyonnaise, Humanités et urbanités, est aussi un champ privilégié d'interactions entre la Chine et nos chercheurs, notamment dans le cadre de l'Ecole urbaine de Lyon et de l'Institut d'Asie orientale.

Un partenariat d'excellence dans la santé

La santé tient bien sûr une place toute particulière dans les échanges entre la France et la Chine, et Lyon en est l'un des pivots. En 2017, le premier laboratoire chinois de haute sécurité biologique "P4", conçu en collaboration avec la France par les mêmes équipes que celui de l'Inserm à Lyon, a été accrédité à Wuhan. Le 31 octobre dernier, la création de l'Ecole médicale franco-chinoise de médecine au sein de l'Université Jiao Tong à Shanghai a couronné un partenariat de plus de 20 ans entre nos structures hospitalo-universitaires.

Le forum Confluences franco-chinoises sera d'ailleurs l'occasion de distinguer trois éminentes personnalités, les professeurs Jérôme Etienne, Zhang Yin et Li Jie, pour leur contribution à la filière médicale franco-chinoise et à l'école d'été "Médecine et Humanités".

La labellisation IDEX de l'Université de Lyon et la création d'une université de recherche intensive, dont l'ambition est d'être reconnue parmi les meilleurs établissements mondiaux, sont autant d'atouts pour amplifier le rayonnement et l'attractivité de nos territoires dans l'immense Chine d'aujourd'hui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :