"Les formations à l’entrepreneuriat font évoluer la culture française" (Jean-Michel Degeorge, Académie de l’Entrepreneuriat et de l'Innovation)

 |   |  600  mots
(Crédits : DR)
Jean-Michel Degeorge, professeur à l’Ecole des Mines Saint-Etienne est également vice-président en charge de la valorisation à l'Académie de l’Entrepreneuriat et de l'Innovation. Pour lui, les formations à l’entrepreneuriat participent à l’évolution de la culture française sur le sujet.

L'éducation en entrepreneuriat en France, où en est-on ?

Le terme entrepreneuriat fait référence à la création d'entreprise. Mais il en existe d'autres formes : la reprise ou l'intrapreneuriat par exemple qui consiste à développer des comportements entrepreneuriaux au sein des organisations existantes.

Au niveau de l'éducation, cela concerne la formation mais également l'accompagnement à l'entrepreneuriat. L'éducation en entrepreneuriat s'est développée en France depuis de nombreuses années comme partout dans le monde, même si le premier cours d'entrepreneuriat a eu lieu à Harvard juste à l'après-guerre à la fin des années 40.

Aujourd'hui, toutes les business school, toutes les écoles d'ingénieurs, toutes les universités proposent des cours en entrepreneuriat. Ils sont soit obligatoires,soit optionnels pour ceux ayant un projet par exemple.

A quoi servent vraiment toutes ces formations à l'entrepreneuriat ? Sont-elles utiles ? En d'autres termes, peut-on vraiment apprendre à devenir entrepreneur ?

Les cours répondent à plusieurs objectifs. Le premier concerne la sensibilisation à l'entrepreneuriat et à l'innovation, il est question de développer l'esprit d'entreprendre et cela...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2019 à 20:40 :
Il est temps de comprendre que entrepreneuriat est une compétence managériale en soi, qui peut s'acquérir par une formation, comme n'importe qu'elle compétence. Réussir un concours est une toute autre compétence : le problem solving en temps limité. Le temps de l'entrepreneur n'est limité que par le taux d'intérêt. C'est tout le problème de l'innovation pratique.
a écrit le 31/05/2019 à 20:23 :
innovation et entreprises na vont malheureusement pas toujours ensemble en France ou le souci du client et de l'ergonomie ne paraissnt pas avoir la cote

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :