"Les formations à l’entrepreneuriat font évoluer la culture française" (Jean-Michel Degeorge, Académie de l’Entrepreneuriat et de l'Innovation)

 |   |  600  mots
(Crédits : DR)
Jean-Michel Degeorge, professeur à l’Ecole des Mines Saint-Etienne est également vice-président en charge de la valorisation à l'Académie de l’Entrepreneuriat et de l'Innovation. Pour lui, les formations à l’entrepreneuriat participent à l’évolution de la culture française sur le sujet.

L'éducation en entrepreneuriat en France, où en est-on ?

Le terme entrepreneuriat fait référence à la création d'entreprise. Mais il en existe d'autres formes : la reprise ou l'intrapreneuriat par exemple qui consiste à développer des comportements entrepreneuriaux au sein des organisations existantes.

Au niveau de l'éducation, cela concerne la formation mais également l'accompagnement à l'entrepreneuriat. L'éducation en entrepreneuriat s'est développée en France depuis de nombreuses années comme partout dans le monde, même si le premier cours d'entrepreneuriat a eu lieu à Harvard juste à l'après-guerre à la fin des années 40.

Aujourd'hui, toutes les business school, toutes les écoles d'ingénieurs, toutes les universités proposent des cours en entrepreneuriat. Ils sont soit obligatoires,soit optionnels pour ceux ayant un projet par exemple.

A quoi servent vraiment toutes ces formations à l'entrepreneuriat ? Sont-elles utiles ? En d'autres termes, peut-on vraiment apprendre à devenir entrepreneur ?

Les cours répondent à plusieurs objectifs. Le premier concerne la sensibilisation à l'entrepreneuriat et à l'innovation, il est question de développer l'esprit d'entreprendre et cela peut se faire dès l'école primaire (avec différentes modalités pédagogiques : travail en groupe, acceptation de l'échec ...). Le second permet de développer des connaissances, il s'agit alors de transmettre des outils mobilisables dans le cadre d'un processus entrepreneurial. Enfin le dernier niveau permet de travailler sur des projets concrets et d'accompagner les apprenants.

Une variable parmi d'autres permet de mesurer l'impact des formations, le développement de l'intention entrepreneuriale. La formation peut renforcer la volonté des jeunes de créer une entreprise. Cela passe notamment par la perception de faisabilité. Un individu a tendance à faire ce dont il se sent capable.

De ce fait, l'acquisition de connaissances dans des formations ou par de l'accompagnement permet de renforcer sa propre perception sur ses capacités et donc son intention. A l'inverse la formation peut également faire apparaître à certains individus que cela ne leur correspond pas.

Est-ce que l'éducation en entrepreneuriat participe au changement de la culture française ?

Oui ! Un autre facteur important dans l'entrepreneuriat est lié à la culture, qu'il s'agisse aussi bien de la culture nationale que de la culture liée à son éducation ou à son cercle familial. La culture nationale peut avoir un impact en lien avec la valorisation ou non de l'image du dirigeant d'entreprise, notamment dans la PME.

Le poids du modèle social est également essentiel, un enfant d'entrepreneur a plus de probabilité de créer ou reprendre une entreprise que le reste de la population.

La recherche montre à quel point ces facteurs sont essentiels.

Comment se positionne la France sur ces sujets par rapport aux autres pays européens et aux Etats-Unis ?

Au niveau de la recherche, la France est un acteur important sur ces questions. Il existe une communauté importante de chercheurs qui publient sur ces thématiques aussi bien au niveau français qu'international.

Par exemple, l'Académie de l'Entrepreneuriat et de l'Innovation (AEI), présidée par Catherine Léger-Jarniou, professeur émérite à Paris-Dauphine regroupe de nombreux enseignants chercheurs travaillant sur ce sujet. Elle a été créée il y a 20 ans déjà !

Il est indispensable que nous disposions de cette recherche nationale car l'entrepreneuriat est très lié à la culture de chaque pays et il existe un lien direct entre la recherche et la formation.

L'esprit d'entreprendre doit encore se développer en France. L'entrepreneuriat n'est pas une mode, c'est une question sociétale, un mécanisme de transformation du monde dans lequel nous évoluons qui permet la création collective, la modification de l'environnement et également l'évolution de la culture !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2019 à 20:40 :
Il est temps de comprendre que entrepreneuriat est une compétence managériale en soi, qui peut s'acquérir par une formation, comme n'importe qu'elle compétence. Réussir un concours est une toute autre compétence : le problem solving en temps limité. Le temps de l'entrepreneur n'est limité que par le taux d'intérêt. C'est tout le problème de l'innovation pratique.
a écrit le 31/05/2019 à 20:23 :
innovation et entreprises na vont malheureusement pas toujours ensemble en France ou le souci du client et de l'ergonomie ne paraissnt pas avoir la cote

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :